L’Europe gaspille l’argent du contribuable Breton…

L'Europe gaspille l'argent du contribuable bretonSi les Bretons voient de plus en plus fleurir les panneaux « financé par l’Europe » apposés sur des nouvelles écoles, des piscines, ou encore des carrefours, il faut bien rappeler aux Bretons que cette manne financière miraculeuse vient en réalité de leurs impôts. On tente de faire croire aux Bretons et autres peuples européens, que l’Europe serait une institution mythologique, une sorte de corne d’abondance qui distribuerait sans limite des richesses aux travers de subventions et de financement de projet locaux.

L’argent de l’Europe, c’est d’abord l’argent des Bretons !
Les Bretons versent chaque année environ 1,2 milliard d’euros au travers de leurs impôts prélevés par l’état français, et les clichés français sur les subventions européennes accordés aux Bretons sont bien éloignés de la réalité. La Bretagne perçoit de l’Europe moins de 900 millions d’euros, soit une différence négative d’environ 300 millions d’euros annuels que les Bretons offrent à l’Europe.

Cette différence budgétaire, les Bretons ne sont pas les seuls en Europe à la subir, les frais de fonctionnement de l’Europe sont colossaux. Quand l’Union européenne décide de subventionner des éleveurs Bretons, c’est autant d’argent – et même plus – qu’elle prélève aux Bretons, car les procédures administratives d’affectation des fonds sont lourdes et coûteuses.

Un budget qui ne tient pas debout
Saviez-vous que depuis 14 ans la Cour des comptes européennes à refusé de certifier le budget de l’Union européenne. Le rapport final de la cour des comptes européenne a jugé que 92% du budget 2009 présentant un trop haut niveau d’illégalité et d’irrégularités. Ce budget 2009 passera comme tous les ans en force grâce aux députés européens qui ont tout intérêt à ce que l’Europe continue de grossir et dépense encore et toujours plus. Ces mêmes députés qui devraient agir pour défendre les intérêts des contribuables européens et les libertés des peuples d’Europe, mais que les Bretons ne se fassent pas d’illusion, ils n’auront aucun représentant au parlement européen lors des élections de juin 2009, le découpage hexagonal est volontairement ciblé pour noyer les votes des peuples Bretons, Catalans, Alsaciens, Flamands, Basques et Corses au sein de grandes circonscriptions électorales.

Des gaspillages qu’on ne compte plus
Il serait beaucoup trop long de lister les milliards d’euros dilapidés chaque année par les parlementaires européens, mais quelques exemples suffisent à illustrer ces gaspillages.

3,7 milliards d’euros, c’est la somme perçue depuis 1996 par la Turquie sous la forme de crédits de « préadhésion » visant à financer les réformes internes nécessaires à son adhésion au sein de l’Union européenne. Si celle-ci venait à rentrer dans l’Europe elle toucherait annuellement – d’après les études réalisées par la Commission européenne – plus de 30 milliards d’euros.
2,4 milliards d’euros, c’est en 2008 le budget pub de Bruxelles afin de promouvoir l’Union européenne, ce budget dépasse le budget publicitaire mondial de Coca Cola.
15,4 millions d’euro, pour les élections européennes de juin 2009 (voir à ce sujet le communiqué d’Adsav, le Parti du Peuple Breton), c’est le montant prévu par le parlement européen pour l’envoi dans l’espace d’une urne de vote agrémentée du slogan « On peut voter partout ».
1,8 millions d’euros, c’est la somme investie en 2009 par la Commission Européenne pour un matraquage publicitaire visant les irlandais ayant voté massivement contre le traité de Lisbonne. Cette lobotomie publicitaire va se dérouler jusqu’à la date du second référendum irlandais.

Elections européennes, les bretons des pions ?L’Europe actuelle, un étatisme à la française

L’Union européenne a été construite en partie par des français, et le modèle européen qui en découle est celui d’un super-état à la française, où l’état (l’Union européenne) passe avant le peuple. L’Europe est devenue un mastodonte qui ramasse l’argent dans les poches des contribuables européens grâce aux impôts des états membres, et qui après des procédures administratives aussi lourdes que les procédures française, le reverse aux états membres afin qu’ils le réinvestissent pour des projets décidés par Bruxelles.

Alors que la France ne laisse toujours pas aux Bretons la liberté de gérer eux-mêmes leur argent pour l’éducation, les transports, et autres domaines, c’est aujourd’hui l’Europe à un échelon au-dessus qui vient se mêler en plus de la France des activités que la Bretagne pourrait gérer elle-même dans le cadre d’une émancipation en vue de redevenir une nation souveraine au sein d’une Europe aux Cent Drapeaux.

