Les régionalistes contre la décolonisation ?

On trouvera toujours des Bretons prêts à se prostituer dans l’espoir d’un poste ou d’un peu d’argent […] c’est le lot commun des peuples colonisés […] C’est là que se situe le clivage fondamental entre le  régionalisme et la lutte pour l’émancipation de la Bretagne. (Frederig Ar Bouder)

« Avant la seconde guerre mondiale, il y avait 75 Etats sur la planète, aujourd’hui il y en a plus de 200 ; à la multiplication des États ont répondu comme en écho, la multiplication des frontières et l’exclusion, la corruption, l’extrême pauvreté et les richesses indécentes, les émeutes de la faim, le hold-up des ressources du sud par et pour les nantis du nord, la perte des identités et de l’universel au profit de la mondialisation uniformisante. Pour nous la solution ne passe pas par la création d’un état de plus, fut-il breton, mais par une véritable gouvernance régionale et au niveau européen par un Comité des Régions aux pouvoirs accrus. »
(Mona Bras, porte parole de l’Union Démocratique Bretonne, dans son interview par l’ABP datée du 27 avril 2009)

Si les peuples d’Afrique ou d’Asie avaient suivi cette logique ils seraient encore des colonies. Regrettent-ils leur indépendance ? A moins de suggérer que la colonisation c’était le bon temps….

Comme le rappelait le précédent président d’Adsav!-P.P.B, Frederig Ar Bouder, il est plus que temps de tourner définitivement la page du régionalisme.

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Janvresse

    Le régionalisme n’est que la somme des défauts du colonialisme et de l’indépendance, sans les avantages des deux.
    C’est accorder un droit à un occupant qui n’en dispose d’aucun sur le pays occupé.
    MJ