La Bretagne, terre de sacrifices.

Depuis la perte de son autonomie, la Bretagne a subi tous les changements de régime qui se sont succédés en France depuis 200 ans : Première République (1792-1804), le Premier Empire (1804-1814), les deux Restaurations (1814-1830), la Monarchie de Juillet (1830-1848), la Seconde République (1848-1852), le Second Empire (1852-1870), la Troisième République (1870-1940), le Régime de Vichy (1940-1944), la Quatrième République (1945-1958) et la Cinquième République (depuis 1958), soit dix systèmes gouvernementaux depuis la bourrasque révolutionnaire qui induisit les guerres napoléoniennes, lesquelles servirent de modèle pour les grandes hécatombes des « guerres modernes ».

De quelqu’idéologie politique que se soient parés tous ces régimes, la Bretagne ne les a connus qu’au travers d’une administration tatillonne, étrangère, vexatoire et de plus en plus centralisée. En 1962 le gouvernement de la République Française imagina même de séparer administrativement et économiquement de la « Région Bretagne » le département de la « Loire Atlantique » et la ville de Nantes, capitale historique de nos ducs.

L’esprit de la Bretagne, son coeur, ses traditions ont été ignorés ou ridiculisés. Sa langue pourchassée, exclue des écoles, des administrations, de la vie publique, des tribunaux. Sa culture méprisée et combattue. A tous les degrés de l’enseignement officiel, sa glorieuse histoire est encore cachée à ses fils. Combien d’entre eux savent l’histoire des mobiles bretons échappés en 1870 à l’enfer du camp de Conlie, près du Mans, et qui furent envoyés sans armes au massacre par un gouvernement sans honneur et sans humanité ? Combien ont appris que la Bretagne perdit 240.000 soldats tués durant la Guerre de 1914-1918 (1 habitant sur 14, contre 1 sur 28 en France, 1 sur 35 en Allemagne et 1 sur 66 en Angleterre) Tandis que la France perdait 1 tué sur 28 habitants, la Bretagne en perdait 1 sur 14, c’est à dire le double [et on de parle pas de l’interminable cortège des mutilés, gazés, infirmes et « gueules cassées »…] ? Combien
connaissent aujourd’hui assez de l’histoire de leur Pays pour se demander si, sur le monument aux Morts de chacune de nos paroisses, il ne serait pas plus judicieux d’inscrire : « Morts… à cause de la République Française » ?

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • ALBATOR

    tapoter sur la clavier n’empêche pas de respecter l’orthographe : donc « qui défilent » avec e.n.t, pardonnez ma précipitation claviéresque. Ah Ah

  • ALBATOR

    Les soit-disants « régionalistes » ont bonne mine! des cloportes hirsutes à piercing qui défile au ram-dam du Tam-tam pour venir en aide aux « sans papiers » et contre le fâchismeuhhh!! avec ça la Raie-publique n’a rien à craindre! Que des crétins s’imaginent que l’Europe de Bruxelles va favoriser les basques, bretons, corses etc… c’est à rire, ils seront les idiots utiles de l’europe mondialiste et islamique (avec la turquie) ADSAV fait encore exception parmi les mouvements autonomistes ou indépendantistes… pourvu que ça dure.

  • gwezenn

    La vérité est la suivante : qu’elle soit de gauche ou de droite, républicaine ou monarchiste, vichyste ou libérale la France a toujours été et sera toujours un boulet empoisonné pour la Bretagne ! ce qu’omettrons toujours de préciser les gauchistes ou les régionalistes bretons c’est leurs conditions de larbins, d’idiots utiles du système France.

  • Meriadeg

    Il faut quand même toujours bien préciser (ce qui est systématiquement omis par la « gôche » dite bretonne) que, si effectivement c’est le gouvernement de Vichy (composé en grande majorité par des socialistes !) qui a mis en application ce funeste décret, le véritable projet émanait du gouverment radical-socialiste français précédent, c’est-à-dire les amis de M. Ayrault, Batteux, Auxiette, Delaveaux, Hervé…. j’en passe et des meilleures !
    Rétablissons la vérité !

  • gwezenn

    Vrais que le personnel administratif de l’Etat français de Vichy était le même que celui de la IIIe République, le même aussi sous la IVe d’ailleurs ( M. Papon )

  • Debrer-Frañs

    Contrairement à ce que beaucoup pensent, le personnel administratif de l’ Etat de Vichy est le même que celui de la IIIe République et les découpages opérés sous Vichy étaient déjà dans les cartons auparavant… et comme on le sait survivront à Pétain.

    Je n’ aime pas trop parler de « séparation » en ce qui concerne la Loire Atlantique car en réalité la Bretagne n’ avait plus d’ existence politique depuis la nuit du 4 Août 1789. En 1941 a été créé de toute pièce une nouvelle entité administrative regroupant plusieurs départements et improprement appelée « Bretagne » puisqu’ elle ne prenait pas en compte le pays nantais.
    Le problème vient du fait qu’ un cinquième de la Bretagne se trouve dans une entité administrative différente du reste de la Bretagne.

  • Fred

    Le gouvernement de Vichy avait envisagé un découpage, celui de De Gaulle le réalisa 20 ans plus tard. Belle permanence!

    L’autonomie, qui dura de 1532 a 1789 ne fut elle-même pas sans abus, racket, executions et massacres inutiles. Depuis 1488 les sacrifices furent nombreux…

  • gwezenn

    A ma connaissance la « Loire Atlantique » ( « Loire Infèrieure » à l’époque ) n’a pas été séparé du reste de la Bretagne en 1962 mais en 1941 et on ne peu pas dire que le gouvernement français de l’époque était très républicain…ce qui n’a pas gêné outre-mesure ni empêché les gouvernements français suivants de conserver la mesure fachiste de Vichy avec quelques autres d’ailleurs. Sinon il est certain que la Bretagne a longtemps été une réserve de chairs à canons pour l’Etat français qui s’en ait servit allègrement.