L’association KAD, Kelc’h An Dael, pour la Création d’un Parlement Breton est née !

KAD, Kelc’h an Dael, (Cercle du Parlement), est une association bretonne ouverte à tous les patriotes et démocrates bretons de gauche(s) comme de droite(s), qui acceptent que toute divergence d’opinion interne soit réglée par le vote souverain, dans le but d’œuvrer ensemble, en toute fraternité et convivialité, pour la création ou le réveil d’un Parlement de Bretagne.

KAD n’est pas un parti breton de plus, mais un lieu de rencontre et de coordination de tous les bretons et partis bretons désireux de faire l’UNION !

KAD ne prétend pas être le Parlement de Bretagne, mais l’association logistique qui va, avec l’aide de toutes les bonnes volontés, mettre en place les conditions électives et démocratiques pour créer ce Parlement de Bretagne.

KAD, Kelc’h An Dael, est née d’une réunion à Quimper le 31 mars 2012, après la manifestation en faveur de la langue bretonne, de trente et un bretons et bretonnes d’horizons politiques différents, ayant en commun l’amour de leur pays, le désir ardent de le défendre et de lui redonner force et vigueur dans un Parlement Breton d’union nationale, lieu démocratique d’échange entre toutes les forces vives de l’Emsav. Deux autres réunions suivirent à Carhaix et à Pontivy, où l’ensemble des présents, membres des droites et gauches bretonnes ou non encartés, ont débattu en parfaite harmonie, sans aucun conflit ou écart de langage, conscient de l’intérêt primordial en jeu, et où toutes les décisions ont été prises à l’unanimité, dont celle de créer l’association KAD, Kelc’h An Dael, (Cercle du Parlement), association logistique pour la création d’un Parlement Breton. La déclaration a été faite le 2 mai à la sous-préfecture de Fougères, et est parue au journal officiel du 30 juin 2012 page 2889 au n° 675, avec pour objet : « Rassembler les bretons dans une réflexion démocratique, organiser et coordonner les actions des personnes et des associations adhérentes ».

KAD est actuellement composée ainsi :
Président : Jean-Loup LE CUFF (sans étiquette)
Quatre vice-présidents, par ordre alphabétique :
Odile BUTON (UDB)
Jean-Christophe CHORLAY (Parti Breton)
Serge LE FAUCHEUR (Breizhistance et co-fondateur d’Emgann)
Ronan LE GALL (Porte parole d’Adsav)
Secrétaire : Vincent LE FLOC’H (sans étiquette)
Trésorier : Laurent HERVIOU (sans étiquette)
Quatorze autres membres, sans étiquettes ou membres de différents partis politiques bretons, (Emgann, Breizhistance, UDB, Parti Breton, Adsav…)

KAD, Kelc’h An Dael, est une association ouverte à tous les patriotes et militants bretons qui acceptent de signer la Charte de KAD en onze points donnée ci dessous. Un règlement intérieur est en cours de rédaction, quant à la procédure démocratique à appliquer pour constituer un Parlement Breton. La cotisation annuelle est de 20 euros, et un cv accompagné d’une lettre de motivation est demandé à chaque futur adhérent dont la cooptation est décidée en conseil d’administration.

Charte de KAD, Kelc’h An Dael / Cercle du Parlement :

Présentation de KAD:

Nous, patriotes et démocrates bretons, en notre nom propre ou en celui d’associations bretonnes que nous représentons au sein de KAD, nous signons cette présente charte dans un esprit de concorde et d’union pour la défense des libertés bretonnes.

KAD, Kelc’h An Dael, ( Cercle du Parlement) , est une association loi de 1901, créée afin de mettre en place un Parlement de Bretagne, réunissant les bretons démocrates de gauche comme de droite, sans polémiquer sur nos divergences de forme ou de fond, seulement préoccupés de ce qui nous rassemble: la volonté de nous unir pour faire entendre de façon efficace la voix de Breizh, pour parfaire la coordination entre les associations militantes ainsi qu’entre les bretons eux-mêmes, et donc pour aller vers une vraie démocratie en Bretagne, garante des droits inaliénables de notre peuple breton.

Les valeurs et idéaux de KAD :

L’adhésion à KAD implique l’acceptation des onze valeurs et idéaux ici présentés :

1/ La reconnaissance et la défense de la Bretagne, Breizh, dans son intégrité culturelle, linguistique, historique, territoriale, politique, économique, écologique, et autres…

2/ La liberté d’élire un Parlement breton pour asseoir cette reconnaissance et cette défense dans un esprit démocratique, où la discussion entre avis contraires est conclue par un vote souverain devant lequel tous les avis s’ajustent, rendant impossible un conflit de désunion.

3/ La volonté à terme de recouvrer nos libertés bretonnes perdues, les situant quelque part entre autonomie et indépendance, en fonction du choix populaire que prendront nos compatriotes bretons sur l’impulsion de notre parlement et de l’ensemble des partis politiques bretons.

