Rennes: Killian 13 ans victime de la diversité/ Roazhon: Killian 13 bloaz gouzañver al liested

 

Nous tenons à adresser nos plus sincères condoléances à la famille et aux proches du petit Killian.

Au début après concertation nous avions décidés de ne pas nous exprimer sur cet évènement dramatique. La douleur des parents méritait le respect et nous avions donc choisis de nous taire. Mais au vue de comment l’affaire évolue nous ne pouvions décidément pas rester les bras croisés sans rien dire, sans rien faire car qui ne dit mot consent comme dit le dicton.

Killian 13 ans, élève de 5e et joueur de foot prometteur habitant à Saint-Jacques-de-la-Lande, au sud de Rennes, devait intégrer le Stade Rennais la saison prochaine. Il a été blessé lors d’une bagarre dans la cour de son collège, Killian aurait été étranglé « pendant une minute, une minute et demie, il a succomber à ses blessures. L’agresseur est Souleymane un « collégien, d’origine Tchéchène, [qui] serait arrivé en France récemment. Il n’était scolarisé au collège de Cleunay que depuis quelques mois. » La dernière phrase de l’agresseur juste après son méfait cité par un témoin direct : « Tant mieux, je l’ai laissé sur le carreau » Le frêle Killian n’as pas voulu céder face au troisième pour pouvoir aller au toilette, il l’a payé de sa vie.

Voilà les faits dont nous sommes surs à l’heure actuelle. Est-ce cela qui nous a fait réagir? Non nous les Kadarns sommes bien sûr attristés par ce genre de nouvelles terribles ou l’on voit un jeune breton perdre la vie bêtement victime de violences scolaires. Mais ce qui nous a fait réagir c’est le traitement inadmissible de cette affaire et surtout le langage utilisé par nombres de pseudos journalistes et de politiciens minables.

Plus le temps avance et plus on assiste à deux choses inadmissibles: la première une manoeuvre malsaine qui vise ni plus ni moins qu’à mettre sur le même pied la victime et le bourreau La deuxième qui cherche à tout faire pour ne pas se pencher sérieusement sur la personnalité de l’agresseur.

Pour mettre sur le même pieds d’égalité la victime décédée, nous le rappelons, et l’agresseur on a le droit aux sempiternelles phrases creuses comme « Deux vies gâchées »,  « deux élèves ordinaires », « un tragique accident », « cela aurait pu survenir dans n’importe quel établissement »… La banalisation de l’acte est de mise. Heureusement l’agresseur « Toujours en garde à vue, il est « accablé » « réalise les conséquences de son geste ». A cela nous répondons non! Non la victime et l’agresseur ne sont pas à mettre au même niveau cette mentalité de plus en plus commune est une honte! La victime seule et ses proches méritent notre vraie attention et pas le voyou! Il faut arrêter de plaindre ceux qui franchissent le Rubicon, personne ne l’ai y a obliger qu’ils assument les conséquences de leurs actes dramatiques et que la justice fasse son travail!

La deuxième raison qui nous oblige à sortir de notre réserve est la façon dont certains cherchent à tout faire pour ne pas se pencher sérieusement sur la personnalité de l’agresseur. Certains encore une fois vont chercher la responsabilité du côté des jeux vidéos et de l’internet cela change du rock comme responsable de violence c’est certain mais cela reste au plus haut point le comble du ridicule. N’oublions pas non plus que fut un temps on avait mis en cause le club Dorothé et les dessins animés japonais pour expliquer la violence grandissante des jeunes.  Si c’est internet et les jeux vidéos ou les mangas qui sont responsables, alors comment expliquer que des millions d’adeptes de ces activitées ne passent pas à l’acte? D’autres minimisent l’acte en reprenant la déclaration du bourreau « un échange de regards qui a mal tourné » cette histoire est donc une simple histoire de mauvais regards ces gens-là sous couverts d’humanisme sirupeux suintant le faux amour oublient un peu vite que l’issue fut la mort d’un petit breton de 13 ans! Minimiser c’est participer!

La réalité est plus crue Killian, comme Marion R et bien d’autres, est une victime de la diversité. L’agresseur est Souleymane un « collégien, d’origine Tchéchène, [qui] serait arrivé en France récemment. Il n’était scolarisé au collège de Cleunay que depuis quelques mois. » Le frêle Killian n’as pas voulu céder face au troisième pour pouvoir aller au toilette, il l’a payé de sa vie. Vouloir continuer à perpétuer « ce rapport essentiel à l’humanisme et au respect imprescriptible de la vie » en laissant n’importe qui venir en notre si belle patrie ne fait que commencer à porter ses fruits, l’idéologie du vivre-ensemble est un cancer mortel. Par manque de courage peu osent encore affirmer ouvertement qu’il y a un problème avec l’immigration de masse nous, nous osons! L’intégration ne marche plus, peu osent le dire nous, nous osons! Laisser les nôtres se faire assassiner sans réagir ce n’est pas la politique de Kadarn!

Ce ne sont pas les jeux vidéos qui ont assassinés Killian c’est l’idéologie de la diversité!

Les périls qui menacent la jeunesse bretonne n’ont jamais été aussi grands et cela sur tous les domaines de la vie : Emplois, logements, identité. La mondialisation folle submerge notre belle patrie, si tous les Bretons risquent d’en être victimes c’est toi la jeunesse qui sera la plus durement touchée.

Aujourd’hui deux alternatives s’offrent à toi: Subir ou réagir!

Jeunesse bretonne entre en résistance!

Bureau de Kadarn la jeunesse nationaliste bretonne

Contact: contact@kadarn.org

Partagez sur les réseaux soxiaux !