Une fois encore la France se moque de nous ! Boycottons la Marseillaise !

Le 9 mai aura lieu à Saint-Denis la finale de la coupe de France de football. Cet événement sportif a d’autant plus retenu l’attention des Bretons qu’il opposera deux équipes bretonnes. D’habitude, l’Etat français et les fédérations sportives font la chasse à toute expression bretonne dans les stades. La présence de nos deux équipes a permis d’imposer notre drapeau, le Gwenn ha du et de faire résonner notre hymne national, le Bro Gozh Ma Zadoù.

Les Bretons seront-ils respectés pour autant ? Bien sur que non ! Adsav, le parti du peuple Breton, n’est pas surpris d’apprendre que cette concession du pouvoir politico-sportif sera finalement assortie de rebuffades et de vexations.

On nous demande de chanter l’hymne national Breton une heure et demi avant la Marseillaise. Cet horaire n’est pas innocent : le Bro Gozh Ma Zadoù passera inaperçu et ne sera pas retransmis sur les ondes pour cause de « journal télévisé » et autre « pause pub ». Un troisième air, lui, a faili ne pas passer inaperçu: le chanson Tri Martolod. Imposer ce chant paillard ce serait un peu comme imposer La Madelon à chaque événement sportif français. Cette proposition dénote une volonté évidente de maintenir les Bretons dans le rôle du plouc de service et de ravaler leur culture au rang de folklore provincial.

maillot-bretagne-congo-norm2Bretons, une fois encore la France se moque de vous. Nous sommes un peuple et nous avons droit aux égards dus à tout peuple. Alors pas d’hésitation ni de complexes. Dans le stade, chantons le Bro Gozh Ma Zadoù. Lui seul est notre hymne national. Ne levons pas l’« étendard sanglant », ne nous abreuvons pas d’un « sang impur » ! Boycottons la Marseillaise !

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Breizhad hepken

    http://www.dailymotion.com/video/x98r5r_bro-gozh-ma-zadou-finale-2009_sport

    Voilà qui résume tout!
    Les Bretons sont une NATION et ne sont pas des voyous français.
    L’avenir leur appartient.

  • Meriadeg

    Debrer-Bro C’hall a tout à fait raison…
    Demain debout pour une République Bretonne !
    War sav, war sav evit ur wir Republik vrezhon !

  • Debrer-Frañs

    Ce qui disqualifie dès lors toute tentative de réforme de l’ Etat français. Il y a d’ ailleurs abus dans les termes, l’ Etat français étant par essence irréformable. Seuls les gogos peuvent se laisser avoir par des formules simples pour adolescents prépubères du style la « France des régions dans l’ Europe des nations ». La Bretagne n’ a rien a espérer de telles formules, et donc à attendre de pseudos « fédéralistes » et identitaires en peau de lapin. Oui, à la république bretonne dans l’ Europe des peuples.

  • gwezenn

    Louis XVIII garda les « acquis » des révolutionnaires de 1789 et De Gaulle ceux de Pétain, effectivement la France n’est qu’une continuité d’âneries contradictoires ( entre-autres… ) , « Le Mythe de l’Hexagone » est vraiment d’actualité, le nationalisme breton est salvateur, le nationalisme français une pathologie mentale.

  • Fred

    1789 = FIN DES LIBERTES BRETONNES

    Oui mais l’on ne peut pas faire abstraction de la longue série d’atteintes a ces libertés depuis 1488. La Bretagne s’est « unie » à la France le coeur lourd et contrainte. Et ensuite elle a du défendre ses libertés bec et ongle jusqu’à leur abolition finale en 1789.
    Louis XVIII ne s’y est pas trompé et a bien pris soin de conserver les « acquis » de la révolution de 1789

  • Brenn

    J’ai bien peur que Breizhad hepken est raison.
    Qui évoque encore la  »Gaule » dans ce que l’on appelle aujourd’hui la France ?
    Et au train où changent les fondements de cet État (à commencer par sa population), combien de temps encore avant qu’il ne change à nouveau de nom ?
    Je constate souvent avec effarement qu’en France, et plus largement dans toute l’espace culturel francophone, n’existe légalement plus que des  »citoyens » pourvu d’une identité purement administrative, toutes autres considérations y étant de plus en plus assimilées au mieux à du folklore, au pire à du repli identitaire, du communautarisme, voir du racisme.
    L’on peut dire qu’aujourd’hui et après un long laminage de toutes traces d’autres considérations (plusieurs générations), la France d’aujourd’hui a irrémédiablement perdu son  »identité ».
    Elle n’a plus que des  »papiers d’identité »…
    Et cela donne souvent des veaux passifs et égoïstes.
    Qui se souvient des Champs Décumates – http://fr.wikipedia.org/wiki/Champs_D%C3%A9cumates -, des Pannonie, de la Thrace, des Mésie, des Dardanie, des Phrygie, de la Paphlagonie, etc. …
    Leurs populations de plus en plus composites, évanescentes, inconsistantes ont disparu, sans gloire et sans souvenir pour laisser la place à des populations plus homogènes de Germains, de Hongrois, de Slaves …
    J’ai bien peur que la ‘’France’’ soit dans un processus similaire.
    Je ne pense pas que toutes ses composantes soient pour autant condamnées.
    Le Pays-Basque, la Corse sûrement pas …
    La Bretagne ? Ne laran ket …

