Qu’est-ce que « l’Europe aux cent drapeaux »?

Qu’estce que « l’Europe aux cent drapeaux »? Le concept fut crée par un Breton, Yann Fouéré.

« Après l’une des plus grandes épreuves de son histoire l’Europe en est encore à se chercher. Elle n’a pas réussi à réaliser son unité politique; l’harmonisation des structures économiques,sociales, financières et juridiques des unités étatiques qui la composent n’en est qu’à ses balbutiements. On peut donc se demander si une fédération européenne pourra se construire à partir des Etats-nations d’aujourd’hui. Yann Fouéré n’hésite pas à répondre non. La « troisième Europe », dit-il ne pourra naître que de l’effacement des actuels Etats-nations souverains, communs diviseurs de l’Europe et legs attardés du XIXè siècle : ces grandes formations étatiques – France, Espagne, Italie, Grande-Bretagne, Russie… – doivent être divisés. Aussi dénonce-t-il les mécanismes philosophiques, politiques et institutionnels sur lesquels elle reposent, en fait ressortir l’articialité et la malfaisance, décrit leur évolution fatale vers le totalitarisme et les « fascismes » de droite ou de gauche, attaque autant les jacobins de l’Europe, apôtres de du super-Etat inhumain et monstrueux, que les défenseurs attardés des stato-nations,héritiers des même erreurs.

Source: Ar Beurope_cented Keltiek

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Fred

    Aucune liste ne propose autre chose que le statu quo

  • Arzhur

    Et donc pour l’élection européenne de Juin ?

  • Brenn

    Nann’vat !
    « Horum omnium fortissimi sunt  » (de tous, ce sont les plus valeureux) …
    Puisque Jules César, lui même, a dit cela des Armoricains …

  • gwezenn

    Trugarez Brenn, les Romains ont eu pas mal de difficultés avec de nombreux peuples, d’autres au contraire se sont vite soumis à l’ envahisseur tels les Eduens, Antiquité et Proto-histoire sont des périodes véritablements passionnantes, nous n’avons par ailleurs pas à rougir de l’attitude de nos ancêtres d’Armorique.

  • Brenn

    Autrement plus déterminés furent les Salasses (dont, comme pour les Belges celto-germains, les caractéristiques sont autant Ligure que celtique), ancêtres des habitants du Val d’Aoste :
    « Le premier contact entre Salasses et Romains se produisit en -143 : les Salasses emportèrent la victoire et causèrent des lourdes pertes aux ennemis. Trois ans seulement après, le commandant romain Appius Claudius prit sa revanche et massacra 5000 Salasses. Malgré le succès militaire, les Romains n’arrivent pas à soumettre le peuple Salasse qui, pendant plus d’un siècle, continue à tenir en échec l’armée romaine et à contrôler le passage du trafic commercial à travers les cols en exigeant des péages de la part des marchands et même des troupes romaines qui y transitaient !
    Un nouvel assaut, porté dans les années 35-34 av. J.-C., quand désormais toute la Gaule Cisalpine et Transalpine est soumise, ne connut guère des meilleurs résultats. C’est seulement en 25 av. J.-C. que le peuple Salasse est définitivement vaincu et Rome s’assure le contrôle de la Vallée d’Aoste. Après la défaite des milliers de Salasses sont vendus comme esclaves au marché d’Eporedia, d’autres sont enrôlés de force dans les milices des vainqueurs et envoyés ailleurs pour combattre d’autres peuples  » ennemis  » ; leurs meilleurs terrains sont confisqués et donnés aux 3000 vétérans romains envoyés pour peupler la nouvelle ville de Augusta Praetoria (Aoste) qui vient d’être fondée, et romaniser ainsi cette contrée. De nos jours on appellerait cette opération :  » nettoyage ethnique « . »
    http://www.espritvaldotain.org/sito/pag/notrepays/preshistoriq.htm