4/ La volonté à terme de restaurer l’État breton, de le moderniser afin de permettre conformément à la tradition bretonne et à la tradition européenne du 21ème siècle, le respect de l’être humain, la défense des droits naturels et imprescriptibles de chaque individu, ainsi que les droits collectifs de notre nation bretonne, bafoués depuis l’annexion militaire de 1488, l’annexion diplomatique de 1532, et enfin depuis l’interdiction illégale de siéger, prise la nuit du 4 août 1789, à l’encontre des parlementaires bretons qui n’ont jamais dissous leur assemblée.

5/ Le respect de la parole et des actes des citoyens bretons s’ils ne portent pas préjudices ni à autrui, ni à notre nation Bretonne, et donc le plaidoyer pour une société démocratique bretonne qui respecte les opinions et la transparence.

6/ La gestion rigoureuse des finances publiques bretonnes où l’interdiction de déficit ou d’emprunts auprès d’organismes privés en temps de paix sera respectée. L’emprunt populaire breton sera privilégié.

7/ La responsabilité et la liberté en matière sociale, fiscale et du travail où le contrat entre parties consentantes doit être privilégié par rapport à la législation tant que le droit fondamental n’est pas touché.

8/ Le principe de subsidiarité, où seules les fonctions régaliennes doivent automatiquement accéder légitimement au financement public par l’ensemble des citoyens. Les autres fonctions, sociales et de solidarité, sont définies par le Parlement selon les besoins et nécessités du moment.

9/ La reconnaissance de tous les textes internationaux sur les droits de l’homme et les libertés fondamentales signés par l’État Français, en y ajoutant l’ensemble des textes sur les droits spécifiques aux minorités nationales, à l’autodétermination des peuples, aux droits de l’enfant et aux libertés fondamentales jugés indispensables par l’Union-Européenne d’être ratifiés pour une adhésion à l’Union-Européenne.

10/ La liberté d’un être humain s’arrêtant là où commence celle des autres, la Loi Bretonne et l’État Breton se doivent d’intervenir sans arbitraire, exclusivement face aux abus criminels illégaux, seul cas où la coercition de l’Etat breton est légitime, pour le bien de tous.

11/ La liberté de culte en Bretagne, athéisme compris, est acceptée, à condition qu’elle soit vécue sereinement hors contraintes sectaires et prosélytismes caractérisés. Les religions ou spiritualités historiques de la Bretagne et des bretons sont le Druidisme et le Christianisme Celtique.

Les objectifs immédiats de KAD :

KAD a pour objectifs simples et immédiats:

– Créer un Parlement de Bretagne (selon le règlement intérieur), où se décidera l’avenir de notre pays, Breizh, de notre destin breton.
– Pouvoir y rassembler tous les courants bretons démocrates, de droite comme de gauche, régionalistes, autonomistes, fédéralistes, indépendantistes… hors idéologies jacobines néo-colonialistes.
– Coordonner les actions des associations adhérentes librement consenties, dans une organisation confédérale.

KAD n’a aucun pouvoir de contrainte sur les associations adhérentes dès lors que celles-ci respectent la charte. Le non-respect des valeurs de la présente charte entraîne une sanction selon les formes décrites dans les statuts.

Les moyens de KAD :

Les membres de KAD utilisent tout moyen pacifique et démocratique qu’ils considèrent utiles à l’atteinte des objectifs à la seule condition que les moyens utilisés soient légaux et/ou légitimes au regard des valeurs de la charte.

La présente charte de KAD en langue française a (aura) sa fidèle traduction en langue bretonne (en cours de traduction) et en gallo (cherchons traducteur). Elle pourra évoluer dans le temps, et sa présente première version a été ratifiée le 2 septembre 2012 par l’ensemble des membres fondateurs de KAD.

Pour KAD,
JLLC le 13/9/2012

Notes:
– Les membres de KAD appartenant à des partis politiques bretons sont actuellement dans KAD de leur propre initiative et ne sont pas officiellement mandatés par leurs partis respectifs. KAD prendra contact avec les partis politiques afin de leur présenter l’intérêt de réunir les bretons et de définir des positions communes lisibles de tous. La représentation officielle des différents partis politiques bretons au sein de KAD est évidemment souhaitable. Il y va de l’union bretonne…

Contact KAD : kadbreizh@gmail.com

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • PennKoed

    Fuzzy,
    je suis animé â la même rage que toi quant à la dissolution du Parlement de Bretagne…
    Mais il faut se rendre à l’évidence: à cette époque, il n’y a que des royaumes tous unis contre la « république » française. il n’y a pas de tribunal international, institution créee par la Société des Nations si on parle de celui de Nuremberg transféré à la Haye, et celle instituée à Bruxelles par l’Europe si on se réfère à la Cour Européenne de Justice. La décision de l’assemblée Nationale Françaiqse était alors inopposable, et personne n’a d’ailleurs songé à s’y opposer dans le monde.
    Le Président de Gaulle ne s’y est toutefois pas « frotté » en éxonérant d’autoroutes à péage la Bretagne sous prétexte de « développement économique ». Il n’ignorait pas pas que la France ne pouvait instaurer de taxes sur la gabelle en Bretagne, gabelle qui voulait dire « péage » avant 1790…
    La vengeance de l’administartion Française a été de limiter des routes assimilables à des Autoroutes (ou presque) à la 110 kmh plutôt que de faire des autoroutes gratuites limitées à 130 kmh… Que la honte d’une telle bassesse retombe sur l’administration Française…
    « Kentoc’h mervel eget bezañ saotret » !!!

