Licenciements à Cummins filtration : les Bretons doivent se serrer les coudes

Après avoir supprimé 150 intérimaires depuis le début Octobre 2008, la société Cummins filtration, leader dans son domaine des technologies de filtration, vient d’annoncer une nouvelle vague de licenciements et de reclassements. Au programme, ce sont 85 suppressions de poste, 27 reclassements internes sur le site de Kemper/Quimper, et 20 reclassements le site de redistribution situé en Flandre ; sans oublier les conséquences sur au moins 26 emplois dans des entreprises sous-traitantes des bassins d’emploi quimpérois et lorientais.La raison avancée ? Il n’y aurait plus assez de travail. Si le travail manque, comment expliquer que les salariés soient « invités » à travailler le samedi pour faire des semaines de 47h et l’équipe du week-end conviée à produire le lundi de pâques ? La crise a bon dos ! Pour Adsav, le parti du peuple breton il est évident que la nouvelle direction de Cummins Filtration cherche surtout à faire des économies sur le dos des salariés. Et même des économies de bout de chandelle puisqu’elle vient de se séparer de ses femmes de ménage, et a introduit d’autres économies du même style pour un gain de seulement 6000€.

Dans le même temps, le site de Kemper/Quimper aurait transféré 20 millions d’euros à sa maison mère, et 20 cadres se seraient partagés la coquette somme de 640000€ de primes en 2008, soit une augmentation de 33%. Le directeur, Mr Jean-René Mouttet aurait même eu l’indélicatesse extrême de se faire livrer sur le site une nouvelle voiture de fonction coûtant 38000€…

Doit-on le rappeler Cummins filtration est une entreprise Nord-Américaine et sa direction n’est pas bretonne. Les pratiques que nous venons de décrire tranchent avec la discrétion de nombreux artisans, entrepreneurs et salariés Bretons qui luttent pour la survie de leurs projets et de leurs emplois. Elles illustrent bien les effets tragiques, particulièrement en temps de crise, des dérives « coloniales » dont souffre l’économie bretonne.

Sociétés sans attaches aucunes avec la Bretagne, cadres venus de loin et qui traitent leur personnel de haut, priorités des pouvoirs français qui sont ailleurs, lourdeurs du droit du travail, de la fiscalité et de l’administration française qui transforment les salariés en « variable d’ajustement ». Voilà toutes les causes de ces dérives ! En temps de crise, on voit plus que jamais que la force de la Bretagne réside dans les PME issues du terreau breton et qui se sentent davantage responsables vis-à-vis de leur personnel. Adsav, le parti du peuple breton, invite nos compatriotes à en tirer les conséquences et se serrer les coudes.

Pour le Bureau politique,
Ronan Le Gall, Vice-président d’Adsav (PPB)

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • kereozen

    On revient toujours aux même raisons du désordre social : incitation d’installations industrielles étrangères quand nos « cerveaux » (formés par nos écoles avec nos impôts) quittent la Bretagne et fournissent le monde en cadres et entrepreneurs. C’est la logique du grand brassage. Même chose pour les salariés de base en concurence avec la main d’oeuvre étrangère (avec des faux papiers !) ici et ailleurs par l’ouverture total du marché européen aux productions (conçues par nous !) asiatiques.
    Aucune centrale syndicale (je parle des têtes à Paris) ou politique française ne dénonce cette situation irrationnelle issue du dogmatisme qu’il soit strictement capitaliste ou socialiste « internationaliste » sous la coupe de citadins soi-disant éduqués mais véritables étrangers (par leur pensée comme par leur origines) au peuple réel.

  • gwezenn

    Qu’ ADSAV! se mobilise pour la JUSTICE SOCIALE ( notion complètement étrangère aux théories marxistes ) est une exellente chose ! quand un parti politique se soucie du bien-être de son peuple la justice sociale devient une préocupation évidente…bravo !

  • Frederig

    « Le social nous appartient tout autant que la soi-disante gauche… »

    Evel just!
    Je vois les choses de la façon suivante: le social appartient à tout le monde mais tout le monde n’a pas la même chose à dire sur la sujet.

    Pour les partis francais comme le PS, Verts et leurs excroissances bretonnes, ce qui compte c’est de renforcer toujours et à tout prix l’Etat français…Comme s’il suffisait de transformer tout le monde en fonctionnaire.

    Pour nous, au contraire, ce qui compte c’est de renforcer le tissu breton enraciné et encourager la cooprération entre Bretons au lieu de les monter les uns contre les autres.

    « PSA Rennes, Doux Locminé, Cummins Quimper..Etc Est ce Adsav à qui on laisse désormais le soin de se ranger du côté des travailleurs ? »

    Nous sommes aux côtés du peuple breton depuis toujours, qu’ils s’agisse de salariés dont on se moque ou d’artisans et d’entrepreneurs qui tentent de faire vivre leurs projets. Il y a un potentiel énorme de cohésion sociale dans la société bretonne comme dans tous les petits pays. A condition de respecter chacun ce que ne permet pas un systeme d’économie sous tutelle.

  • Theo

    Adsav et UDB ont communiqué au même moment sur ce sujet, seulement quand l’UDB dis que la charge de travail qui diminue n’est pas un motif de licenciement, Adsav donne des détails sur les horaires demandés aux salariés (travail lundi de pâque, travail augmenté à 47h/semaine..Etc)…

    Les informations d’Adsav et de l’UDB semble totalement différentes, et elles n’impliquent pas les mêmes réactions selon que le licenciement a réellement pour motif ou non une baisse de charge de travail, et j’ai tout de même l’impression que c’est Adsav qui s’est le plus penché sur cette histoire vu les détails que vous divulguez…

    Doit on comprendre que l’UDB a déserté le terrain du social et de l’emploi en Bretagne pour se concentrer sur ses élus au conseil régional ?

    PSA Rennes, Doux Locminé, Cummins Quimper..Etc Est ce Adsav à qui on laisse désormais le soin de se ranger du côté des travailleurs ?

  • Meriadeg

    Le social nous appartient tout autant que la soi-disante gauche…
    Les travailleurs bretons font partie du peuple breton et en sont même une des composantes essentielle, tout comme les agriculteurs, les marins pêcheurs sans oublier tous nos chefs d’entreprises.
    Bravo pour cette rencontre avec les syndicats de cette entreprise bretonne.

  • Fred

    Bravo Ronan pour cet engagement permanent sur le terrain