SIGNALÉTIQUE BILINGUE : « PAROLES DE POSTIERS »…

la-poste

E Brezhoneg amañ/ En Breton ici: http://blog.adsav.org/1555/divyezhegezh-er-post-komzo-bosterien/

Les récentes actions de l’association Ai’ta afin de promouvoir une signalétique bilingue dans les bureaux de Poste de Bretagne, montrent le manque de volonté et même la franche hostilité d’une institution de service « public » à l’égard de la langue bretonne dans notre pays.

Pourtant la Poste n’est pas toujours hostile au bilinguisme. Dans son édition du 25 novembre dernier La Nouvelle République titre La Poste essaie de lutter contre les préjugés et informe ses lecteurs, qu’à Blois, dans le cadre de l’opération baptisée « Paroles de postiers », un bureau de Poste s’est doté d’une « conseillère bilingue ». On y apprend de surcroît que la mise en place de panneaux français-arabe permet dorénavant d’accueillir une clientèle d’origine étrangère n’ayant pas fait le choix ou l’effort d’apprendre, dans son pays, la langue de Molière.

Pour la Poste, l’arabe est donc légitime à Blois apportant une plus-value au service des clients. En revanche, le breton en Bretagne serait à bannir. Ne nous voilons pas la face, c’est le poids social des communautés immigrées dans les villes de France qui explique cette attitude bienveillante de la Poste. En Bretagne, tant que le bilinguisme souhaité par la majorité des Bretons, ne sera pas soutenu par une population soudée donc forte, la Poste ne cèdera pas.

Parce qu’une langue qui ne s’exprime plus dans le domaine publique est une langue qui meurt, Adsav! , le Parti du Peuple Breton se joint aux revendications d’Ai’ta sur le bilinguisme.

Adsav ! PPB insiste sur la mise en place d’une signalétique bilingue français-breton dans les bureaux de Poste de Bretagne et demande, comme à Blois, l’application immédiate par La Poste en Bretagne de l’opération « Paroles de postiers » dont l’objectif est de « démontrer comment les agents rendent chaque jour, au plus grand nombre, un service toujours plus attentif et personnalisé ». Adsav ! Le Parti du Peuple Breton demande aussi que les employés bretonnants deviennent les « Monsieur et Madame Plus » de nos bureaux de Poste en se signalant par un badge afin d’offrir la possibilité aux usagers d’effectuer les démarches dans leur langue.

Hep brezhoneg, Breizh ebet !

Le kuzul meur

(1) Lec’hienn ar gevredigezh Ai’ta : http://ai.ta.free.fr
(2) http://www.lanouvellerepublique.fr/loir-et-cher/ACTUALITE/Infos-Departementales/La-Poste-essaie-delutter-
contre-les-prejuges

la-poste-a-guy-mocquet

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • bzh

    !!!!!!! pauvre naoned!

  • Dao ha dao!

    Kenderc’hel a ra ganti! Et ça continue encore et encore!
    http://www.fdesouche.com/299304-le-bureau-de-poste-de-nantes-bellevue-est-en-travaux

  • KEREOZEN

    Ça ne durera pas longtemps leur accueil bilingue, dans notre bureau de poste à l’époque des emplois jeunes, ils avaient recrutés une Marocaine mais elle avait un arabe scolaire hors les personnes qui avaient besoin de traducteur étaient des anciens qui s’exprimaient en divers dialectes berbères ou plus ou moins dans un idiome qui est à l’arabe ce que le gallo est au français. En fait elle servait à rien et les écriteaux en arabe pas plus les client ne savaient pas lire… Aujourd’hui les interprètes utiles sont en langue polonaise, roumaine et russe.

  • Mebyon Kernow

    La République française, quelle hypocrisie. Se prétendant à tort précurseur dans le domaine des droits de l’Homme, elle ne remarque pas, obstinée qu’elle est, son archaïsme. Elle essaie par une lente politique d’acculturation (envers les divers peuples existants depuis toujours sur l’actuel territoire français) et d’assimilation (envers les populations immigrées) de se constituer une identité fictive. Elle fait la grande erreur de confondre unité et uniformité. Mais ne nous y trompons pas, la Bretagne n’est pas la France. La lutte pour l’indépendance de la Bretagne a de son côté le bon sens (qui veut que chaque peuple soit souverain) et de nombreux outils juridiques. Utilisons-les efficacement et les Bretons seront de nouveau libres.

  • Meriadeg

    Républicains FRANÇAIS…. merci de bien préciser car personnellement je suis pour une RÉPUBLIQUE BRETONNE, entendons-nous bien, rien à voir avec le Raie-publique française !

  • Ewidarvro ar gwenedour

    Notre langue a assez d’ ennemis comme ça. Alors restons unis pour empêcher les républicains de tout poil de nous tomber dessus.

  • c’est une faille que les ennemis de la Bretagne, comme la libre pensée, risque d’utilisée à plein.

  • RINCK

    Vu sur Brest-maville.com :

    Les panneaux d’entrée de ville écrits en langue régionale – en breton par exemple – vont-ils disparaître ?

    A Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault), la question ne se pose plus. Saisi par le « Mouvement républicain de salut public », le tribunal administratif a en effet imposé à cette commune de 9 000 habitants de retirer ses panneaux d’entrée de ville écrits en occitan, ou tout du moins de les déplacer (pour qu’ils ne côtoient plus les panneaux en français). L’utilisation de traductions de la langue française n’est pas interdite, mais le tribunal a considéré, eu égard au code de la route, que la pose de panneaux en langue régionale, sous ceux en français, nuit à la clarté de l’information et ne répond « pas aux objectifs de sécurité routière ».

    Pour le maire de Villeneuve-lès-Maguelone, Noël Segura, « c’est une faille », et dans tous les coins de France, on va en profiter « pour faire enlever les panneaux utilisant les langues régionales ». L’élu appelle à une manifestation dans sa commune, dimanche : « Il ne faut pas laisser passer ça, qu’on soit en Provence, en Bretagne, en Corse, au Pays Basque ».

    La Bretagne doit rester Bretonne !
    Kenarvechal !

  • je répondrais au pseudo kelly, que nous n’essayons pas de récupérer quoi que ce soit, mais tout simplement de faire avancer les choses, tous ensembles, en faisant fi des différences mais dans le cadre d’un but commun.
    mais il me semble que votre haine à notre encontre vous brouille la vue dès que vous tentez de regarder plus loin que votre nez.