Défense de cracher par terre et de porter des noms bretons?

Pour une personne pudique, il n’est jamais très agréable d’attirer l’attention sur son cas personnel. Parfois la valeur générale de la leçon mérite néanmoins qu’on s’y attarde. Je fus un peu surpris de recevoir hier un message de la part de l’administrateur de l’ABP en réponse à mon intervention intitulée « Tournons définitivement la page du régionalisme » et qui disait:

“merci de vos contributions l’ABP et à la cause bretonne. Par contre la ligne éditoriale http://www.agencebretagnepresse.com/notes.php spécifiant explicitement l’interdiction des pseudonymes, des noms de plume et des de noms bretonnisés, j’ai du rectifier votre profil déclaré de frederig ar bouder vers Frederic Bouder.”

Précisons au passage que le prénom inscrit sur le certificat de naissance délivré par les autorités françaises est “Frédéric” et non “Frederic”. Je mets aussi des majuscules à Frederig et Bouder. Mais peu importe. Après demande d’éclaircissement, la raison de ce soudain revirement serait la peur du gendarme, ou au moins une forme d’extrême précaution:

“Le fait que je sorte justement d’une affaire en diffamation (…) ne fait que confirmer que j’ai raison dêtre extremement pointilleux sur l’etat civil véritable des contributeurs. Il est en particulier difficile à contrôler sur les commentaires, qui peuvent être écrits par n’importe qui et dont le contenu peut etre n’importe quoi.”

Frederic Bouder risquerait-il de se dissimuler derrière Frederig ar Bouder pour attaquer? Mais quelle drôle d’idée. Et merci pour la confiance ! Mais laissons ces peurs infondées et posons la question qui finalement importe: pourquoi (re-)bretonniser son nom? C’est évident: pour affirmer sa bretonnité. Puisqu’on parle de « cause bretonne », ma cause à moi c’est l’indépendance au sein de la Celtie et de l’Europe aux cent drapeaux. Au même titre que la réappropriation de la langue de mes grands-parents cet acte n’est pas anodin. Hep brezhoneg Breizh ebet! De Morvan (Maurice) Marchal en passant par Olier (Olivier) Mordrel(le) ou Yann-Vari (Jean-Marie) Perrot nombreux sont les Bretons sincères qui ont fait ce choix, dieu merci sans agence pour les rappeler à l’ordre. Je ne suis pas en mauvaise compagnie. A charge pour moi de me montrer digne de ces grands ancêtres, ce que je m’efforce de faire à ma petite échelle. Le peuple breton se définit d’abord par son existence charnelle et, peuple sans papiers, ne continue d’exister que par l’affirmation consciente de sa personnalité: on ne naît pas Breton, on le devient disait Morvan (Maurice) Lebesque. Ce qui figure sur les bouts de papiers délivrés par l’état-civil français – et repris ensuite par les « officiels » de France et d’ailleurs- est finalement bien peu. Le simple produit d’une situation anormale et, j’espère, transitoire. Un jour l’Etat breton reconnaitra nos noms, mais pour le moment nous devons bien nous contenter de « noms d’usage ». Qu’importe ! Ce qui compte c’est de souligner dès que possible la différence qui existe entre nationalité réelle et citoyenneté formelle. Notre nom est un moyen parmi d’autres. Cette affirmation distingue précisément l’indépendantiste breton du régionaliste déférent.

Quelle suite donner? Pour moi, pas grand-chose j’ai d’autres combats plus urgents à mener. Intervenir sur des sujets qui touchent à la Bretagne en abandonnant mon nom breton n’aurait aucun sens. C’est donc bien volontiers que je passe la main à notre vice –président et porte-parole, Ronan Le Gall. Par chance, son nom breton est également son nom d’Etat civil français. La charte de l’ABP sera donc respectée. Pour l’ABP, le problème risque d’être plus épineux. Son administrateur compte-t-il faire la chasse aux noms bretons? Ce serait l’application logique de cette règle kafkaïenne. A moins qu’elle ne soit qu’une mesure discriminatoire ou vexatoire à l’encontre de ma seule personne, mais cela je n’ose même pas l’imaginer.

