L’abattage halal, c’est ça!

L’abattage halal, c’est quoi?

La fondation Bardot diffuse une vidéo avec des images très dures sur le sujet.

Âmes sensibles, s’abstenir!

Face à cette pratique barbare et qui se répand de plus en plus en Bretagne, notre slogan est plus que jamais d’actualité!

halal adsav

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2013, on comptait 4,1 millions de musulmans en France, selon l’Institut national des études démographiques (Ined). En toute logique, ce sont des consommateurs de viande halal, celle-là même qui fait beaucoup parler d’elle, notamment au travers de décisions politiques. Dernière en date, l’annonce de Robert Ménard au micro de RTL début avril. Le maire de Béziers a ainsi indiqué administrer «une ville laïque où il n’y aura pas de repas halal dans les cantines municipales».

Mais au-delà de l’aspect religieux, la viande halal, soit «licite, permise» par l’islam, inquiète. «C’est une bombe à retardement. Ca ne me dérange pas d’en manger, mais le problème c’est le côté sanitaire. Quand un bœuf est saigné à vif, toute la merde qui est près de la gorge peut venir souiller le devant de l’animal (épaule, collier, poitrine)», intervient l’artisan charcutier Eric Ospital. C’est la que le bas blesse. La sécurité du consommable fait peur aux Français et 8 sur 10 d’entre eux disent d’ailleurs être inquiets de connaître une nouvelle crise alimentaire, selon une enquête Ipsos datant d’octobre 2013.

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Chris

    Je ne suis pas d’accord pour manger du halal à mon insu, je veux savoir ce qu’il y a dans mon assiette. Payer la viande à prix d’or ne me donne-t-il pas ce droit ?
    Qui dit halal dit financement du culte musulman, ce qui dans un pays laïc est un comble.
    Pourquoi devrais-je financer l’islam sans le savoir ?
    C’est un non sens !
    Je veux savoir ce qui atterrit dans mon assiette au même titre que les musulmans qui veulent savoir si on ne trouve pas traces de gélatine de porc( ou de viandes non halal) dans certaines crèmes dessert, certains bonbons etc.
    Le respect du consommateur, c’est deux poids deux mesures dans ce pays.

  • C’est vraiment honteux

  • Meriadeg

    Vive cette religion d’amour… et de honte.

  • Launay Eric

    Je suis membre d’Adsav-PPB et je ne consomme rien d’industriel, je suis adhérent de la « Biocoop » du coin et j’achète ma viande à un éleveur vendeur ou à un artisan boucher.
    A Adsav! nous avons toujours dénoncé le hors-sol et la logique de masse dans l’agriculture. Nous refusons, seulement de mettre en coupable les agriculteurs, ils ne sont qu’un maillon du système, système qui prospère par ses clients.
    Les ouvriers sont les premiers fournisseurs de main d’œuvre et de clients du système industriel. L’ouvriérisation et la salarisation de nos campagnes ont amené des attitudes sociales propice à la massification industrielle, ce n’est pas pour rien que la bande Lénine, Trotsky, Staline & cie ont détruit leur paysannerie.
    Concernant notre dénonciation de la généralisation du mode « Halal » nous ne recevons jamais de critiques de la part d’ex musulmans, pourtant étrangers, bizarre, non ? J’ai même reçu des félicitations de connaissances maghrébines et iraniennes…

  • ou vous avez un sérieux problème, ou vous êtes un menteur/manipulateur.
    autant de calomnies en aussi peu de lignes, je suis tenté de vous dire bravo.
    vous trouverez le contenu de ce tract sur ce blog. il semblerait que vous ayez le temps, alors je vous laisse le rechercher.
    qu’entendez vous par rigoler bien fort au sujet du respect de la personne humaine?

    ps: vous allez finir par être bloqué avec vos changements d’adresse mail. ce serait dommage pour si peu (nous n’irons pas la revendre à la cia)

  • Tractatus

    Effectivement, je n’ai pas reçu ce tract, tout simplement parce qu’Adsav tracte en Sarthe et non pas dans les agglomérations bretonnes.
    Envoyez donc le lien pour que nous puissions lire cette dénonciation des conditions de vie et d’abbatages au sein du processus alimentaire conventionnel.

