Devoir de mémoire: Le camp de Conlie / Derc’hel soñj: Kamp-bac’h Konli

Discours prononcé à Conlie, devant le mémorial breton le 29 janvier 2012

Il y a maintenant près d’un siècle et demi que s’achevait la désastreuse guerre de 1870. Elle sera le prélude à deux autres guerres, avec à chaque fois le même ennemi pour la France qui a eu beau jeu de pleurnicher sur la scène internationale pour avoir été incapable d’éviter l’envahissement de son territoire par des armées étrangère. Qui mentionne que c’est la France elle-même qui a déclaré la guerre à chaque fois, tantôt la Prusse tantôt à l’Allemagne.

A mesure que le temps passe, l’oubli recouvre les plus terribles drames. Nous ne sommes pas ici évidement pour parler de ceux dont on nous rabâche les oreilles jusqu’à l’overdose à longueur de documentaires ou de séries télévisées, mais d’un drame pour nous autres bretons qui semble avoir été entouré d’une véritable conspiration du silence.

Que sait-on, en effet, de cette lamentable affaire du camp de Conlie où nous nous trouvons et où des milliers de bretons furent sacrifiés à la raison de l’état français. Je ne vais pas vous refaire un cour d’histoire sur les détails et la façon dont furent parqués et laisser à l’abandon près de 80 000 Bretons. Chacun d’entre nous pourra retrouver le déroulement de cette tragédie dans les ouvrages sur l’histoire de Bretagne de La Borderie ou de Camille Le Mercier d’Erm.

Laisser périr volontairement par le froid, la famine, et la maladie, des milliers d’être humain en fonction de leur ethnie cela s’appelle un crime contre l’humanité, un génocide.
Bien entendu, le conditionnement des masses entretenu par le terrorisme intellectuel des flics de la pensée actuel fait que, lorsqu’il s’agit de crime à l’encontre des peuples Européens, c’est le silence absolu. « Je vous conjure d’oublier votre qualité de breton pour ne vous souvenir que de celle de français » M. Gambetta.

Gambetta, le héros de la république française qui figure au Panthéon des grands hommes dont la gauche à pour référence ; Eh bien messieurs les gauchistes et élus socialiste de tout poils, est-il dans vos habitudes de sermonner un malien d’être plus malien que français ou un musulman d’oublier qu’il est là pour ce conformer au laïcisme de votre république une et indivisible ? Non, bien sûr que non ! Le racisme, l’intolérance, la guerre et la souffrance de l’humanité à travers l’histoire comme aujourd’hui ne sera toujours imputable qu’aux seuls peuples européens.

Gambetta vivrait aujourd’hui, il aurait tout pour être trainé devant un tribunal international et être jugé comme un criminel de guerre, pour ne pas dire plus. Et pourtant, non seulement il n’y a aucune conscience pour s’élever contre ses crimes, en Bretagne comme ailleurs, mais nous avons-nous même, bretons dans nos villes et nos village des rues et des places Gambetta ! Le personnage est ainsi vénéré par nos chers élus, ethno-masochisme quand tu nous tiens…

Bretons ! N’oublions jamais et levons nous pour qu’aujourd’hui comme demain l’on puisse seul décider de notre avenir, et des noms de nos rues ou collèges.

Bevet Breizh Bevet Europa.

Partagez sur les réseaux soxiaux !