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Bernard

    La moindre des politesses c’est aussi de se présenter et de dire clairement ce que l’on fait là.
    Alors voila :
    Je réside souvent à Lyon, mais le plus souvent possible (et bientôt tout à fait) dans mes montagnes du nord de la Lombardie, où je me suis ‘’ré enraciné’’, pour mon plus grand bien.
    Cela m’a permis de connaitre un peu mieux un mouvement avec lequel je me sens en parfaite syntonie, la Lega Nord : http://www.leganord.org/ .
    Je me suis aussi mis en relation avec : http://padaniestero.leganord.org/ pour la France ; et je dois dire ici que la personne qui en est responsable est vraiment une personne formidable – un petit bonjour en passant cara Lisa –
    S’il m’arrive de poster sur votre blog, c’est simplement ‘’en voisin’’ car votre mouvement Adsav est très apprécié par de nombreux mouvements plus ou moins convergents dans l’esprit et le but, je pense aussi au Vlaam Belang et à d’autres encore …
    Et tout le bien que je vous souhaite, c’est d’arriver à des résultats électoraux équivalents à ceux du Vlaam ou de la Lega.
    C’est peut être possible vu le contexte et si vous tenez compte de vos spécificités ‘’celtiques’’ qui pourront vous donner, j’espère, en même temps que la sympathie de vos compatriotes et une implantation sur ‘’le terrain’’, la possibilité de faire revivre un type d’organisation sociale et politique qui renouerait avec la personnalité de votre nation. (Si l’ogre hexagonal ne vous mange pas)
    Que M. Tillenon ne soit pas vexé, ce n’est pas très méchant de se faire dire que l’on est aussi fou que certains Irlandais ; et en tout cas merci pour ses éclaircissements sur sa position, sur laquelle je me trompais complètement en le croyant sympathisant d’Adsav, même si je dois bien reconnaître qu’elle me rempli de consternation …

    « Comunque gira » avait dit Galileo Galilei.

    PS: merci bras malgré tout pour les textes en Breton, que je ne comprends pas trop mal, à mon grand émerveillement, mais bon je vous épargne une réponse en Italien.

    Posté par Bernard | avril 17, 2009, 1 h 11 min

  • Bernard

    Scusatemi, mi sono sbagliato :
    «Eppur si muove » (Et pourtant elle tourne) é la frase esatta di Galileo Galilei.
    Trugarez.

  • TILLENON

    Ar framm brezhon zo, etre daouarn pobl Vreizh, ur benveg-distrujañ hag ur benveg-krouiñ war un dro.
    Ur benveg da zistrujañ ar framm gall eo ar framm brezhon. Gant ar framm gall eo dalc’het pobl Vreizh e sujidigezh. Gant ar framm brezhon e labour pobl Vreizh d’he dieubidigezh. Renet e vez an emgann-dieubiñ, n’eo ket gant pobl Vreizh er-maez eus ar framm brezhon, n’eo ket a-enep da bobl Frañs, met gant ar framm brezhon a-enep d’ar framm gall. Benveg an dieubidigezh a zistruj benveg ar sujidigezh.
    Pep Breizhad a rank dibab etre benveg ar sujidigezh ez eo ar framm gall ha benveg an dieubidigezh ez eo ar framm brezhon.
    Pep Gall a rank dibab etre derc’hel pelloc’h e vro evel ur benveg a sujidigezh, ha skoazellañ pobl Vreizh da zieubiñ he hini.
    Ur benveg-krouiñ eo ar framm brezhon. Gantañ e krou pobl Vreizh ar vuhez rez a vleunio dre an dieubidigezh.
    Penaos emañ dalc’het pobl Vreizh e sujidigezh gant ar framm gall ? Penaos ez eo ar framm brezhon ar benveg nemetañ da zieubiñ pobl Vreizh ? Petore darempredoù ez eus etre un emsaver hag ur Gall ? Penaos ez eo ar framm brezhon ur benveg-krouiñ diwar vremañ.