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • gwezenn

    il est possible d’échapper à l’impôt sur le revenu comme l’explique Heolt mais impossible d’échapper à la TVA et diverses taxes créer par l’Etat français racketteur même quand tu crève tu payes et si t’es mort et que tu dois des ronds alors tes enfants ou tes parents payent pour toi, ils ont pensé à tout !

  • HeolT

    Bien sûr Froud, ne pas payer ses impôts en France c’est suicidaire, le FISC traque sans relâche ceux qui ne payent pas, et les moyens à sa dispositions sont énorme.

    Ne pas payer ses impôts veut dire organiser son insolvabilité, et trouver un travail qui rémunère si peu que le FISC ne pourra pas prélever directement à la source.

  • Froud

    Les impôts sont toujours assez bons pour les idiots qui acceptent de les payer…

  • Fred

    Précision: le congrès 2009 aura pour thème NOTRE EUROPE

    Adsav n’est pas un parti « anti ». Adsav est un parti « autrement »

  • Debrer-Frañs

    ressent*

  • Debrer-Frañs

    J’ interviens assez tardivement sur cet article, mais je tenais à donner mon avis… Bien qu’ étant d’ accord sur le fond, je trouve le titre et le visuel fort mal choisi. D’ ailleurs les premières lignes de l’ article ne feront rien pour retirer le sentiment de malaise que l’ Européen, et je dirais même l’ européiste que je suis recent. Il y a me semble-t-il une grosse confusion entre Europe et Union Européenne (comme cela est rappelé par Frederig). Il est évident que l’ UE qui est à l’ Europe ce que l’ entité administrative « région bretagne » est à la Bretagne n’ est à des années lumières de Notre Europe, celle des peuples. Pour autant, attention à ne pas tomber dans le souverainisme des Etats à la française.

  • Theo

    L’article est présent sur Agoravox, les commentaires montrent bien la différence de public.

    Hormis les référence au poujadisme pour décrire ce texte, les commentateurs attaquent principalement le fait que cet article concernent la Bretagne, comme si vouloir défendre les intérêts du peuple Breton était individualiste, et qu’il fallait obligatoirement défendre les intérêts des français…

    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/l-europe-gaspille-l-argent-du-54359

  • gwezenn

    Tous ces milliards…et quel est le montant alloué à l’information sur l’UE et son fonctionnement à destination des…européens ? 2,4 milliards sont semble t-il destiné à promouvoir l’UE , ah bon ? où ça ? combien de citoyens de l’UE en connaissent le mode de fonctionnement, les décisions prises, les votes, les budjets ? 2,4 milliards et pourtant c’est le flou le plus total pour des citoyens floués mais qui renfloues les caisses de cette escroquerie, 30 milliards annuels pour la Turquie : combien pour le tremblement de terre en Italie ?

  • Lorsque vous postez un commentaire pour la première fois, il est relu par les administrateurs, cela nous permet de lutter efficacement contre le spam.

  • serge devlin

    quel moderation?

  • serge devlin

    la premiere europe a étè fondée par le st empire romain germanique et a étè demantelée par les peuples accablés d’impots et oui déjà.

  • Pierre Guillemot

    En effet l’UE est l’œuvre des États-nations. Elle s’est donc construite sur des fondements fictifs, les États/Empires ont voulu faire de l’Europe, la seule chose qu’ils savaient réellement faire : une superstructure bureaucratique, lourde, figée et prompte aux gaspillages, un peu d’ailleurs, à l’image du rouleau compresseur français. A contrario les racines et frontières restent quant-à-elles d’une souplesse propre à défier les lois naturelles de la physique. Les peuples n’ont évidemment rien à gagner de cet ensemble factice qui fait en plus double-emploi avec les bureaucraties de certains de ses adhérents, si ce n’est toujours plus de fiscalité, plus de réglementation, de normes en tous genre. Alors davantage d’Europe ? Oui sans aucune hésitation, s’il s’agit de celle des peuples, celle aux cent drapeaux comme le dit justement Frederig. Les grands défis de l’avenir (écologie, agriculture, pêche etc…) ne peuvent se gagner uniquement par une forte volonté nationale, même si la nation reste, malgré tout, la clé de voute de cet ensemble.

  • Frederig

    Pour ma part je fais bien la différence entre « Europe » – qui reste largement à construire et « Union (anti)Européenne », qui se prépare d’ailleurs à devenir l’Union Euro-méditerranéenne

  • Theo

    « 3,7 milliards d’euros perçus depuis 1996 par la Turquie sous la forme de crédits de « préadhésion » »

    Ca fais cher pour un pays qui ne doit normalement jamais adhérer à l’Union Européenne…

    Ca colle bien avec l’actualité des propos d’Obama, pourquoi les Etats-Unis ne financeraient pas eux même les réformes de ces pays s’ils les intéressent tant que ça 😉

  • Brenn

    A du … eus ar c’hentañ !