Présidentielles françaises 2012 / Votadegoù c’hall 2012

Troet en Brezhoneg e traoñ ar bajenn

Présidentielles françaises 2012

Il y aurait de nombreuses leçons à tirer des résultats de l’élection présidentielle française de 2012, mais il vaut mieux attendre les législatives qui vont suivre pour avoir un vrai recul sur la question et possiblement en tirer des enseignements instructifs.

Par contre, il y a une question qui, elle, mérite l’attention de l’Emsav dans son ensemble et au plus vite: c’est bien sûr la montée du vote front national en Breizh. Pas de dramatisation, « la vague bleu marine » ne fut pas celle de Beg ar Raz loin de là. Pour autant il est évident que ce vote monte doucement mais surement et cela un peu partout: Morbihan, Ille-et-Vilaine, Loire-atlantique.

« On est à 30-40 kilomètres de Rennes : pas de cités, pas de zones sensibles, pas d’insécurité, pas d’immigration, le fonds de commerce traditionnel du FN. Pourtant, dans ces communes rurales d’Ille-et-Vilaine, Marine Le Pen réalise des résultats proches ou supérieurs à ses 17,9% recueillis au premier tour de la présidentielle. »

Comment expliquer cela? Quelles leçons en tirer?

Sur le site 7wordpress Fabien Lecuyer tente une explication et va même jusqu’à briser une des idoles les plus stupides héritée des années soixante-huitardes: « Jusqu’alors, les Bretons et, plus encore, les militants bretons vantaient la faible implantation du vote frontiste dans la péninsule. Les raisons annoncées à ce refus de l’extrême-droite sont répétées à l’envie et ont même fait l’objet de thèses sociologiques […] » Encore une fois, une des vérités établies par l’Emsav vautré dans l’esprit soixante-huit vient de tomber, signe des temps qui changent. Si l’auteur apporte un certain nombre de pistes, de réflexions dans son article, il en manque une et pas forcement la moindre: le ras-le-bol de la mainmise d’une gauche mafieuse et intolérante sur toutes les instances de décisions en Breizh (associations, journaux….) mais qui voit ses effectifs vieillir et donc, perdre en énergie. Là ou Marine Le Pen fait de gros scores ce sont   » […] des scores très élevés dans les communes (rurales) les plus pauvres de Bretagne » Les communes les plus pauvres, terre de mission pour le vrai Emsav car c’est là-bas que se situe la ligne de front. En tout cas, cela confirme sans grand mal la nullité de l’extrême gauche en Breizh qui se gargarise d’être efficace partout mais qui, au final, brille surtout par son absence de résultat. Pire, elle sert de repoussoir et jette une partie de nos compatriotes dans les bras des partis jacobins…

On notera encore une fois s’il le fallait qu’à force de taper sur Adsav Strollad Pobl Vreizh les idiots utiles du système colonial ont mené et continuent à mener pour une partie faiblissante un combat stricto-sensu anti-Breton! Les compromissions nombreuses et de longue haleine avec le pire des coloniaux pour anéantir Adsav! dans un aveuglement et une rage digne des pires heures de la révolution culturelle de Mao. Pendant ce temps, une implantation en catimini du front national se mettait en place. Les nombreux stipendiés par l’État français qui nous menaient une guerre sans merci devraient aujourd’hui se remettre en cause et arrêter cette guerre fratricide qui ne profite qu’au système France. Pendant que les chiens du système aboyaient, la caravane est passée et celle-là, est franco-française!

Doit-on en rire ou en pleurer?

Ceux-là même qui distribuent comme bon leur semble des certificats de bretonnité, sauf aux militants d’Adsav! il va sans dire, n’ont finalement eu de cesse, premièrement de faire barrage à une voix purement bretonne, deuxièmement de montrer leur incapacité à répondre aux besoins des Bretons les plus démunis face à la mondialisation et son lot de précarisation. Alors qu’une partie grandissante du peuple Breton est victime du pire du mondialisme, et alors que l’existence même de ces groupuscules était justement de lutter sur la question economico-sociale uniquement!

En tout état de cause, une des conclusions évidentes de ces résultats frontistes en Breizh, c’est que les 12 ans de travail acharné de la part des spadassins bretons stipendiés par l’af-rance ont porté leurs fruits, les auxiliaires coloniaux ont réussi leur mission principale: plutôt qu’un parti nationaliste Breton fort, nous avons le droit à un parti nationaliste et jacobin français qui ne cesse de prendre de l’ampleur! Heureusement nous pouvons noter quand même en point positif que malgré l’acharnement, Adsav! le Parti du Peuple Breton est encore là!

Pour conclure cet article nous laissons la parole à Mathieu Bock-Côté qui nous vient du Québec. Il vous suffit de changer quelques mots à son propos pour emmener la réflexion sur Breizh. Puissent ses paroles faire réfléchir un peu l’Emsav…

Votadegoù c’hall 2012

Bez e vije tu da dennañ meur a gentelioù adal disorc’hoù ar votadeg d’ar brezidant c’hall bloavezh 2012 met gwelloc’h ez eo da c’hortoz ul lajadik amzer hag an dilennadegoù kannad evit gellet kadarnaat ur sell war gement-mañ ha dielfennañ spis.
Memestra bez ez eus ur goulenn hag a-sav hag a rank bezañ dielfennet gant an Emsav a-bezh ha dre un doare dillo, evel just emaomp o komz a zivout lusk kreskiñ an « talbenn broadel » en Breizh. Asuramant arabat bezañ saouzanet « ar gwagenn glas mod marine » n’eo ket bet ar re a vez tu gwelete kostez Beg ar Raz pell alese. Met ret eo memetra anzavout ez eus ur c’hresk o tiwan gant un doare sioul evit ar vot se ha kemet-mañ tammig pep lec’h dre hor bro: er Morbihan, bro Roazhon ha bro an Naoned.