    Dispac’h zo e Breizh. E anv zo an Emsav. Graet e vez an dispac’h gant dispac’herion. An dispac’herion zo micherourion an dieubidigezh.
    Evel pep micherour e rank an dispac’her deskiñ e vicher. Daou brantad zo e stummadur an dispac’her. Ar prantad kentañ zo an dieubidigezh hiniennel. An eil prantad zo dieubidigezh ar vro.
    An dieubidigezh hiniennel zo :
    – dezrannañ ha distrujañ an den sujet a zo stummet ennañ dre ar framm gall,
    – dezrannañ ha krouiñ ennañ an den brezhon nevez a zo frouezh an Emsav.
    Dieubidigezh ar vro zo :
    – dezrannañ ha distrujañ ar framm sujer,
    – dezrannañ ha krouiñ ar framm brezhon.
    Ar stummadur n’eo ket anaout mennozioù an Emsav, n’eo ket sevel a-du gant an Emsav, n’eo ket ur ouiziegezh dastumet er-maez eus an Emsav. Ar stummadur zo treuzfurmadur an den : eus den sujet e teu da vezañ den rez. Ar stummadur zo un ober. Dre ar stummadur e vez 1) dieubet an den 2) graet anezhañ ur micherour eus an dieubidigezh.

  • gwezenn

    Et ça intéresse qui vos histoires ? pas grand monde je le craint…vos théories sont farfelues, libre à vous d’y croire mais cessez de dénigrer les bretons qui ne souhaitent qu’une chose : se défaire du carcan de l’occupant français et de sa raie-publique. Par ailleurs ce qui était à dire l’a été, suggestion : que le Webmaster verrouille le sujet et tous le monde s’en portera que mieux…

  • TILLENON

    Il y a erreur cher « webmaster » ! Ne vous sentez pas méprisé ! Je ne conchie pas votre parti. Je le situe juste à sa place qui n’est pas dans l’Emsav, comme il fait l’erreur de le prétendre.

    « Adsav ! » n’est pas bretonnant. J’ai compris qu’il ne cherchait pas à le devenir et qu’il ne ambitionnerait pas à développer les structures étatiques bretonnantes nationales dont « Breizh » a besoin pour remplacer les structures étatiques françaises.

    Votre parti est donc dans le « mouvement breton » régionale. C’est tout. Une place pour chaque chose et pour chacun ! Chaque chose et chacun à sa place !… C’est pourquoi j’ai cessé de m’y intéressé.

    « Adsav ! », comme Kêrvreizh et d’autres associations ne peut être qu’un relais du deuxième cercle intermédiaire d’information entre le grand public français du troisième cercle et le cercle central privé de l’Emsav néo bretonnant comme Preder, Imbourc’h, Al Liamm, Aber, Bremañ, Kelc’h Maksen Wledig etc…

    Kêrvreizh (2e cercle semi-public) est un relai pour Kelc’h Maksen Wledig (1er cercle privé). C’est pourquoi Kêrvreizh avait accepté de diffuser des objets d’ « Adsav ! » comme bien d’autres, il y a quelques années. C’est normal.

  • TILLENON

    « Atao ». Ta prose niaise ressemble trop à du « Le Laid » qui joue au laitier pour avoir du « lait », ou à l’âne pour avoir du son, pour que je continue avec toi. Ton ton ton ton Boris est revenu ?… il faut te renouveler !

    En tout cas, pour les autres, faire semblant de faire la confusion entre « Bretagne » et « Breizh » est très révélateur de l’imposture au service du pouvoir en place. « Bretagne » n’est plus « Breizh » depuis longtemps puisque c’est un territoire aujourd’hui totalement francisé comme l’indique son appellation « Bretagne ». « Bretagne » ne peut donc plus être la traduction de « Breizh », comme autrefois, quand existait encore une société bretonnante, même archaïque. C’est clair. « Emsav » (Breizh) et « Bretagne » sont maintenant deux sociétés, deux États différents et étrangers. L’un est renaissant, l’autre est décadent, comme, par exemple « mouvement sioniste » (Israël) et « Palestine »…

  • Webmaster

    Yann-Ber Tillenon fut un intervenant extérieur du congrès d’ADSAV de 2005. Un « lien » bien superficiel et qui n’est plus d’actualité.

