France Nature Environnement (FNE) contre Politiques agricoles françaises

fne

Communiqué de presse du 17 février 2011

France Nature Environnement (FNE) contre Politiques agricoles françaises

Adsav! le parti du Peuple Breton, salue le courage de l’association France Nature Environnement (FNE) dans sa campagne d’affichage choc contre les OGM, les pesticides et les algues vertes, provoquant une levée de boucliers du monde agricole, agro-alimentaire et même touristique breton.
Pourtant, à travers cette campagne, FNE ne fait que relever les incohérences et dérives des politiques agricoles délirantes depuis 40 ans.

Ce n’est pas la Bretagne, les Bretons ou les agriculteurs qui sont attaqués sur les affiches controversées. Et rien n’y remet en cause les efforts fournis par chacun pour réduire les effets néfastes de cette pollution.
Le slogan « Arrêtez vos salades » dénonce la prolifération des algues vertes, conséquence de l’agriculture intensive et des abus d’engrais. Plus précisément, avec cette campagne, c’est contre les politiques agricoles successives et directement contre l’argent-à-tout-prix que FNE se positionne, peut-être sans le vouloir.

Adsav! le parti du Peuple Breton, constate que les écolos et anti-capitalistes de la gauche bretonne perdent tout sens de l’écologie et de l’économie sociale et solidaire quand la politique de ses pontes est mise en cause.

Adsav! le parti du Peuple Breton, dénonce les choix ravageurs de politique agricole de la France depuis 40 ans, au nom de l’argent-roi.

Adsav! le parti du Peuple Breton, invite tous les Bretons et les Bretonnes à repenser leurs choix de consommation et à opter pour le fruit d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement.

Adsav! le parti du Peuple Breton, salue l’action d’une association contre les lobbys financiers et corporations politiques responsables de cette situation.

Une Bretagne sans algues vertes et sans pollutions désastreuses, c’est possible.
Nous, citoyens bretons, prenons-en conscience : changeons nos modes de vie et de consommation.

Contact presse : Marie Duvell
Tel : 0033 (0) 970446004
marie.duvell@adsav.org

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • konan

    Pa oa bet lanset ar stourm evit ar labour douar e breizh,ar vransijen o deus graet seurt evidon ni.d’ar c’houlz se mond rije ordinal ar vretonned da c’honezet o zamm bara da bariz;memestra kle’ gweloc’h eo morc’h ba breiz isel evit mitijen ba pariz.tud ‘vel « france environnement » a zo chass ar galleg dre holl e barz ar vro ar peizanted dislare o douar,ha kemmend hini o deus graet ar c’hontrefed e bro leon!An dud se a zo chaumet barzh ar vro!

  • Michel

    « Ce qui se passe aujourd’hui en Bretagne est le fait des successives politiques agricoles de l’État colonial français »

    Le gouvernement a donné des orientations mais les agriculteurs sont le principaux responsables de la manière dont ils conçoivent leur métier. Si on parlait de la pêche ce n’est pas le gouvernement français qui oblige les patrons a recruter des marins des pays de l’Est.

  • Meriadeg

    Nous devons être pour une écologie qui prenne acte de l’économie de marché pour mieux la réguler, une écologie de l’innovation qui renonce à la paresse intellectuelle de la pensée dogmatique et rompe avec l’approximation, une écologie qui préfère la réalité à la pureté, une écologie de l’envie et de l’enthousiasme qui doit tourner le dos au catastrophisme, à l’écologie de la peur et de la menace ! Une écologie résolument moderne, tournée vers l’avenir et non pas une écologie politique soumise à une idéologie totalitaire.
    Ce qui se passe aujourd’hui en Bretagne est le fait des successives politiques agricoles de l’État colonial français.

  • Pour répondre à Monsieur Le Drian cité plus haut par Monsieur Baudoin-Quéré, si les algues vertes sont effectivement présentes en abondance sur six malheureuses plages de notre littoral, le reste de nos côtes est loin d’être épargné comme semble l’affirmer Monsieur Le Drian, il est en revanche tout à fait inexact de prétendre qu’une décroissance s’est amorcé l’été dernier, on peut même au contraire observer une prolifération de ces algues dans le golfe du Morbihan et sur les plages de Douarnenez-nord et celles du sud-Morbihan. Sur quelles études et organismes Le Président du Conseil Régional s’appuie-il pour livrer ainsi de tels énormités ? Le laboratoire de l’État français Ifremer qui n’a jamais brillé par son indépendance de vue ou quelque laboratoire privé grassement rémunéré par le Conseil Régional ? Peut-être Monsieur Le Drian devrait-il sortir un peu de sa tour d’ivoire pour constater de visu les ravages, olfactifs notamment, occasionnés par ce phénomène ?
    Pour conclure il faut bien comprendre qu’en aucune manière Adsav! ppb ne stigmatise nos agriculteurs, c’est bien la folie des politiques agricoles successifs des gouvernements français et de l’U.E que nous dénonçons avec vigueur.