  • Thierry

    14-18 : je préfère dire « morts A CAUSE DE la Frwance » au lieu de « par » et surtout « pour »
    1789 : ceux qui se réfèrent à ces « valeurs » aujourd’hui les trahissent ; je vois mal les révolutionnaires bourgeois de l’époque défendre l’immigration, le métissage d’aujourd’hui ; ils doivent se retourner dans leurs tombes ; l’égalité des droits : pour moi ça part d’un bon principe ; après quand on voit la société actuelle
    1789 = FIN DES LIBERTES BRETONNES
    il est bon de se répéter, parfois, hein ogmios^^^^^^^^

  • Breizhad hepken

    « Le projet France dont la République est la forme jusqu’ici la plus aboutie. »

    C’est tellement vrai que l’Etat français n’a pas attendu la république pour mettre en oeuvre sa vision universaliste.
    Sous Louis XIV, Colbert préconisait déjà le métissage laïc et obligatoire, entre amérindiens et colons européens, pour faire « un seul et même peuple ».
    L’Hexagone n’a donc jamais existé que sous la forme d’une « idée-France » messianique par essence. Ce n’est pas un hasard de l’histoire si la révolution y a pris corps. Elle y était en germe dès le commencement, c’est à dire lorsque la « France » est morte avant même d’être née, à Alesia, où les tribus gauloises se sont fondues dans le magma romain. La suite n’est qu’une série de rendez-vous ratés avec l’enracinement, sous les Carolingiens, au XIXe siècle, et une longue suite de « sauts qualitatifs » vers la situation que l’on connait aujourd’hui. L’idée-France a tué la France. Heureusement il reste encore la Bretagne.

  • Breizhad hepken

    On pourrait discuter longtemps sur l’identité entre France et république.
    Là n’est même plus la question.
    Que l’on aime la France ou non, force est de constater que celle-ci est morte et enterrée.
    Morte spirituellement en 1793, avec la décapitation de son roi, physiquement en 1914 , avec l’éradication de fond en comble de son élite paysanne, mise en bière en 1940 lors de la débâcle et enterrée en grande pompe en 1968, lorsque les derniers restes du vieux monde ont été remplacés par la société de consommation.
    Nationalistes français, vous qui mettez malheureusement de la « vraie patrie » sur une coquille vide, rendez-vous à l’évidence. Vous ne défendez plus qu’une image virtuelle!
    La France renaîtra peut-être un jour, mais certainement pas sous la forme qu’on lui a connue.
    Il est temps maintenant de se tourner vers l’avenir et de sauver ce qui peut encore l’être!

  • Fred

    En ce qui concerne la guerre de 1914-1918 nous disons souvent « morts PAR la France »
    La France n’a malheureusement pas attendu sa République pour mener une politique active de sujétion, destruction et francisation de la Bretagne. Les tentatives remontent aux Carolingiens, aux origines du projet France!
    Le massacre de St Aubin du Cormier (1488) ou encore la répression sanglante sous Louis XIV nous le rappellent la triste réalité du joug étranger en Bretagne
    Nous ne sommes pas d’un point de vue général contre les « républiques ». Des exemples positifs ne manquent pas: Islande, Venise, la Suisse etc.
    Le problème vient du projet France dont la République est la forme jusqu’ici la plus aboutie. Je dis « jusqu’ici » car il peut encore y avoir une mutation

  • ALBATOR

    chers amis et camarades bretons, la « France » et la « République » qui n’en est que le régime politique et idéologique ne sont pas exactement superposables… d’ailleurs les politicards de tous bords parlent plus souvent de la « République » que de la « France », les fameuses « valeurs » de la Raie-publique et bla-bla-bla. Les milliers de bretons tombés pendant la grande guerre 14-18 dont les noms couvrent les murs du mémorial de Ste-Anne d’Auray, sont-ils morts pour la France (?) où ont-ils été sacrifiés par la République jamais avare du sang du peuple?

  • LE GARREC

    Si il n’y a pas moyen de faire entendre l’hymne breton avant le coup d’envoi, pourquoi ne pas le faire en debut de match, via une entente entre les supporters des deux équipes ??

  • gwezenn

    Le chef de l’Etat occupant a décidé d’afficher une foi de plus son mépris des bretons en « boycottant » cette finale, perso je m’en tape mais d’un point de vu symbolique ça en dit long, il l’a dit lui-même :  » je m’en fout des bretons », il confirme.

