Les racines chrétiennes de l’Europe. Pourquoi devons-nous les défendre ?

Les dirigeants européens, pendant des décennies, ne se sont préoccupés que d’élaborer de fumeux règlements communautaires toujours plus complexes, construisant l’Europe sur des fondements économiques et marchands, ramenant cette dernière, à travers les ruines de l’ordre moral, au seul culte de l’argent en oubliant l’essentiel.

L’économie doit être subordonnée au politique et aucune grande civilisation ne peut se construire sans fondements spirituels. Face à une invasion extra-européenne massive, à la fois démographique et religieuse, les politiciens, mais également trop souvent la hiérarchie de l’église, au nom de l’antiracisme, persistent à proclamer les bienfaits du processus en cours.

Avant d’envisager l’élargissement de l’Union Européenne, il est impératif que celle-ci s’interroge sur les fondements spirituels et culturels qui ont façonné son identité profonde depuis toujours. Si certains pays comme la Pologne demandent que soit mentionnée une référence à l’héritage chrétien de notre continent, d’autres pays comme la France s’opposent à toute référence religieuse sous prétexte de laïcité. Or, le principe de laïcité a été posé par le Christ lui-même dans cette formule « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » véritable garantie contre toute confusion entre le spirituel et le temporel et contre toute dérive totalitaire. Car, c’est en Europe que sont nées les idéologies totalitaires ou matérialistes et ce n’est pas un hasard s’il s’agit d’idéologies athées.

En oubliant qu’il y a au-dessus des lois humaines, des lois supérieures et divines qui les transcendent, les hommes risquent de se comporter eux-mêmes comme des dieux. C’est pourquoi il n’y aura pas de construction européenne si elle ne renoue pas avec son identité profonde qu’elle puise aussi bien dans l’héritage antique que dans l’évangile qui rappelle que toute personne est sacrée.

Il est temps de construire une Europe fidèle à son identité chrétienne et capable de jouer de nouveau dans le monde le rôle que les peuples attendent d’elle ! La nature totalitaire et violente de l’islam, (mais également du judaïsme qui possède ses tribunaux jugeant des aspects sociaux et politiques à la différence du christianisme distinguant le spirituel du temporel), est le principal danger pour toutes les patries charnelles de notre vieille Europe.

La Pologne enterre, son ancien président Lech Kaczynski et son épouse Maria, comme un roi, dans une crypte du « Panthéon » du château du Wawel, qui abrite la cathédrale de Cracovie, dans le sud du pays, où reposent traditionnellement les anciens rois de Pologne et les héros de la nation. Pied de nez à la bien-pensance libérale-libertaire anticatholique.

Par contre, l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe invite les 47 Etats membres à promouvoir l’intégration des immigrés et des citoyens issus de l’immigration, en majorité des musulmans, par l’encouragement de la construction de mosquées. L’intégration, estiment ces parlementaires, passe par le droit de vote et d’éligibilité « au moins aux élections locales et régionales ».

Les Etats doivent également « supprimer tout obstacle juridique ou administratif sans objet à la construction d’un nombre suffisant de mosquées ». Les parlementaires invitent tout autant les gouvernements à combattre « les discours de haine » et les comportements contraires aux droits de l’homme, même lorsque leurs auteurs les justifient par « des motifs religieux ». Il faut « encourager les musulmans à participer pleinement à la société » mais « sans mettre en question la laïcité », affirment-ils. La messe est dite.

Triste constat aujourd’hui. En Bretagne, terre de spiritualité où fleurissent, calvaires, croix, chapelles et autres magnifiques églises, les tenants d’une civilisation corrompue et corruptrice, après avoir spolié les biens de l’église, ceux-là même qui s’étaient engagés à les entretenir, les détruisent et les vendent sans complexe. Par contre les mosquées et autres lieux de prière étrangers à la culture traditionnelle bretonne ne cessent de croître avec la bénédiction de ces mêmes infâmes personnages.

Ont-ils analysé le phénomène représenté par la montée de cette religion musulmane qui n’est pas seulement un culte, mais avant tout une doctrine politique ? Savent-ils que pour cette religion guerrière, les frontières sont une méprisable hérésie ?

Alors, face à ce danger grandissant, cessons nos querelles internes. Mobilisons-nous. Remplissons les églises bretonnes… et boutons hors de notre chère Bretagne l’islam, ses adeptes, ses défenseurs qui capitulent constamment… cette cinquième colonne qui sacrifie l’Occident chrétien. Face à cette atmosphère crépusculaire, la conclusion est limpide : ou bien nous renvoyons au plus vite les « envahisseurs » chez eux, ou bien nous deviendrons ethniquement minoritaires dans notre propre pays, sur notre propre terre bretonne.

Partagez sur les réseaux soxiaux !