    Atao: les mensonges et les manipulations ne sont pas acceptés sur ce blog. Vous aurez le loisir de poursuivre cette conversation ailleurs. Ce sera le meilleur endroit pour demander à M. Tillenon les raisons qui le conduisent à faire usage des symboles d’un parti qu’il conchie. C’est moins notre problème que le sien et , visiblement, le votre.

    Le webmaster

  • Atao

    Mouai, ça reste bien abstrait pour éviter de donner des détails précis.

     » Il est donc forcément composé d’étrangers à la province française « Bretagne », d’où qu’ils viennent, quelle que soit leur origine, même bretonne ! »

    Qui ça exactement ? Soyez concret, donnez des éléments, des chiffres. Expliquer le processus. « Des étrangers », « Quelque soient leurs origines », tout ça c’est inconsistant. Concrètement comment faites vous ?

    « Juifs de toutes nationalités »

    C’est logique puisque les Juifs ont toujours eu une « double » nationalité: la vraie, juive, et l’administrative, celle du pays ou ils vivaient. Cela n’a rien à voir avec les bretons.

    A morvan

    Mr Tillenon a pourtant animer un congrès d’ADSAV, c’est sur internet. Il y a le drapeau d’ADSAV chez lui aussi. Il vend même WAR RAOK en Russie à ce que l’on voit en photo.

  • TILLENON

    Très intéressant ces dernières réponses pédagogiques !… Merci ! Elles démontrent encore mieux que je ne pourrais le faire moi-même l’asthénie politique des gens du « mouvement breton ». Ce groupe humain reste un sous-produit provincial français de la société décadente française actuelle. Il voudrait remettre en cause l’État français !!!… Pour le remplacer par quoi ???!!!

    « Meriadeg », « Bernard » vous êtes des emblèmes précieux. Vous représentez très bien cet agrégat hors de l’histoire de « France » et de « Breizh ». Vous ne comprenez rien, ou faites semblant de ne pas comprendre. Comme beaucoup, vous voulez éviter de faire l’effort de vous former politiquement et linguistiquement en breton. Vous êtes donc obligés d’avoir recours à un charabia insolent par compensation. C’est classique ! Vos invectives sont des compliments ! C’est bien pour cela que je n’ai évidemment jamais été membre d’ « adsav ! ».

    « Atao » « … Quelle quantité d’étrangers, quelle qualité et surtout ma question qui vous demandait si vous estimiez que les étrangers actuels s’engagent plus que les bretons provinciaux dans l’emsav… ».

    Cette question est une fadaise. Je pensais que tu aurais compris avec ma dernière réponse car, de toute façon, l’Emsav est un nouveau pays étranger avec une nouvelle société et un nouvel État à développer jusqu’à devenir « Breizh ». Il est donc forcément composé d’étrangers à la province française « Bretagne », d’où qu’ils viennent, quelle que soit leur origine, même bretonne !… Je l’ai déjà dit. Le meilleur exemple pour nous, c’est Israël. C’est un pays modèle pour l’Emsav. Il s’est construit avec des Juifs de toutes nationalités, de toutes origines ethniques. Ils étaient soudés par leur idéal et leur nouvelle langue contemporaine : l’hébreu moderne !

  • Atao

    C’est très connu, pourquoi nier, c’est inutile…

  • Atao

    Ah bon ? Pourtant de ce que j’en entends, Tillenon est membre d’ADSAV. Tout le monde sait ça. Après on ne connaît pas les détails et on s’en moque un peu aussi…

    En tous Mr Tillenon merci pour n’avoir pas répondu à mes questions précises: quelle quantité d’étrangers, quelle qualité et surtout ma question qui vous demandait si vous estimiez que les étrangers actuels s’engagent plus que les bretons provinciaux dans l’emsav…

  • Bernard

    Et moi qui pensais que les Bretons étaient moins fous que les Irlandais …
    pas certains spécimens en tout cas !

    Skrivet-goude : Kevrenn Nevenoe … An trec’ h ganeoc’ h !

    Ao. Tillenon, per me resta la Padania da fare. *
    * Ober gant Padania, me a fell din.

    Saluti Padani
    A wir galon.

  • Meriadeg

    Attention Tillenon ne représente que lui-même et vous êtes en train de lui fournir une tribune qu’il ne mérite absolument pas.
    L’hôpital le plus proche de Montparnasse n’en veut même pas !!!!