    Mr Guillemot ne sait non seulement pas lire, mais en plus il adapte ses fantasmes à la réalité.
    J’ai parlé de poulets, pas d’animal de boucherie, qui effectivement doivent être abattus par le personnel agréé. Ceci-dit, croire que tous les animaux de boucherie sont saignés dans les normes légales démontre bien que votre monde rural est pobablement plus urbanisé socialement que celui que je fréquente. Encore une fois, un exemple dans le documentaire « L’apprenti ».
    Et quelle est cette histoire de coeur là-dedans ? Les producteurs d’animaux ne font pas dans l’anthropomorphisme, ils savent pourquoi ils les élevent et les nourrissent : pour être dépecés et servir à la consommation personnelle. Le reste est sentiments de citadins modernes et projections idéalistes sur le monde paysan.
    De plus, où ai-je dit que j’étais paysan ? Ma famille ne prétend pas l’être. Pour information, ce sont principalement des ouvriers qui habitent en milieu rural. Ces gens ont toujours élevés des animaux pour consommation personnelle. Ma famille en fait partie comme tant d’autres qui n’ont pas les moyens de faire appel à des agréés pour s’occuper de l’abattage.

    Nous attendons donc une dénonciation globale de telles pratiques (sans passer par le déni comme le fait Mr Guillemot).

    Sinon, pour le respect de la personne humaine chez Adsav, on rigolera bien fort…

  • Pierre Guillemot

    Tractatus, vous devriez lire plus souvent ce qu’écrivent les gens d’Adsav mais aussi les intervenants sympathisants comme c’est mon cas, vous constateriez que le modèle industriel appliqué à l’élevage, l’agriculture ou même la pêche n’est en aucune façon la vision politique et économique prônée par Adsav, bien au contraire ! Le respect dût à l’environnement et à la vie humaine où animale est un credo de la pensée adsaverienne, bien loin des impostures socialo-écologistes que l’on nous sert depuis bien trop longtemps !

  • Pierre Guillemot

    Tractatus raconte n’importe quoi, s’il n’est pas capable de tuer dans les règles de l’art un animal de boucherie, autant faire appel à un professionnel. Pour info il est interdit d’abattre soit-même cet animal, cela doit-être fait par un boucher agrée et dans un Abattoir, pour des raisons sanitaires notamment mais aussi parce que les paysans petits producteurs ne savent pas le faire (sauf les petits animaux, lapins, canards, poules) et surtout n’ont pas le cœur de le faire eux-mêmes. Ce Tractatus se fait passer pour un paysan, sans rien connaître de ce monde où le respect et l’affection pour l’animal existe réellement (je ne parle pas évidemment des élevages industriels). Donc être un bobo qui s’achète une maison à la campagne et élève quelques bêtes pour sa consommation personnelle ne dispense pas de respecter certaines règles !
    Lorsque l’on est incapable de tuer un animal proprement, on retourne en ville et on consomme de la viande achetée en supermarché ! A bon entendeur…

  • vous n’avez pas du lire notre tract sur le sujet puisque nous dénonçons justement ce système…

    question subsidiaire: où avez vous vu des fascistes ici?

  • Tractatus

    Pas d’égocentrisme de votre part s’il vous plait, je m’intéresse aux faits et gestes de la plupart des acteurs politiques britto-français, avec peut-être je l’avoue une préférence pour l’extrême-droite (les contradictions y sont tellement explicites que ça ne nécessite pas une grande analyse, ça passe le temps quoi).

