Kofi retrouve ses racines

En 1973, il était entré à la direction départementale de l’Équipement du Finistère à Quimper et, en 1975, avait obtenu la citoyenneté française. Elu de la République française à St Coulitz, Hervé Quéméner, journaliste au Télégramme, lui consacra un livre : « Kofi, histoire d’une intégration ». La France lui décerna le prix national du civisme et une Marianne d’or en 1991. Puis, elle l’appela à son gouvernement comme secrétaire d’État à l’intégration auprès d’Édith Cresson, puis de Pierre Bérégovoy, jusqu’en 1993.

Aujourd’hui Kofi Yamgnane n’hésite pourtant pas à faire le choix courageux du retour à ses racines. Lui qui n’était pas retourné au Togo depuis 1999, vient de s’y rendre le 15 mars dernier. Président d’un mouvement baptisé « Sursaut Togo », il s’est officiellement déclaré candidat à la prochaine élection présidentielle togolaise qui aura lieu en 2010.

Un brillant exemple de « désintégration »!

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • lordgoth

    Il vit surtout sur le dos des contribuables bretons qui le payent à rien faire.
    Quel est le bilan(national ou local) de cet « élu »(les circonstances de son élection sont une farce,le PS voulait faire un coup!)?
    Quelle a été sa politique au niveau local?

    Il est là le désastre!
    Noir ou blancs,musulman ou pas,tous ces symboles de la diversité n’ont strictement aucun bilan.

  • Launay Eric

    Kofi Yamgnane s’est vu refuser le droit de se présenter à la présidentielle par le conseil constitutionnel du Togo…

  • kornog

    oui, enfin, il n’y a pas si longtemps il voulait déjà être président du Togo. mais comme ça avait un peu chauffé pour ses fesses, il était resté bien sagement à st coulitz…

  • gwezenn

    Décision honorable sans aucun doute mais en cas de défaite électorale ? l’homme se souviendra t-il encore de ses racines ? à suivre…

  • Pierre Guillemot

    Décision tout à fait honorable de Monsieur Yamgnane, cet homme à compris, un peu tardivement sans doute, que l’homme n’est rien sans ses racines. Souhaitons-lui bon vent et qu’il puisse servir sa nation, indépendante depuis une cinquantaine d’années comme les nationalistes bretons que nous sommes se dévouent pour la leur,incarcérée, bien malgré elle et depuis trop longtemps dans l’exagonie tout autant artificielle que décadente.

  • gwezenn

    Cela démontre – mais est-ce nécessaire ? – que leur pseudo-intégration est une gigantesque farce…seuls les gogos y croient ( le croient-ils vraiment d’ailleurs…).