« Bez emaomp da 30-40 a gilometroù d’eus Roazhon: lec’h bevañ kreizennet ebet,zonenn feuls ebet, nes sensibles, disurentez ebet, envroidi ebet, arguzennoù gwerzhañ a-gozh an talbenn-broadel. Nag evit-se, er gumunioù-se war ar maezh d’aus bro Roazhon, Marine Le Pen he d’eus bet disorc’hoù tost pe uheloc’h d’ar 17.9% re kentañ tour ar votadeg d’ar brezidant. »

Penaos displegañ kement-mañ? Peseurt kentelioù da dennañ?

War al lec’hienn 7wordpress Fabien Lecuyer a glask reiñ un displegadenn da gement-mañ ha mont a ra da sevel ar gaoz dre frikañ unan d’eus an idoloù sotañ bet roet da hêrezh deomp adal ar bloavezhioù mod 68 « Betek-en, ar Vretoned ha, dreist-holl, ar stourmerien breton a lakae da dalvezout e oa nebeut-tre d’eus ar vot talbennel en hor gorn-vro. An displegadennoù lakaet war-raok war an enebadur d’an tu dehou pellañ a vez laret hag adlaret hag a zo bet memes lakaet da dalvezout dre tezennoù sokiologel […]» Ur wech c’hoazh unan d’eus ar gwirionezoù lakaet e plas gant an Emsav soubet gant spered 68 a zo o paouez kouezhañ en e foull, sin d’eus an amzerioù o kemm. An aozour a glask degas hentoù soñjal a zivout ar perak en e zestenn, unan a vank ha n’eo ket marteze an hini pouezhusañ:

 

Mammenn / Source: Libération7seizh.word

 

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Lacuson

    Des Bretons ont bien le droit de ne pas prendre parti dans un problème qui leur est étranger (ou de prendre parti s’ils se sentent concernés).
    Les nationalistes français ne demandent en aucun cas un droit à être apprécié ‘’à priori’’ car l’estime, le respect, ou l’amitié ne s’imposent pas aux autres, ni par la loi, ni par la force ; ils se ressentent ou se méritent (ou pas).
    Les conflits sont regrettables, mais à une chose au moins ce malheurs est bon : si par exemple un jour des conflits d’intérêts (ou autres), voire des batailles (comme celle d’antan à Ballon par exemple) devaient à nouveau opposer des Bretons à des Français, je serais libre de regretter cela ou pas, de préférer les uns ou les autres … mais une chose au moins serait sûre : c’est que ces deux ‘’peuples’’ existent encore.

  • Lacuson

    « Oui le FN monte, mais n’oublions pas c’est notre meilleure pire ennemi. »

    Merci pour cette constatation, qui tout bien pesée peut être portée comme un honneur, car c’est un honneur pour ce qu’il reste des authentiques nationalistes de France (qui ne sont que bien peu représenté par le FN d’ailleurs, parti qui devient laïcard et jacobin …) d’avoir des adversaires de votre qualité (dommage qu’ils soient aussi rare en Bretagne qu’en France en général).

    En fait il ne faut pas réduire la Nation à ce qu’elle peut nous apporter par son volontarisme.
    Cela ressort finalement de notions abstraites qui nous sont inculqué par éducation et cela nous ramène aux côtés juridiques et administratifs de notre identité.
    Si ceux-ci se sont coupés de tout substrat innés alors ils deviennent complètement aliénants.
    Comme si l’on faisait passer l’Etat avant la nature des hommes qui le constitue.
    Dans notre identité il y a ce qui ressort de l’inné et ce qui ressort de l’acquis.
    Le second ne doit pas chercher à détruire le premier : ce serait suicidaire.
    Pour un nationaliste sincère l’identité des Tourangeaux, des Normands ou des Auvergnats devrait être aussi valable et précieuse que celle des Basques ou des Bretons.
    Tout ce que je dis ici c’est qu’être Français c’est être aussi cela et que c’en est cela la substance et non pas le respect ‘’du règlement’’ et l’obtention d’une carte d’identité française.
    Bien sûre si des Bretons, des Basques ou des Tourangeaux ont la conviction qu’ils sont mieux défendu par la France qu’ils le seraient par une entité administrative qui leur serait propre ils ne verront pas l’intérêt de tout liquider pour l’incertitude et la régression.
    Si par contre cette France devient un Etat destructeur de leurs idéaux et par là-même de leurs identités (et peut-être est-ce le cas ?) il est à souhaiter qu’ils réagiront contre cet Etat.
    Le Jacobinisme des ‘’sans culottes’’ a œuvré au nivellement et à la destruction des identités charnelles des pays et des anciennes nations constituant la France et in fine la destruction et la confusion de l’identité de l’ensemble de la France.
    Il portait en germe le cosmopolitisme et le mondialisme actuel.

  • Dao ha dao!

    Mersi bras dit!
    Le parti va réagir dans les prochains jours.
    Breizh Adsav!

  • Kawalon
  • bzh

    oui le fn monte, mais n’oublions pas c’est notre meilleure pire ennemi.
    après c’est surtout dans nos grandes villes, donc immigration. ( en grossissant un peu). notre langue est menacée, notre patrimoine est menacé, nos terres sont menacées, notre histoire est niée et méprisée, si Hollande passe, et que la France s’encrasse dans sa propre merde au bout de quelques mois ou un ou deux ans, c’est la qu’il faudra frapper, et très fort!!

    Bevet Breizh!