Position officielle d’Adsav (PPB) pour les élections régionales.

Le 14 mars prochain, vous aurez la charge d’élire les nouveaux conseillers régionaux de la dite « Région Bretagne » : cette fausse Bretagne, sans le Pays nantais. Mais quel choix faire? Pourquoi faire ?

La Bretagne est confrontée à de nouveaux défis, qu’ils soient économiques, linguistiques, culturels, écologiques, sociaux et, donc, le sujet délicat des migrations, que ce soit l’émigration ou l’immigration. Plus personne ne peut nier aujourd’hui l’évidence : il suffit de se promener à Nantes, Rennes ou Brest pour voir fleurir des niquabs, des édifices religieux douteux et des boutiques spécialisées communautaires. De même, nous continuons à voir arriver une population désireuse de passer sa retraite au calme, loin de la vie urbaine à la française, transformant petit à petit notre pays en « Breizh riviera ». Ces deux apports de population déstabilisant nos structures d’aides sociales et notre marché immobilier. Notre jeunesse diplômée formée chez nous à nos frais, s’en va de par le monde faute de débouchés locaux. L’avenir de la Bretagne s’annonce sombre.

Onze listes seront présentes et vous promettent le « Paradis sur terre ». Parmi elles, certaines sont ouvertement hostiles à la Bretagne et aux intérêts des Bretons, d’autres sont là en trompe l’œil.

En effet, comment croire que Monsieur Le Drian puisse être un « Emsaver » (militant de la cause bretonne) comme il aime à le rappeler, alors qu’il compte comme soutien Monsieur Orsenna, académicien ayant voté contre la reconnaissance de la langue bretonne, et qu’il compte dans ses rangs un haut responsable d’un grand groupe de l’industrie agro-alimentaire, secteur pas très responsable en Bretagne, tant d’un point de vu écologique ou social-économique.

Comment croire Madame Malgorn, elle qui va prendre ses ordres à Paris auprès d’un Président français qui dit se foutre des bretons et qui refuse d’aller voir « 10 connards » autour d’une carte pour comprendre l’ampleur de la sécurité maritime sur nos côtes. D’autant plus qu’elle se dit ravie d’avoir travaillé pour ce personnage pathétique et tellement contraire à la mentalité bretonne.

Nous ne parlerons pas des listes ouvertement centralistes et donc anti-Bretagne comme le Front national, le Front de gauche et d’autres du même style.

Ne reste alors que le vote breton me direz-vous.

Effectivement, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes. Nous pensions qu’un homme qui parle ouvertement de rassemblement, de vouloir faire la Bretagne pour reprendre l’intitulé de sa liste, nous pensions sincèrement que cet homme qui prétend vouloir faire la Bretagne de demain avec les Bretons de toutes sensibilités méritait vraiment notre attention. Hélas, il apparait une fois de plus que Monsieur Troadec ne penserait qu’à sa petite personne et passe beaucoup de temps à diviser sa propre liste et les partis auxquels il s’est allié. Sans oublier un état d’esprit plutôt fermé et une attitude sociale douteuse lors de la délocalisation de la brasserie Coreff après son rachat par lui. Sûr, ses salariés ont apprécié et quel esprit de terroir enraciné…

Nous nous retrouvons donc devant un choix cornélien.

Aussi, même si certains de ses sympathisants ont rejoint la liste « Nous te ferons Bretagne », Adsav! le Parti du peuple breton vous invite à voter en votre âme et conscience, pour la liste que vous considérerez « la moins pire » pour l’avenir des Bretons, celle qui serait susceptible d’ouvrir les yeux et de résoudre ces nouveaux défis.

Pour le kuzul meur d’Adsav! le Parti du peuple breton,
Ronan LE GALL

Partagez sur les réseaux soxiaux !