  • Kadvoz
  • Kadvoz

    En réponse à Sparfell.

    Il n’y a rien de comparable avec ces 9-3 qui sifflèrent cette Marseillaise et le fait de tourner le dos à la pelouse afin de montrer notre opposition au manque de reconnaissance des minorités… (réf. rapport de l’ONU sous la responsabilité de Madame Gay McDougall experte indépendante pour les minorités.).
    Il est vrai que ce derby breton au SDF de St-Denis ne plait pas à tout le monde !
    Il suffit, ensuite, d’entonner calmement le Bro Goz… tout cela reste dans la légalité et risque plutôt de faire sourire au lieu de l’agressivité de ces loubards de banlieue…

  • Meriadeg

    La réponse de M. Bouder est parfaite. Il ne faut surtout pas mélanger les genres… De toute façon nous n’appelons pas à « siffler » la Marseillaise mais à la boycotter, la mépriser comme l’expression d’un chant non seulement sanguinaire, mais comme celui de l’Etat occupant.

  • Frederig

    Expression qui ne signifie rien et qui devient franchement grotesque lorsqu’on ecoute les paroles.

  • Debrer-Frañs

    Même avec un horaire aménagé, on chantera, ô sainte horreur, un « chant paramilitaire » dans l’ enceinte du stade de France. Non, je ne parle pas de la sanguinaire Marseillaise, l’ hymne des sabreurs de Vendée ou des amateurs de gégène en Afrique du Nord. Je parle bien de notre hymne national, le Bro Gozh Ma Zadoù, qualifié de « chant paramilitaire » par un journaliste du Télégramme après que ce dernier l’ ait entendu lors d’ un congrès d’ Adsav. Rien que de penser à la tête dudit journaliste en apprenant la nouvelle, je ne peux m’ empêcher de sourire.

  • Fred

    En effet si l’on veut que l’on respecte notre hymne il faut respecter celui des autres.

    Ne melangeons pas tout nous ne sommes pas dans une relation d’egal a egal avec la France.

    L’Etat francais nous occupe, ne nous demande pas notre avis puis nous impose de lui obeir (par exemple siffler la marseillaise est un « delit ») tout en nous crachant a la figure. Voila la situation telle qu’elle est. La Bretagne n’est pas l’Algerie ou le Benin, nous ne sommes pas un Etat independant.

    Nous ne lui devons rien. C’est un peu comme de demander aux Lettons de respecter l’hymne sovietique du temps de l’URSS!

    On en reparlera lorsque la France ne sera plus en Bretagne.

    D’un point de vue pratique: le fait de chanter la Marseillaise depuis deux cents ans a-t-il eu jusqu’ici l’effet de faire connaitre et respecter le Bro Gozh? Non justement, l’effet est inverse, pour la bonne raison que l’Etat francais ne prone pas le respect mutuel mais l’effacement de tout ce qui n’est pas tricolore. Si les Bretons ont arrache le droit de chanter le Bro Gozh, ce n’est pas de gaite de coeur a Paris. Ce n’est pas une faveur comme le prouve bien la vexation d’un horaire amenage. On cherche simplement a nous tenir tranquile , il n’y a aucun respect la-dedans.

    Je vous dit pas la pub pour la Bretagne !

    Passer pour une nation resistante et combative nous apportera bien plus que de passer pour des carpettes sur lesquels on peut s’essuyer les pieds!

    Je crois que à peu près 80000 spectateurs le chanteront…
    —-
    Pas certain, les gens meme quand ils ne connaissent pas le Bro Gozh se moquent de plus en plus de la France et ses symboles. Ca ne parle plus aux jeunes generations.

  • gwezenn

    Le contraire eu été étonnant…d’ici à ce qu’ils fassent défiler des djeuns du 93 déguisés en bigouden ou une débilité du genre y’à pas des kilomètres…pour ce qui est des 80000 spectateurs cher Edouard Anast, je doute fortement qu’ils soient majoritairement bretons mais j’espère que les bretons présents saurons se faire entendre.

  • Edouard Anast

    Qui chantera l’hymme de l’ennemi? Je crois que à peu près 80000 spectateurs le chanteront… Je préfère ne pas savoir d’où ils viennent…

  • Sparfell

    Je ne suis pas pour boycotter la Marseillaise ! En effet si l’on veut que l’on respecte notre hymne il faut respecter celui des autres.
    De plus, cela nous abaisserai au même niveau que que certains jeunes de banlieues… Je vous dit pas la pub pour la Bretagne !!!

  • Meriadeg

    Lorsque retentira l’hymne raciste français, il serait souhaitable que les Bretons présents dans ce stade se lèvent mais tournent le dos à la pelouse afin de montrer leur opposition à l’hymne de l’occupant qui foule aux pieds depuis des siècles les droits fondamentaux du peuple breton !