Marine, ma ne blij ket dit hor bro, skamp kuit ! Marine, la Bretagne, tu l’aimes ou tu la quittes ?

Marine, ma ne blij ket dit hor bro, skamp kuit !

D’ar 21 a viz genver 2007 e kerz abadenn Riposte « Allons enfants de la Patrie » e kadarnas Marine Le Pen he stourm a-enep da Vreizh ha d’ar sevenadur breizhek. Lavarout a reas, o keñveriañ Breizh hag ar Vrezhoned ouzh an enbroidi eus tu all ar mor Kreizdouar, e vefe arvarus evit ar republik c’hall distreiñ d’an divyezhegezh e Breizh.

E 2010, petra eo soñj Marine le Pen diwar-benn an divyezhegezh e Breizh ?

E Noal-Kastellan e vo Marine le Pen d’an 11 a viz Du. N’eo ket bet dibabet an deiziad-se dre zegouezh a dra sur. E drevadennouriezh a vez kadarnaet amañ gant he strollad. Evidomp eo ur gwir atahin lidañ mod-se ar Brezel Bed Kentañ a goustas d’ar Vrezhoned 240 000 den marv, aberzhet war aoter ar « vroad » c’hall, ha gallekadur ar vro a gendalc’h hiziv an deiz gant meizad an « hevelepted vroadel » c’hall a ya a-enep d’hor breizhadelezh.

Daoust hag-eñ eo Marine le Pen, a gadarn hec’h emzalc’hioù a-enep d’ar panelloù divyezhek e Breizh, un defi pe mazo evit dibab lidañ an deiziad-se e Breizh a zo bet divyezhek a-viskoazh ?
Daoust-hag-eñ e vez nac’het gant marine Le Pen, a c’houlenn groñs an diuz broadel koulskoude, gwir ar Vrezhoned da saveteiñ o breizhadelezh hag o sevenadur kentoc’h eget disoc’h an hollvedouriezh c’hall ?

Ret e vo da vMarine le Pen en em zisplegañ e Noal-Kastellan d’an 11 a viz Du a zeu.
Marine, ma ne blij ket dit hor bro, skamp kuit !

Na heñvelaet, nag enteuzet, Brezhoned omp !

Le 21 janvier 2007, au cours de l’émission Riposte « Allons enfants de la Patrie » sur la question de l’intégration, Marine Le Pen déclare son engagement contre la Bretagne et sa culture. Elle affirme ainsi qu’il est dangereux pour la république française de revenir au bilinguisme en Bretagne, plaçant du même coup les Bretons et la langue bretonne sur un pied d’égalité avec les communautés immigrées présentes au sein de l’hexagone.

En 2010, quelle est la position de Marine Le Pen sur le bilinguisme en Bretagne ?

Marine le Pen sera à Noyal-Chatillon sur Seiche le 11 novembre prochain. La date choisie n’est pas anodine et enfonce le clou de la volonté colonialiste du parti français. Adsav ! Le parti du peuple breton considère que la venue de Marine Le Pen un 11 novembre en Bretagne constitue une véritable et double provocation au regard de ce qui a forcé les Bretons à basculer, contre leur gré, vers le concept d’identité française, et un outrage aux 240000 Bretons sacrifiés sur l’autel de la « nation française ».

Marine le Pen, qui se positionne contre la signalétique en breton sur le territoire breton, est-elle masochiste ou provocatrice pour choisir de commémorer cette date en Bretagne ?

Marine le Pen, qui se positionne pour la préférence nationale, nie-t-elle le droit des Bretons de parents Bretons, nés sur le territoire breton à préférer sauver ce qu’ils sont et leur culture plutôt que de basculer vers le résultat de l’universalisme français ?

Marine le Pen devra s’expliquer à Noyal-Chatillon sur Seiche le 11 novembre prochain.

Alors, Marine, la Bretagne, tu l’aimes ou tu la quittes ?

Ni assimilés, ni intégrés, Bretons nous sommes !

Marie Duvell pour Adsav! Le parti du peuple breton

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Red e vefe ma teskfe ar galleg ar re a skriv er yez-se.