  • TILLENON

    On verra bien qui fera évoluer l’Emsav jusqu’à « Breizh » pour en finir avec « « Bretagne », s’il aboutit un jour. Mais pour le moment, heureusement qu’on a eu un Basque comme Roparz Hemon, un Picard comme Meven Mordiern et autres Rennais et Parisiens d’origines diverses… Sinon je crois bien qu’on ne parlerait plus de « Breizh », mais uniquement de « Bretagne » comme on parle du « Limousin » !…

    Il y a un problème important à résoudre : Comment proposer quelque chose à une population alors qu’elle a déjà tout fait pour s’en débarrasser ? N’est-ce pas un défi colossal à la loi de l’offre et de la demande du « marketing » ?

    Je n’ai pas de boule de cristal. Je crois simplement qu’il faut, des maintenant, restructurer l’Emsav avec ses acquits historiques, politiques et linguistiques, pour préparer une société alternative en marge de la société française et non pas participer politiquement à cette dernière pour renforcer le système qui s’écroule.

    Avec qui ?… Comme « Dieu », l’Emsav reconnaîtra les siens…

  • Atao

    Quelle quantité vous semble acceptable ?

    Quelle qualité ?

    Enfin les étrangers ne semblent guère intéressés par « Breizh », préférant défendre leur identité d’origine (turque, maghrébine). Croyez vous qu’ils soient plus performants que les bretons présentement ?

  • TILLENON

    Certainement pas! Cela dépend de quoi et de qui ! A ce sujet Nicolas Sarkozy avait raison de parler d' »immigration choisie » pour son pays. C’est évident. Sinon ce n’est plus de l' »immigration » mais de l' »occupation » ! C’est valable pour tous les pays du monde. C’est un problème de pourcentage, de quantité. C’est pour cela que j’ai laissé les lignes que vous citez. Particulièrement la dernière ! J’ajoute que, compte tenu de ce qu’ont laissé faire de « Breizh » ses habitants, à savoir une province française « Bretagne », à partir d’une nation européenne puissante et souveraine, il serait peut être bien temps de les régénérer !… C’est le résultat qui compte. L’histoire juge sur les compétences…

  • Atao

    Vous refusez donc le métissage et l’immigration ?

  • TILLENON

    Oui, en vérité ces mots sont une provocation postée sur le site de KMW l’année dernière. C’est l’oeuvre de l’agitateur Boris Le Lay. Mais finalement j’ai décidé de laisser sa fanfaronnade car elle m’arrangeait plutôt que de m’ennuyer…

  • Atao

    « En hiver 2007, Yann Ber Tillenon fait part de son désir de créer une fondation euro-africaine dont l’objectif sera le dialogue des philosophies traditionnelles et un regard nouveau sur le métissage.

    « Il faut se rendre à l’évidence, les grandes migrations du 21ème siècle s’annoncent d’une ampleur telle que les invasions barbares qui terrassèrent Rome feront figure de simples pélerinages armés. Il est manifeste que rien ne peut endiguer cette évolution historique, ce mouvement humain. Il importe donc de faire en sorte que la philosophie indo-européenne puisse survivre à ces changements en alimentant les populations arrivantes. C’est en réalisant la synthèse entre énergie primordiale induite dans le mouvement des jeunes peuples et la sagesse gréco-romaine et païenne que l’Europe peut envisager un renouveau. Le métissage est plus qu’une chance, c’est notre avenir, à la condition exclusive qu’il soit le support d’une philosophie nouvelle. Un corps neuf peut porter une Idée neuve, c’est la chance qu’incarne l’immigration si elle est choisie, sélectionnée. »

  • TILLENON

    Bien que restant fidèle à mon baptême et à l’église catholique romaine qui m’a reçu, Je ne suis pas particulièrement chrétien, comme on le sait… Mais il y a une citation des évangiles que je retiens toujours, c’est: « On reconnaît l’arbre à ses fruits ».Si les « purs Bretoned ethniques » avaient du devenir des « nationaux » de « Breizh » et non pas des « provinciaux » de « France » on aurait fini par s’en apercevoir… Non ?

