Adsav (PPB) avec les représentants syndicaux de Cummins filtration

Ronan Le Gall avec les syndicats de CumminsAdsav (PPB) était présent jeudi aux côtés des salariés de Cummins Filtration. Les représentants syndicaux de l’entreprise ont cherché en vain à dialoguer avec le Préfet du Finistère avant de finalement rencontrer le Medef local. Dans un cas comme dans l’autre, leurs questions, pourtant fort raisonnables, ont été traitées par dessus la jambe.Côté préfecture, c’est à la secrétaire du préfet qu’on a laissé le soin de rencontrer les représentants du personnel, ce qui montre le peu de cas qui est fait tant des salariés que du personnel de préfecture. Quant au Medef local, il a simplement usé de langue de bois et a invité les salariés à se reclasser au lieu de regarder de plus prêt des pratiques douteuses de l’entreprise nord-américaine qui risquent de rejaillir sur l’image du patronat breton. Le contraste entre la cadence infernale imposée aux salariés et la menace de licenciement au prétexte d’un « manque de travail » crée une ambiance de plus en plus délétère qui se solde par un absentéisme regrettable pour tous le monde (jusqu’à 35% sur certaines lignes !). 

Face à cette situation de crise, et comme on pouvait s’y attendre, les points évoqués par les salariés restent sans réponses :

Pourquoi la direction refuse-t-elle de s’expliquer sur la délocalisation de la fabrication de produits vers le États unis ou le Brésil?
– Pourquoi feint-elle de ne pas comprendre lorsque les représentants syndicaux parlent de commandes de 50000 produits comme argument-massue en faveur du maintien du site?
– Pourquoi refuse-t-elle d’évoquer les clients qui auraient disparu du fichier clients du jour au lendemain?
– Pourquoi aucun commentaire sur cette délocalisation du stock qui aurait eu lieu dès la fin janvier en prévision d’une action syndicale?
– s’il n’y a plus assez de travail, comment se fait-il que les salariés ne puissent bénéficier de leurs RTT afin d’éviter des licenciements secs ?

Adsav (PBB) s’inquiète de plus en plus de la dérive d’une situation qui tourne au dialogue de sourd. Il est temps de remettre un peu de bon sens dans les relations sociales en Bretagne et de prêter une oreille attentive aux demandes raisonnables des salariés. N’importons pas sur notre sol ces pratiques faites de mépris envers le peuple qui sont tellement contraires à notre esprit.

Pour le Kuzul Meur,
Ronan Le Gall, Vice-Président d’Adsav(PPB)

Partagez sur les réseaux soxiaux !