KELC’H STUDI BUHEZ HA BRO. (e galleg).

logo ksbbA divers moments de leur histoire tous les peuples ont du faire entendre leur voix pour continuer d’exister. Il est illusoire d’imaginer qu’un peuple puisse obtenir sa reconnaissance en droit et sa liberté dans le cadre de la Constitution d’un autre pays. Ceci est fondamental et depuis l’aube des temps l’administration coloniale a usé de toutes ses ressources, militaires et intellectuelles, pour asseoir sa domination. Sans liberté politique, il n’y a pas d’épanouissement possible ! Aujourd’hui le temps est venu de proposer à tous les peuples « embastillés » de se prendre en main, d’assurer eux-mêmes leur développement, d’affirmer leur volonté de vivre dans le respect de leurs valeurs nationales et de refuser les grands systèmes sans définition ethnique, sans dimension charnelle. Aussi l’idée des peuples-patries, élargie à l’Europe et au monde, est-elle le véritable défi historique du siècle à venir, le défi d’une civilisation bâtie sur un socle ethnique vigoureux. Nous savons que la plus haute forme de la politique et de l’accomplissement de soi c’est de servir la nature de son peuple, de lutter sans cesse pour la défendre, l’améliorer, en promouvoir les valeurs. C’est, dans un combat qui n’aura pas de fin, d’en transmettre la garde aux générations de demain. La plus importante des libertés n’est-elle pas celle de se battre ?

Aussi, à l’initiative d’un petit groupe de personnes, toutes sensibles à la défense des libertés bretonnes, un cercle d’études et de réflexions vient de voir le jour. Sous l’appellation « Kelc’h Studi « Buhez ha Bro »(1) ce cercle est composé d’hommes et de femmes venant d’horizons parfois différents, mais qui ont eu l’intelligence de mettre en commun leurs réflexions au service de la cause des peuples dépossédés de leurs droits. Ce cercle n’est pas un parti politique, néanmoins il s’autorise à intervenir dans le débat politique notamment sur tout ce qui porte sur les luttes de libération nationale des peuples européens sous domination coloniale. Kelc’h Studi « Buhez ha Bro » tient à sauvegarder son indépendance, sa liberté d’opinion et d’action, tout en restant disponible pour tout partenariat autour d’objectifs similaires et convergents. Le cercle n’a pas la prétention d’appréhender d’une manière exhaustive la problématique de l’idée d’émancipation nationale ou d’indépendance, mais il s’efforce d’y contribuer, avec ses compétences et à la lumière des expériences de libération nationale en Europe. Les travaux qu’entend mener le cercle se veulent des travaux sérieux, accessibles à tous. Il ne s’agit surtout pas de faire de la philosophie pour faire de la philosophie ou de se faire plaisir par l’écriture. Les textes qui seront publiés, seront certes des textes de qualité, mais abordables et compréhensibles par tous. Les travaux et réflexions seront diffusés le plus largement possible et soumis à l’appréciation et à la critique publique. C’est le but que s’est fixé KSBB. Les publications seront en rapport avec l’évolution géopolitique de l’Europe, le sort réservé aux peuples sous tutelle étrangère ou qui, après de longues années de luttes parfois douloureuses, ont aujourd’hui le bonheur de vivre enfin une véritable vie nationale propre. Il va de soi que le cercle donnera une priorité toute particulière au peuple breton, à son long et difficile combat pour son émancipation nationale jusqu’à l’avènement d’une véritable République bretonne.

Enfin, KSBB s’inscrit dans une ligne de pensée libre, dissidente, permettant que dans tous ses travaux un esprit de résistance parvienne à se faire entendre, rompant définitivement avec les zélateurs de la pensée unique, notamment en réélaborant un vocabulaire sain échappant à la « bouillie » verbale actuellement dominante.

Partagez sur les réseaux soxiaux !