    Cela devrait changer avec le système économique mondial qui est en changement. Mais apparemment, Les “Bretoned” préfèrent toujours rester esclaves de la France. Ils sont dans le confort de la “Bretagne” et de son “mouvement breton”. Ils ont une gamelle dans l’ahistoire et restent francisés, plutôt que de choisir “Breizh”, l’effort de l’”Emsav” pour être “Brezhoned” libre, bretonnisés, immédiatement dans l’histoire !… Proposer aux “Bretoned” d’aller dans l’Emsav pour construire “Breizh” et, ainsi, de se réaliser eux-mêmes, c’est, à mon avis comme proposer aux Palestiniens d’aller dans le Betar pour construire Israël !!!…En connaissant, concrètement, les deux côtés, je sais bien de quoi je parle…C’est de la philosophie (druidisme) pratique et non pas être “Franc mac” comme disent certains !…

  • Bernard

    Aotrou Yann-Ber TIHERNON,
    mar plij ;
    Juste pour être un peu plus clair sur une conception de la nationalité qui se confond avec la citoyenneté et dont le modèle français est l’exemple type.
    Partant sur la seule base admise d’une construction ‘’à priori’’ de la personnalité, (notamment par le moyen de l’école publique ‘’laïc et républicaine’’, mais aussi de bien d’autres manières), elle ne pouvait à terme que s’imposer en étouffant ce qui est la véritable identité, celle ‘’à postériori’’ (innée, charnelle, ethnique, enraciné) d’une personne ; voir de vastes ensembles géographiques et culturels.
    Qu’aujourd’hui elle soit devenu fatigante et mentalement oppressante, se fragilise et engendre un rejet diffus, consciemment ou inconsciemment, est justement dû au fait qu’elle est une construction abstraite et volontariste se coupant de plus en plus de toute réalité concrète, ‘’charnelle’’, pour ne plus se justifier que par des principes aussi prétentieux que désincarnés.
    Et, malgré tout le respect que je vous dois, j’en viens à me demander si votre conception de ce qu’est la ‘’nationalité’’ n’est pas finalement du même ordre ?
    Enfin, rassurez- vous, je ne pense pas que vous soyez du même bois que de celui dont est fait un banal ‘’stato-jacobin’’ style Bidochon ou style Mélanchon ; et qu’un idéal est aussi nécessaire que le ciel au dessus de leurs têtes au gens de valeur.
    PS : J’apprécie tout particulièrement ceci dans ce pourquoi vous vous battez :
    N’eo ket gwir e vez chañchet yezh evel ma chañcher roched : ar yezh zo ennon, stag eo ouzhin, ma roched n’eo ket!

    Gant ma gwellañ gourc’hemennou evit ho yezh hag ho sevenadur

  • Bernard

    ‘’construire « Breizh » avec des « Bretons », alors que ces derniers ont toujours tout fait pour se renier et détruire leur nation européenne …’’

    Enfin, ne pas non plus tout ramener au volontarisme et à l’acquis.
    Ceux-ci restent fragiles et fatigants à la longue et ils sont sans avenir s’ils ne ressortent plus de l’inné.

    Je ne connais pas vraiment votre nation et j’ignorais qu’elle avait été à ce point perméable à la ‘’francisation’’ …
    Triste eo.

  • TILLENON

    Merci à Bernard, mais je ne me reconnais pas dans ce qu’il dit. Je suis au contraire, « terre à terre ». J’appelle français ce qui est de Bretagne et « brezhon » ce qui est de « Breizh » (aujourd’hui l’Emsav). Point barre!…

    Je viens d’envoyer cela ailleurs :
    « …Il nous faut choisir entre deux sociétés : la société française hétérogène cosmopolite, « Bretagne » en fait partie comme son nom l’indique, ou la société européenne homogène comme « Breizh » (l’Emsav), puisque européenne.