  • Brenn

    Salud deoc’h Gwezenn ker, mont a ra mat ganeoc’h ?
    En tout cas, heureux de vous retrouver toujours aussi combatif !
    En fait la conquête des pays Allobroges (avec la racine bro bien connue des bretonnants et une déformation du mot albe ou peut-être arp -alpes-) se fit de -121 à -61 (ultime révolte conduite par Catugnatos), donc un peu avant celle de Vercingétorix en -52.
    Révolte à laquelle les Allobroges ne participèrent pas (contrairement aux Helvètes).
    C’est d’ailleurs une constante de l’histoire des pays de Savoie de commencer plus tôt et de finir trop vite …
    Je tenais aussi à préciser que contrairement à ce que les  »élites » auto-proclamées veulent d’une manière quasi obsessionnelle nous faire ingurgiter, le métissage reste dans l’histoire l’exception et non la règle et que par exemple les anciens Belges n’étaient pas spécialement un  »mélange » de Celtes et de Germains, mais bien une variante intermédiaire.
    J’ai par exemple connu des purs Alpins qui avaient été littéralement bernés par des instituteurs à barbiches, lesquels avaient finit par leurs faire admettre qu’ils descendaient des hypothétiques  »Sarrasins des Alpes ».
    Un livre de Joseph Henriet (Éditeur Cabedita, Date de parution octobre 2002), vient avec les résultats d’études historiques irréfutables, complètement infirmer cette totale cabale et établir que pendant le haut moyen age les régions les plus reculées (et élevées) des Alpes échappèrent complètement à tout contrôle et même au christianisme et redevinrent des zones où il ne faisait pas bon s’aventurer ; d’où la réputation peu flatteuse de  »Sarrasin » des populations du cru, qui sont pourtant des descendants certains des anciens Ligures et autres Allobroges …
    A la même époque et dans les Pyrénées les mêmes causes allaient régénérer la culture et le peuple Basque.

  • gwezenn

    « par contre ici les Helvètes étaient bien perçus comme des Celtes » , il me semble que c’est historiquement évident puisque les tribus celtes de ce qui est aujourd’hui la Savoie, le Dauphiné et une partie de la Suisse ( Romandie actuelle) formaient la communauté des Allobroges, la romanisation de cette communauté fut tardive et ne se fit pas sans heurts puisque les Allobroges résistèrent énergiquement et longtemps aux romains.

  • Brenn

    C’est d’abord cela dans le sens  »état des lieu ».
    Yann Fouéré l’a vu avec réalisme et il y apporte un projet plein de bon sens et d’espoir, quelque chose de très novateur : l’idée qu’une nations doit d’abord être en harmonie avec sa substance, c’est à dire son (ses) peuple, dans le respect de sa culture, ses traditions, sa (ses) langue, ses libertés …
    Dans un tel projet la Bretagne redeviendrait de fait l’authentique nation qu’elle a été, retrouverait le sens de son histoire, pourrait se tourner vers les autres pays celtiques et même l’Angleterre aussi librement que vers la France …
    La Bretagne et d’autre nations ; bien vu Yann !
    Mais il serait temps que les choses aillent dans ce sens evel just !

    PS : Pour ce qui est de la question du Jura, il y a encore un os, le Jura sud (les trois districts de Courtelary, La Neuveville et Moutier) qui est une sorte d’Ulster version suisse …
    Par contre ici les Helvètes (ancêtres des Romands) étaient bien perçu comme des Celtes (qui furent totalement  »romanisés ») et les Suisses Alémaniques descendent des  »Germains » Alamans de l’outre lime.

