Quand l’armée française participe à l’immigation clandestine

La jeanne d’Arc, qui sort prochainement de la flotte, n’a pas toujours été un navire où l’on formait les futurs officiers.

En effet, en 1988, avec un certain Bernard KOUCHNER à son bord, le navire français se trouve en Asie, en pleine période d’exode massif des boat people. Les militaires sont anxieux, scrutent l’horizon à la recherche de la moindre « barcasse ».

Les jours passent et rien, désespérément rien. Les militaires sont tristes et rangent les petits cadeaux qu’ils ont concoctés pour les réfugiés!? (source: le télégramme de Brest).

Et comme par magie, une frêle esquife est aperçue par les hommes de veille. La « jeanne » met le cap dessus et remonte à son bord des réfugies, couvert de cadeaux par des hommes payés par nos impôts.

Le clou de cette opération? Bernard KOUCHNER qui distribue des billets d’avion pour un aller simple pour Paris.

Problème, et de taille: les réfugiés ne veulent pas mettre les pieds en France mais en Australie ou aux États Unis! S’engagent alors un bras de fer « mais si si venez en france, vos billets sont là »

Une dizaine d’entre eux finira par rejoindre l’hexagone. Quant à la barcasse, elle est aujourd’hui visible dans la cour du château à Brest.

L’armée française est capable de tout: capituler en moins de 8 jours (1939), rester bloquer à la frontière d’un pays où elle est censée aller faire la guerre (2001) et ramener de force en france des clandestins qui ne veulent pas y venir!

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Alberto Da Giussano

    Sauf qu’aujourd’hui c’est carrément toute la marine militaire italienne …

    http://www.youtube.com/watch?v=HL7QJnH9lb0

  • Lacuson

    J’ai finit par comprendre que l’immigration de masse que nous subissons a PRINCIPALEMENT pour cause un véritable pourrissement intérieur de notre civilisation, dont les Bernard KOUCHNER, J. ATTALIE, BHL, Frédéric MITERRAND, B. DELANOE, Carla BRUNI et autres Patrick BRUEL … sont les terminaisons nerveuses et putrides.
    Quand aux migrations qui seraient des phénomènes soit disant naturels, il ne faut pas s’y laisser tromper !
    Par exemple ne pas se laisser tromper par des noms de  »peuples » écrit en gras et en large sur une carte : Burgonde, Avars, Huns … avec au devant une large flèche.
    Des cas complètement différents peuvent en résulter :
    – Hypothèses complètement fantaisistes et qu’il serait bien impossibles de vérifier par des preuves incontestables ; par exemple les soit disant migrations de peuples entiers -ce qui est complètement irréaliste en soit- (Ligures, Celtes, …) nous venant de quelques immensités arides, glaciales, et … désertiques de toute éternité ! (d’Asie centrale ou du Moyen-Orient généralement).
    Puisque par nature ces zones sont … désertes et n’ont jamais pu abriter que des populations clairsemées et mouvantes.
    Les Huns, autre exemples, n’étaient qu’un petit conglomérat de quelques clans terrorisants d’autres groupes plus étoffés de germains. Sortis du néant (au dire même de leurs contemporains) le temps de prospérer sur les ruines d’un grand empire, ils y retournèrent comme ils en étaient venus, sans postérité, incapables qu’ils étaient de cultiver ou de faire autre chose que des razzias … (les derniers débris de leurs descendants rejoignirent ceux des Avars avant d’être littéralement exterminés avec eux par Charlemagne).
    Parfois les conclusions de certains  »historiens » me font penser à des études à venir établissant que l’Europe fut massivement repeuplée par des  »américains » après la 2ème guerre mondiale au vu de la diffusion du coca-cola et autres Mac Do … et que les Afro-américains viennent d’Angleterre vu leur langue …
    Les Burgondes, autre exemple, bien que plus  »durables » que les Huns ne furent que quelques milliers tout au plus … et fort clairsemés par des guerres incessantes.
    – A l’inverse il peut y avoir une substitution pure et simple d’une population par une autre, comme cela eu lieu dans les Balkans (Croatie, Serbie, Bulgarie …) où des Slaves s’installèrent lentement, massivement et durablement sans  »coups d’éclats ».
    En remplacement de populations aujourd’hui disparues (Thraces, Illyriens …).
    Lesquelles disparurent pour être entrées dans un processus irréversible de dissolution dans un brassage massif d’immigrations hétéroclites, de dénatalité et d’acculturation.
    – Il est noter que les Illyriens n’ont pas totalement disparus, puisque dans les zones reculées et  »arriérées » de leurs territoires originaux vivent aujourd’hui les prolifiques Albanais, qui sont des post-Illyriens –
    Même cas de figure dans une large partie de l’île de Bretagne, où des Celtes complètement acculturés et décadents disparurent bel et bien pour être remplacés par les germaniques Anglo-Saxons (contrairement à une idée reçu, ceux qui s »établirent chez leurs cousins d’Armorique ne venaient pas d’Angleterre mais principalement du Pays de Galle et de Cornouaille).
    Mais tout ceci n’est-il pas vérifiable ici (en France) et aujourd’hui ?
    Où de larges portions des pays de France suivent un processus historique analogue, avec  »élites » politiques corrompues et veules, et populations originelles décadentes et tout aussi veules, y compris ?