    Mais a priori il faut être bien naïf ou très audacieux pour chercher, du moins en discours, à construire « Breizh » avec des « Bretons », alors que ces derniers ont toujours tout fait pour se renier et détruire leur nation européenne « Breizh » et en faire une région française « Bretagne ». Comme « Dieu », l’ « Emsav » reconnaîtra les siens d’où qu’ils viennent!… « Diwar o labour e vez barnet an dud. » (c’est sur leur travail qu’on juge les gens.)… »

  • Fred

    Noms bretons : l’Agence Bretagne Presse définit sa position

    L’agence Bretagne Presse nous a annoncé son intention de revoir sa position sur l’usage de noms bretons dans les communiqués qui lui sont envoyés. Désormais les personnes identifiables sous la version bretonne de leur nom pourront en faire usage. Fin heureuse de ce malentendu inutile.

  • Bernard

    Demat deoc’h Aotrou Yann-Ber TIHERNON,

    Mar plij :

    Les hauteurs où vous respirez ne sont peut être pas toujours accessibles à tout un chacun (c’est de Knut Hamsun), mais si vous daigniez un jours redescendre de votre Breizh céleste (et multiethnique …) parmi vos trop communs semblables vous seriez, à mon humble avis, un excellent auxiliaire pour Adsav !
    Vos connaissances étendues, votre grande culture et surtout votre maîtrise de la langue Bretonne sauraient sûrement être misent au meilleur profit par les Adsaverion.
    Gant doujañs.

  • Meriadeg

    Pierre Guillemot fait une très bonne analyse et ce qu’il vient d’écrire c’est ce que j’entends de plus en plus. L’abp, ces derniers jours encore, fait le bonheur d’un parti régionaliste lié directement à la droite et centre-droit français ! parti plus virtuel que réel…voir le nombre de participants lors de son récent et dernier congrès !!! Puis ensuite c’est le tour de ce vieux parti essoufflé qui collabore avec la gauche française (et avec bien souvent nos pires ennemis !)d’être la vedette. Q’une agence de presse sérieuse parle de ces mouvements OUI et c’est normal, qu’elle minimise, voire censure (celà a été le cas pendant près de 7 ans pour ADSAV) NON.
    Moi également je suis très déçu par cette agence…. Mais je pense que celà reste un détail dans le long combat pour l’Indépendance de notre Patrie.
    Un jour il nous faudra peut-être prendre à notre compte ce slogan :
    « Celui qui n’est pas avec nous, est contre nous ».

  • Pierre Guillemot

    Cette interdiction d’utiliser la forme bretonne du nom d’un intervenant breton, quelque qu’il soit, a tout de même des relents de censure, non ? Car, enfin ! la signature fait partie intégrante du texte que je sache !
    J’avoue avoir beaucoup apprécié la création d’une l’Agence Bretagne Presse à ses débuts, mais je me suis détourné rapidement de ce média depuis, ce site étant trop partisan de groupes régionalistes douteux (pour ne pas dire français).
    A quant une alternative crédible à cette pravda bretonne ???

  • Fred

    Signer d’un nom bretonnisé un texte en français, n’est-ce pas loufoque ?
    —-
    Question de point de vue.

    Olier Mordrel, Yann Fouere ou d’autres furent/sont sans doute des loufoques aux yeux du rationalisme français. « Yann-Ber » Tillenon lui aussi intervient souvent en français. Loufoques? Et alors? Qu’est-ce que cela peut bien faire

    L’important est de ne jamais céder, de ne jamais prendre un affront pour un compliment. Et de dire ce qu’on pense devoir dire. le reste est question d’appréciation

  • Bonte alain

    Bonjour,
    Je viens de lire cet article. Bravo, restez fier d’être breton.
    Je ne suis pas breton mais picard, je porte un nom flamand (bonte ou bont veux dire « bigarré » en vieux néerlandais). Je râle souvent lorsque l’on met un accent sur mon ‘e’. Je vis en Bretagne depuis 17 ans. J’y ai acheté ma maison, y passerais ma retraite et certainement y mourrais. Je suis fier d’être picard d’origine belge mais lorsque je vais en Opex j’emmène avec moi le drapeau breton que nous sortons chaque fois que l’occasion se présente. Battez vous les gars vous avez raison d’être fier de votre histoire et de vouloir la sauvegarder.
    AB

