Le Bleun-Brug – Feiz ha Breiz

Quelques mots sur l’oeuvre de l’abbé Perrot, alors que de nombreux Bretons se souviendront ensemble le lundi 13 avril lors du rassmemblement annuel de Scrignac. Le Bleun-Brug fut créé en 1905, à Saint-Vougay, par l’abbé Perrot. La fleur de bruyère symbolisant la ténacité bretonne. L’association répondait à la devise suivante Illustrant un combat, pour défendre la foi, la langue et les traditions bretonnes qui commence: « Breton et Foi sont frère et soeur en Bretagne ».

L’association s’exprime à travers une fête annuelle où le théâtre breton, le chant et les conférences sont au programme. La revue « Feiz ha Breiz » fondée en 1865 par l’abbé Gabriel Morvan, fait, peu à peu, office d’organe de l’association. Participant à la rédaction, dès 1902, l’abbé Perrot en devient le directeur. D’abord officieusement, en 1907, puis officiellement en 1911.

Après la première Guerre Mondiale l’association multiplie ses activités dont certains ne sont pas sans rappeler l’Eistedfodd galloise: concours de déclamation, d’éloquence, danses bretonnes, etc. L’association couvre l’ensemble de la Bretagne par l’intermédiaire d’organes locaux.

L’assassinat de l’abbé Perrot en 1943 et le contexte politique peu propice, désorganise l’association. Elle renaîtra en 1948, au Bleun-Brug de Saint-Pol-de-Léon et est un succes immédiat. Au cours du congrès de Saint-Pol-de-Léon, en 1950, on evoque le retour possible des moines à Landévennec. A partir de 1956, le Bleun-Brug s’oriente progressivement vers les considérations économisantes et le socialisantes qui créent des tensions internes, en particulier dans le contexte de mai 1968. L’association aura du mal à s’en remettre .

Partagez sur les réseaux soxiaux !