War raok N°32

War raok 32EDITO.

Ni-Hon-Unan
(Nous-mêmes).

Depuis la perte de notre indépendance, la France considère la Bretagne comme une colonie et qui plus est comme une zone de non droit. Des multiples argumentations développées au sujet de l’illégitimité des prétentions de la France en Bretagne, de l’illégalité de ses actes et du caractère illicite de l’action de ses agents il ressort que la seule légitimité dont pourrait arguer la France en Bretagne est celle des forces occupantes qui ont selon les coutumes de la guerre, le devoir de faire fonctionner les institutions des pays occupés. Mais aussi et de ne pas tenter d’y altérer cultures, coutumes et économie, ce que la France fait en Bretagne depuis 1789.

Aucune institution française correspondant aux trois pouvoirs, l’exécutif, le législatif ou le judiciaire, ne consentira à reconnaître quelque tort que ce soit et, partant, à accepter de donner suite à la moindre revendication bretonne. L’action combinée de la propagande médiatique, de l’instruction publique transformée en une prétentieuse “éducation nationale“ ou plutôt coloniale, et de l’ensemble de la fonction publique composée de Français ou de supplétifs bretons tend sans discontinuer depuis 1532 mais surtout depuis 1789 à faire s’estomper la conscience nationale du peuple breton dans un magma altermondialiste et métissé dont la finalité est de modifier la carte génétique des Bretons afin de les noyer dans un brouet anonyme facile à soumettre.

Ce dernier point est capital, en effet un Breton privé de ses capacités politiques ou économiques, persécuté dans sa culture reste génétiquement un Breton, celte et européen avec quantité de qualités et de défauts. Il ne faut pas laisser dénaturer notre peuple. Persuadés comme nous le sommes que les peuples européens ne retrouveront leur équilibre que dans l’esprit des nations, une terre portant un peuple avec ses lois et dirigé par l’exécutif qu’il s’est donné, avons-nous quelque chose à attendre de l’ennemi ? Évidemment non ! Des étonnants collaborateurs européens de ces derniers – ou traîtres comme l’on voudra – pas plus ! Nous ne pouvons compter que sur nous mêmes.

Le suffrage universel complètement dénaturé par la censure et la propagande médiatique est devenu une supercherie de laquelle il n’y a rien à attendre sauf au niveau local. La destruction de l’économie bretonne est induite par les théories extrêmes du libéralisme et de son exsudat l’alter-mondialisme. A la fermeture totale et hermétique ne peut répondre que l’établissement d’un rapport de forces favorable.
Cet objectif peut être atteint par la mise en mouvement des forces populaires bretonnes.

Pierre de Ploeuc.

War Raok

Partagez sur les réseaux soxiaux !