  • Personnellement, je suis très normalement inscrit à l’État civil français en mairie du XIII e, à Paris, sous le prénom et le nom de Jean-Pierre TILLENON. Mon père, élevé dans le milieu de Breiz Atao, et donc devenu gaulliste en 1943, à 19 ans. Il avait au moins le mérite d’être cohérent…
    Il y a 40 ans, l’or des journées d’études d’ESB, à Mur de Bretagne, on m’a rebaptisé « Yann-Ber TILLENON ». Il était interdit de parler le français. Pourquoi pas ?… C’est resté mon pseudo d’artiste. Je le garde par habitude. Normalement en breton, je devrais m’appeler « Yann-Ber TIHERNON ». Mais moi, finalement, je m’en fous. Ce sont les autres qui m’appellent. Moi, je ne m’appelle pas je suis toujours là…
    Il est évident que cette histoire des prénoms et noms français bretonnisés n’est qu’une fantaisie. Porter un prénom breton n’a de sens, éventuellement, que dans l’Emsav, c’est-à-dire dans une société bretonnante et non pas dans une société française, comme c’est le cas aujourd’hui en Bretagne. Signer d’un nom bretonnisé un texte en français, n’est-ce pas loufoque ?…
    Ne vaut-il pas mieux porter aujourd’hui noms et prénoms tout autres que bretons et êtres très bon Emsaver néo-bretonnant ?… Avoir une production « brezhon », « emsavel » avec d’autres pour créer une société brezhon néo-bretonnante, n’est-ce pas seulement ce qui peut justifier un État breton et remettre en cause l’État français? n’est-ce pas uniquement ce qu’il y a de sensé historiquement ?…
    Tout le reste n’est-il pas que foucade pour compenser l’incompétence et se rassurer à bon marché sur son action négligeable avec des étiquettes dérisoires ? Ne doit-on pas juger les gens sur leur travail et non pas sur leur décorum ? Qu’importe la vignette du pot, pourvu que soit bonne et authentique la confiture !…

  • Olier

    Demat,

    Certains bretons et beaucoup de français pensent à tort que tout ceci n’est que futilité…tous ces petits riens qui font que l’âme de la Bretagne est en danger si l’on ne se bats pas pour elle.Beaucoup pensent qu’il est trop tard et font baisser les bras aux plus influents…
    L’égoïsme d’une vie avec « maman » et les enfants, regardant son nombril pour ne pas avoir honte, trop prétentieux pour ne pas reconnaitre ces erreurs, trop lâche pour crier au monde qu’il est breton et se cache pour mourir laissant sa fierté manœuvrée par une France sans histoire et sans justice.

  • Brenn

    Entre le néant Centro-centriste du MODEM et l’inversion total des valeurs avec les verts de M. Cohn-Bendit, que de raisons d’être affligé …
    Les régionalistes bobos sont semblables à l’extrême-onction donnée à un mourant.
    Heureusement tout n’est pas perdu ; un vent revigorant vient du coté d’ADSAV !

  • Pierre Guillemot

    Votre excellent texte sur la régionalisation vient de faire tomber les masques des « collabos » qui œuvrent depuis trop longtemps en Bretagne.
    Les « petites » vexations que vous subissez ne m’étonnent guère, la vérité n’est jamais bonne à dire…
    Bravo et merci pour le courage dont vous avez fait preuve.

  • Meriadeg

    Quel rôle joue l’abp ? Je pense que l’on vient d’assister à une prise de position grave, débile certes, mais réellement pathétique…
    Argouarc’h doit supprimer maintenant,Alan Stivell et remplacer par Alain Cochevelou, Yann Fouéré par Jean Fouéré, Jean Markale par Jacques Bertrand…. j’en passe et des meilleurs.
    Je ne pensais pas que l’on pouvait tomber aussi bas !

  • Fred

    Je me devais de m’expliquer, maintenant tout ceci reste assez secondaire.

  • lesmadec

    Au delà de parfaitement stupide, voire profondément débile, la présente démarche de l’ABP me semble agressive et vexatoire. Cela confirme qu’ils sont autant de mauvaise foi que dangereux. Sous couvert de particularisme breton, ils travaillent contre les intérêts du peuple Breton.

  • Fred

    Cette mise au point pourtant très polie a été censurée…Trist eo…

  • gwezenn

    Cette critique de l’ABP a quelque chose de pathétique…aaah les régionalistes…