  • Brenn

    Quand vous franchissez certaines limites, pas toujours très nettes géographiquement parlant, vous franchissez aussi certaines fractures qui ne sont pas que d’ordre géographique, mais aussi un peu comme des failles laissées par l’histoire.
    Pour les Grecs comme pour les Bretons la ‘’France’’ se nomme toujours la Gaule : ‘’Gallia’’ en Grec ; ’’Bro C’hall’’ en Bretons (gallaoued = français).
    Les anciens Belges étaient-ils plutôt celtiques où germaniques ?
    … Ils ne le savaient pas toujours très bien eux mêmes, tout comme Jules Césars qui hésitait à leur sujet.
    Leurs pays étant dans la zone central d’une aire (ethno) culturelle où la différenciation entre les mondes celtiques et germanique ne se fit que de manière graduelle et cumulative, et dans l’espace, et dans le temps (à la fin de l’empire Romain certains peuples des confins étaient encore  »entre les deux »… dans les champs Décumates par exemple).
    L’acculturation-romanisation d’une partie de ces populations allait se continuer par ceux qui sont les Wallons d’aujourd’hui, tandis que les populations non acculturées d’au-delà du lime allaient s’identifier sans ambiguïté comme non latines (où latinisées) et germaniques.
    Autre exemple : Il est frappant de retrouver sur des cartes datant de la genèse du Saint empire Romain-Germanique des confins qui sont à peut près ceux qui séparent à ce jour la Tchéquie de la Slovaquie, l’Autriche de la Hongrie ou la Slovénie de la Croatie.
    D’autres exemples encore plus antiques, comme celui des confins de l’empire Romain d’Occident et Byzantin entre Croatie et Serbie, sont redevenus de fait actuels.
    C’est d’abord cela l’Europe aux 100 drapeaux.

  • Fred

    Par exemple si les limites administratives (frontières) des états nations ont une indéniable (et parfois contraignante) utilité, elles ont aussi la particularité de ne recouvrir que très rarement des limites (ethno) culturelles.
    —-

    Une Europe qui saurait indiquer le chemin permettrait justement de redéfinir ces frontières et de maintenir l’unité dans la diversité. Un peu comme dans le cas de la création du canton du Jura qui, si ma mémoire est exacte a permis aux Romans du canton de Berne de se gouverner sans plus dépendre de la majorité alémanique dudit canton.

    qui s’est divisé

  • Bernard

    100 drapeaux ?
    Il faut aussi voir ce que représentent lesdits drapeaux.
    Par exemple si les limites administratives (frontières) des états nations ont une indéniable (et parfois contraignante) utilité, elles ont aussi la particularité de ne recouvrir que très rarement des limites (ethno) culturelles.
    Le cas de la Belgique est caricatural, dont toutes les limites administratives sont en dedans de même zones culturelles alors que les cassures y sont intra-Belge.
    Ce n’est pas une raison pour bouder le drapeau suisse pour autant (la Suisse ayant la même particularité).
    Allez, je ne résiste pas à en revenir au mien :
    http://www.youtube.com/watch?v=amJQ08PsF1I avec pour le fun un peu du dialecte que parlaient mes grands-parents (encore très vivant, même chez les jeunes) :
    http://www.youtube.com/watch?v=go80DJt0Dbo
    Maintenant, si par exemple les ‘’tedeschi’’ de l’alto-Adige’’ voulaient autre chose … à eux de voir.
    Le tout étant d’éviter l’un des pires exemples actuel … celui de la France jacobine.

    Après il faut espérer que les peuples concernés auront assez de consistances et de répondant pour savoir ce qu’ils veulent … Et aussi de savoir raison garder : un mouvement politique peut changer bien des choses ou échouer, mais il n’est pas ‘’le peuple’’.
    Petit exemple attendrissant pour finir, dont je ne sais s’il faut rire ou pleurer :
    http://savoielibre.blog.fr/2009/04/18/reunion-pulique-5965297/#comments
    … Sacrés savoisiens, finalement ça détend.

  • Fred

    Bien entendu c’est une image. l’Europe de la diversité, la vraie!

  • gwezenn

    Quels sont ces 100 drapeaux ? le chiffre de cent est-il exhaustif ?

  • Bernard

    L’Europe aux cent drapeaux, c’est aussi un peu la mienne :

    http://www.youtube.com/watch?v=cG6H_85rgPI

    Cordiali saluti padani ai nostri compagni bretoni.