  • Pierre Guillemot

    « Les agriculteurs bretons font un gros effort car ils ont pris conscience. »
    S’agit-il d’une véritable prise de conscience ou plus prosaïquement d’avantages financiers conséquents consentis par l’U.E à ces mêmes agriculteurs dans un souci de lisser l’image de cette agriculture intensive ?

    Mon cher Meriadeg, vous avez raison de préciser que l’agriculture bretonne et les filières de l’agro-alimentaire représentent un enjeu économique, mais êtes vous certain que si, je vous l’accorde ce secteur est pour beaucoup dans le solde positif de notre balance commerciale, les bénéfices de ces excellents résultats profitent au peuple breton, à sa qualité de vie à ses emplois (emplois bretons j’entends) ?
    Il faut en finir avec le productivisme agricole tant dans l’intérêt des agriculteurs eux-même que dans celui de notre environnement et pour préserver la santé des hommes tout en gardant une place de leader dans ce secteur et les solutions existent, certains petits agriculteurs les mettent déjà en œuvre : l’agriculture biologique !

  • Meriadeg

    Inconditionnel défenseur de l’environnement de la Bretagne, ne partageant guère les attitudes nihilistes des « Verts » et de leurs fidèles valets bretons, je reconnais que le communiqué du Parti du Peuple Breton est très habile, sensé et réaliste. Les agriculteurs bretons font un gros effort car ils ont pris conscience.
    Enfin l’agriculture bretonne et toutes ses filières dont l’agro-alimentaire représentent un poids considérable pour notre économie.
    Pensons INDÉPENDANCE et laissons les doux rêveurs et autres fantaisistes délirer…

  • il n’y a qu’à voir les propositions qu’ils font sur ce sujet, on ne pas déclarer qu’il s’agit d’une attaque contre le Bretagne et les bretons.
    certaines remarques sont très pertinentes!
    suite à la diffusion de notre communiqué, FNE nous a envoyé un message de remerciement.
    http://www.fne.asso.fr/fr/nos-dossiers/Agriculture/campagne-2011/algues-vertes-.html

  • Pierre Guillemot

    Les tenants de l’agriculture propre sont trop peu nombreux en Bretagne mais j’espère que la courbe va s’inverser. Les responsables de cette politique catastrophique sont évidemment les gouvernements français et l’UE, mais il ne faut pas absoudre les agriculteurs industriels céréaliers ou porcins et leur syndicat la FNSEA (relai électoral de l’UMP) dans la dérive industriel qui cause tant de dégâts sur note territoire et dans nos eaux.

  • Mickaël

    Je salue le courage de la F.N.E. mais il est vrai qu’une minorité d’agriculteur fait des efforts pour enrayer ces pollutions visuelles et olfactives.
    Il est vrai aussi que l’agriculture intensive fait d’énormes dégâts aussi bien sur le sol que dans celui-ci.
    Les micro-nappes phréatiques en prennent un sacré coup.
    Il y a quelques semaines, à Pors-ar-Goff en Saint-Nic (29), un éleveur porcin a eu l’autorisation d’étendre son élevage (le Télégramme du 06 février) et ce, grâce à un certain ministre de l’agriculture qui a fait paraître un décret.
    Quant à Monsieur Le Drian, je salue sa façon de retourner sa veste. Un vrai faux-derche au service d’un gouvernement de fayots !
    Cordialement !

  • http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/algues-vertes-chacun-campe-sur-ses-positions-video-20-09-2010-1055267.php
    ce sont bien les politiques Nationales (France) ET Européennes (U.E.) qui nous ont conduit là où nous en sommes arrivés et de là où nous avons de la peine à sortir, MAIS stigmatiser toute une profession là où certains font des efforts considérables pour rectifier le tir, et toute une Région alors que pas plus tard que la saison dernière la prolifération d’algues vertes a connu une décroissance et que seules SIX plages sur des centaines sont concernées par ce problème des algues vertes (dixit le Président de Région LE DRIAN) c’est aller un peu vite en besogne… en rentrant de la Mission Bretonne de Paris / Ti ar Vretoned Bro Bariz l’autre soir par le métro, je suis tombé sur cette campagne d’affichage, et j’ai été choqué (négativement) et j’imagine ne pas avoir été le seul!