4 questions à François Bayrou

Dans le cadre de l’élection présidentielle française, nous avons posé quelques questions sur les spécificités bretonnes aux candidats. Nous vous ferons suivre leurs réponses (ou non).
Voici celles de François Bayrou, candidat Modem, premier prétendant à nous répondre.

Êtes-vous favorable à la réunification de la Bretagne? Comment voyez-vous la mise en place de cette réunification?

Je me suis prononcé à plusieurs reprises pour la réunification de la Bretagne, tout comme pour celle de la Normandie! Si la réunification doit avoir lieu, c’est bien parce que la Bretagne culturelle et économique est une réalité. J’ajouterais que je ne vois pas pourquoi les Bretons ne pourraient pas décider eux-mêmes des limites historiques de leur région, alors que les Lorrains ou les Bourguignons n’ont pas subi cette injustice territoriale. Mais la réunification de la Bretagne et de la Loire Atlantique ne doit en aucun cas être vue comme un simple règlement de compte historique ou un repli identitaire. C’est pourquoi la solution préalable pour mettre en place cette réunification reste la solution démocratique: la consultation des populations concernées.

Êtes-vous favorable au développement des langues régionales langues dites minoritaires? Si oui, pouvez‐vous nous expliquer comment vous pourriez agir en leur faveur?

Je suis passionnément amoureux des langues régionales. J’ai la fierté de ces langues que je considère comme un trésor national. En tant que citoyens français, nous avons tous le droit de pratiquer les langues qui nous ont fait ce que nous sommes. Nous pouvons agir en faveur de ces langues régionales par le biais de l’éducation: comme Ministre de l’éducation nationale, j’avais par exemple sauvé aussi bien les Ikastolas que Diwan ou que les Calendretas occitanes, en les faisant entrer dans le cadre du contrat avec l’Etat.

La France a signé la charte européenne des langues régionales ou minoritaires mais ne l’a toujours pas ratifiée. Quelle est votre position sur cette charte?

J’ai toujours été partisan de la signature de la Charte des cultures et langues minoritaires. Ministre de l’éducation nationale, j’ai prononcé un discours en béarnais sur ce sujet. Je regrette qu’elle ne soit toujours pas ratifiée!

La Bretagne importe du granit chinois dans ses communes au détriment de la production locale, pourtant mal en point. Quelle est votre position sur ce sujet économique?

Comme vous le savez, je fais de la question du «Produire en France» ma priorité. La survie de notre pays dépend de notre capacité à produire pour notre propre marché. Dans ce cadre, pour donner un avantage compétitif pour les industriels qui souhaitent produire en France, je mettrai en place un label d’information accordé sur demande de l’entreprise, librement, qui indiquera aux consommateurs de manière transparente quel pourcentage de la valeur ajoutée du produit a été réalisé en France. Il faut donner la possibilité aux consommateurs de soutenir les produits fabriqués sur notre territoire, et donc la possibilité de soutenir nos emplois!

Partagez sur les réseaux soxiaux !