Kofi retrouve ses racines

En 1973, il était entré à la direction départementale de l’Équipement du Finistère à Quimper et, en 1975, avait obtenu la citoyenneté française. Elu de la République française à St Coulitz, Hervé Quéméner, journaliste au Télégramme, lui consacra un livre : « Kofi, histoire d’une intégration ». La France lui décerna le prix national du civisme et une Marianne d’or en 1991. Puis, elle l’appela à son gouvernement comme secrétaire d’État à l’intégration auprès d’Édith Cresson, puis de Pierre Bérégovoy, jusqu’en 1993.

Aujourd’hui Kofi Yamgnane n’hésite pourtant pas à faire le choix courageux du retour à ses racines. Lui qui n’était pas retourné au Togo depuis 1999, vient de s’y rendre le 15 mars dernier. Président d’un mouvement baptisé « Sursaut Togo », il s’est officiellement déclaré candidat à la prochaine élection présidentielle togolaise qui aura lieu en 2010.

Un brillant exemple de « désintégration »!

Partagez sur les réseaux soxiaux !