  • marine le pen ne dérange pas les bretons que nous sommes, elle affirme juste une différence ….. les français d’un coté les bretons de l’autre.
    Et comme disais CELINE « le reste, eh bien, au rebuts »

  • jojo du finistère

    en quoi marine le pen vous poses problèmes ? il y a autant de tolérances chez l’extrême gauche que chez vous , vous roulez pour un lobby ?

  • Elie GOLAN

    On se demande bien en quoi ça regarde la Marinade Le Pen, que la signalétique se fasse en breton… en Bretagne? Encore un détail certes, mais non négociable!

    Le nationalisme corse, s’il a sa part de personnes honorables, a aussi sa triste figure mafieuse de petits parrains qui rêveraient de voir leur « Ile » transformée en Casino flottant. Avec Jackpot à la clé. Ou quand le nationalisme sert de pavillon de complaisance…

  • Gweltaz

    On peut au moins reconnaitre à Lacuson le fait d’être ouvert à la discussion et tolérant à notre égard. Après chacun voit midi à sa porte…

  • Lacuson

    « l’anti-nature et le mélange par essence »

    Très bien vu si l’on considère l’idéologie (et l’état de fait …) qui semble être arrivée à son ‘’apogée’’ dans la France d’aujourd’hui et dans l’ensemble de ses partis politiques … mais pas spécialement à ce stade au Front National.

    Pour le reste voyez par exemple la situation actuelle en Belgique … où celle qui semble prendre forme en Corse.
    Les scores électoraux obtenus par un mouvement politique sont le meilleur de ses arguments, et ceux-ci ne peuvent germer ‘’ex-nihilo’’ ; ils doivent d’abord être l’émanation d’un consensus dans l’opinion.
    Si un jour vous obtenez des scores semblables à ceux du Vlaam Belang ou même de Corsica Libera, les premiers et les plus nombreux à s’en inquiéter ne seront certainement pas uniquement les membres et sympathisants de notre parti.
    Et ce ne seront certainement pas les plus dangereux.
    Pour n’avoir déjà que trop souffert de la diabolisation, j’espère qu’ils sauront s’en souvenir et rester des adversaires loyaux.

    ‘’Le Pen est un harki breton’’

    Sans vouloir tomber dans l’idolâtrie, il me semble qu’un des plus légendaires de vos hérauts, le roi Arthur, l’est devenu en se battant dans la ‘’Bretagne’’ des temps obscurs pour un empire qui y était déjà défunt …
    J’ai bien peur que l’histoire ne bégaie un peu.
    Les Saxons en moins.

    Gant ma gwellañ gourc’hemennou evit hoc’h yezh, hoc’h sevenadur hag hoc’h stourm.

  • Kereozen

    Je crois que vous n’avez pas bien compris notre vision des choses : pour nous un Jean-Marie Le Pen et un Benoît Hamon sont des produits identiques du système français, chacun marqué par son époque et son environnement social. Avant eux ce furent Théodore Botrel et le grognard Chauvin.
    Marine Le Pen est bien la fille de son père mais de son époque et de son environnement parisien comme un Guerlain de 70 ans et un Guerlain de 30 ans. Le fond reste toujours le même.
    La France mère des arts, fille aînée de l’Eglise, le pays des droits de l’homme, sa langue si exceptionnelle (qu’elle ne crée pas de mots !) bref un égocentrisme culturel foireux du même niveau que la « religion de paix » que serait l’islam… la langue française véhicule l’anti-nature et le mélange par essence : regardez le résultat en zone francophone du référendum suisse sur les minarets, le vote en Wallonie et à Bruxelles…
    Votre idéal, le francisme, est une plaie communiste pour nous. Le Pen est un harki breton, le premier de tous ! La fille d’un harki breton a le même langage qu’une fille de harki algérien, elle dénigre le pays de ses ancêtres.