    Vous vous en prenez à l’imposition d’une commercialisation d’un certain type de viande traité dans certaines conditions. Soit, c’est louable.
    Mais le problème, c’est que vous vous en prenez exclusivement à une certaine catégorie d’imposition alimentaire. Cette prise de position est directement issu de votre xénophobie anti-musulmane et plus largement à tout ce que vous identifier comme étant « extra-européen ».
    J’en conclue alors que vous acceptez l’imposition d’autres pratiques alimentaires, comme celles relevant du processus classique, servant les intérêts des puissants et des capitalistes tout en sacrifiant notre santé (cf : ce soir, probablement un documentaire très intéressant sur le sujet sur Arte) sur l’autel de leur rentabilité.
    Ce système, que l’on nomme capitaliste, fonctionne à certains égards comme une religion étant donné que sa superstructure idéologique est vectrice de représentations et de désir qui pousse à la communion extatique dans des pratiques matérielles et réelles (en l’occurrence la consommation de masse dans les temples qui lui sont réservés et l’individuation du salut dans la valorisation identitaire du produit et du mode de consommation). Vous acceptez donc le financement de cette « religion » puisque vous ne la critiquer pas et préférez vous en prendre à un de ses avatars spirituel et culturel parmi tant d’autres.

    Et aucune complaisance de la part des défenseurs des conditions de vie animale envers telle ou telle pratique affreuse sur les animaux, qu’elle soit de nature rituelle ou capitalistique. Seulement, pas de demi-mesures et de « 2 poids = 2 mesures ».
    Et une bonne dose d’anti-fascisme en plus bien entendu.

  • libre à vous de ne pas nous aimer, mais dans ce cas, pourquoi passer autant de temps à regarder nos faits et gestes?
    vous auriez une once d’intelligence, vous auriez pu remarqué qu’à travers le halal, nous ne nous en prenons pas aux musulmans en tant que tels, mais au fait que nous nous voyons imposé une viande issue d’une pratique religieuse.
    nous ne prônons pas le catholicisme ou le judaïsme ou que sais je pour tous. par contre, on se retrouve tous à consommer, acheter et donc financer malgré nous une religion.
    il est toujours amusant de voir comment certaines personnes crient au loup dès qu’on leur impose quelque chose en fonction d’une religion autrefois puissante en Bretagne, mais il est encore plus amusant de voir la complaisance dont font égard ces mêmes personnes vis à vis des pratiques musulmanes.

    ps: la prochaine fois que vous utilisez une adresse mail non valable, vos commentaires seront censuré, merci de votre compréhension.

  • Tractatus

    Encore de la propagande de bas-étage qui s’adresse à l’émotion plutôt qu’à la raison.

    Si la lutte contre les souffrances animales est plus que justifiée, il convient de ne pas pointer du doigt qu’une seule sorte de maltraitante, mais TOUTES les maltraitantes.

    Adsav va-t-il venir m’interdire de saigner les poulets que ma famille élève dans sa propriété de Haute-Bretagne ?
    Activité dans laquelle il m’arrive propablement de rater quelques coups, comme la plupart des gens élevant eux-mêmes leurs animaux pour consommation personnelle.
    Je vous conseille certaines images du documentaire « L’apprenti ». Nous verrons si vous êtes capables de vous en prendre aux paysans avec la même virulence que vous accordez aux musulmans.

    Adsav v’a-t-il lutter contre les élevages industriels massivement présents en Bretagne et dans l’Occident ?
    Vidéo choc ? ==> http://www.youtube.com/watch?v=i1l_BqRs4xE&feature=related
    http://www.youtube.com/watch?v=7K4l_VqBKJQ&feature=related
    Etc.

  • Charl

    Quelle horreur ! Je n’avais jamais osé regarder jusqu’à présent. C’est pire que ce que je pensais.

  • Maiwenn

    Mais comment peut-on accepter ça? C’est complétement répugnant et inhumain de tuer des animaux de cette manière. Autant les achever directement que de les faire souffrir…

  • Si seulement cela faisait ouvrir les yeux aux gens…

  • Pierre Guillemot

    « de telles horreurs » evel just

  • Pierre Guillemot

    Votre avertissement n’est pas superflu ! mais comment peut-on accepter de tels horreurs ?
    Il serait intéressant de publier la liste des abattoirs bretons qui pratiquent ces tortures insoutenables !