  • Lacuson

    Je trouve ce billet tout à fait justifié et de circonstance pour un mouvement attaché à l’identité et à la liberté de la Bretagne.
    Mais je dois rajouter que n’étant, ni de près ni de loin, breton, je n’en suis pas pour autant un partisan du jacobinisme forcené qui depuis 1789 (et peut-être même avant) à conduit à laminer toute les identités enracinées dans l’État français.
    Et c’est même pour cela, que ne voyant pas d’autre mouvement en France (à l’époque, mais maintenant il y en a quelques-uns, dont le votre) ayant la volonté de dénoncer cette tendance funeste, j’ai pris ma carte d’adhérent au Front National.
    Tout cela pour vous dire que si Marine Le Pen (et quelques autres) sont d’incurable jacobins, cela n’est pas forcément le cas pour tous les adhérents du Front National.
    Alors très bien, ceci est un différent entre deux nationalismes, celui français et celui breton, c’est inévitable et finalement ce peut être positif pour chacun.
    Le vrai problème, celui qui devient mortel pour la France, avec ou sans Corse, Bretagne …, n’est finalement pas ici, et vous et moi savons bien où il se situe.

    Alors, que vous vous opposiez au FN, ce n’est pas si grave pour l’instant, ce qui compte c’est que votre mouvement ou le mien arrivent à réveiller les consciences si cela est encore possible pendant qu’il en est encore temps.
    Et il me semble qu’en Bretagne cela relèverait d’un miracle, tandis qu’en France ‘’de l’intérieur’’ il est peut-être déjà trop tard …
    Alors, en attendant d’avoir à combattre de valeureux et innombrable bretons il faudrait déjà que votre mouvement ou le mien fasse de meilleurs scores en Bretagne …

    Chans vat !

    Par contre, et à l’intention d’éventuelles ‘’infiltrés’’ qui se serviraient de votre mouvement pour en faire une sorte de sous marin anti FN, cette mise au point claire et nette :

    Je ne suis pas porté sur la religion, cependant il me semble que c’est Saint Paul qui à écrit :
    « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni chaud, ni froid. Ainsi, parce que tu es tiède, je te vomirai de ma bouche » (Apoc, 3 :16).

    PS : personnellement, s’il est bien un breton pour qui j’ai une immense estime, c’est bien M. Jean-Marie Le Pen, mais cela ne m’oblige pas pour autant à approuver certaines des prises de position de Marine Le Pen.

  • Ewen

    Il y a une coquille dans la version en breton, c’est 300000 qui y est indiqué.

  • Pierre Guillemot

    « Inutile d’utiliser des chiffres gonflés et totalement faux pour appuyer votre discours. »

    C’est vous qui êtes « gonflé » d’avancer vos énormités révisionnistes sans apporter la moindre source ou un germe d’arguments.

  • en quoi ces chiffres sont faux et gonflés Mr 25 pseudos?

  • Yannick

    « outrage aux 240000 Bretons sacrifiés »

    Inutile d’utiliser des chiffres gonflés et totalement faux pour appuyer votre discours.

  • les chouans de 1789 avaient raisons de défendre les privilèges bretons ,les bretons sont travailleurs et dociles ce sont des ouvriers idéals pour enrichir les bourgeois de paris.

  • les chouans avaient raison de défendre les privilèges bretons pour ne pas êtres assouvis par les extravagances des bourgeois de paris .Nous le constatons depuis l’ère sarkozienne

  • La Bretagne n’a que trop pâti des jacobins de tous poils et de leurs idéologies calamiteuses, les plus virulents d’entre eux étant même parfois issus de son propre sein. C’est le cas de Madame Le Pen dont les provocations incessantes à l’égard du peuple breton, la volonté de briser son identité pour l’assimiler de force à l’universalisme français constituent un péril en puissance pour les nôtres car si la tricolorite aiguë de Madame Le Pen ne fait, heureusement pas recette en Bretagne, nous sommes pieds et poings liés au destin du radeau de la méduse français et des soubresauts électoraux tricolores qui peuvent en résulter. Madame Le Pen ma ne blij ket dit hor bro, skamp kuit !
    Na heñvelaet, nag enteuzet, Brezhoned omp !