  • PennKoed

    Je ne veux pas polémiquer, Ronan, je suis pour les solutions les plus efficaces, mais toutefois, (Wikipedia): « 3 février 1990, fin de l’existence légale. Cependant l’annulation, du seul fait de l’Assemblée nationale, n’a jamais été entérinée par les parlementaires bretons, qui l’ont déclaré, le même jour « de nullité absolue et à perpétuité » (Thèse Toublanc) »(http://fr.wikipedia.org/wiki/Parlement_de_Bretagne). C’est vrai, Ronan, que les Bretons ont refusé la dissolution, mais les parlementaires Bretons n’étaient pas majoritaires, il s’agit donc d’une simple déclaration d’une poignée de parlementaires et de représentants souvent médiocres. Je suis d’accord pour dire que sur le fond, cette annulation est inique et illégale, puisque le parlement est partie intégrante des conditions de ralliement de la France à la Bretagne de 1532, car il interdisait à la France d’appliquer des lois non ratifiées par le Parlement de Bretagne. Sur le principe, cette institution était indissolvable… Et je ne cherche pas à parler contre la Bretagne ! Je descends en droite ligne d’une famille Bretonne de la presqu’ile de Rhuys et qui existait déjà à Saint Gildas avant la première croisade (archives de Moncontour). Je crois qu’il faut d’abord réunir la Bretagne historique en récupérant la Loire Atlantique. Cela fera de la Bretagne une des toutes premières régions de France en terme de PIB. Alors, nous serons plus forts pour réclamer à Bruxelle l’application en France des textes relatifs au régionalisme. Mais il faut aussi que les Bretons votent Breton !!! Et ça , ce n’est pas le chemin qu’ils prennent, A mon grand regrêt !

  • fuzzy

    un accord entre deux pays (entre la bretagne et entre la france )ne peut etre annulé unilateralement ( dans ce cas par la france en 1789)sauf si ecrit dans la constitution et devant un tribunal international,ce qui veut dire que l’accord signé par anne de bretagne est toujours d’actualité , n’en déplaise a la france et ces jacobins

  • Le parlement de Bretagne (les États de Bretagne) n’ont en fait jamais été dissous. un rêve peut être, mais donner des institutions à la Bretagne est notre devoir.

  • PennKoed

    C’est beau de rêver…
    Sauf que ça ne tient pas depuis la dissolution du Parlement de Bretagne par les révolutionnaires de 89…
    il faudrait modifier la constitution pour qu’un parlement de Bretagne puisse exister, donc soit un référendum national, soit la réunion des deux chambres avec un vote à 75%.
    J’ai une vague idée du résultat, mes chers compatriotes…
    je propose que l’on reste les deux pieds sur terre (de Bretagne plutôt que d’ailleurs)et que l’on utilise les moyens que la constitution Française (hélas) et les lois européennes (heureusement) nous donnent.
    Il serait certainement plus efficace et plus rentable d’engager une procédure à Bruxelles plutôt que de former un parlement illégal (donc fantoche et baba cool)et sans pouvoir…
    Même si c’est bien dommage.
    L’autodétermination des peuples ne concerne que les états constitués, ce qui n’est pas le cas de la Bretagne…
    Commençons dans l’ordre en récupérant la loire Atlantique, ça fera déjà 20% de Bretons en plus…. Ca me semble plus rentable, même si cela ne plait pas à notre breton de premier ministre…

  • il est en cours de finition

  • Ektor

    Existe t il un site web dédié au KAD ?

  • Brenn

    « La France se lézarde, il n’y a qu’à attendre…………… »
    Tant mieux, et qu’elle en crève au plus vite avant que de dauber le reste des nations d’Europe de sa putréfaction pestilentielle !
    Sauf que … si l’on en juge par la manière dont ils votent et dont ils sont devenus de parfaits bobos de compétition, les bretons sont tout ce qui se fait de plus ‘’français’’ … dans ce qu’il y a de plus con chez les ‘’français !

  • audiophile

    La France se lezarde, il n’y a qu’a attendre……………

  • Pedrono Daniel

    Une lueur d’espoir dans un adsav bien terne . Meme si il y a des individualités intéressantes l’UDB reste un parti croupion et socialofranchouillarfolkloriste . Les autres Partis malheureusement sont au creux de la vague . Le vivier des patriotes existe ,des idees du charisme et KAD peut être le fédérateur attendu . BEVET BREIZH DIEUB . Le peuple Breton verra plus tard si il est de droite ou de gauche ou si son génie inventif lui montre une nouvelle voie . Surtout , que KAD envahisse les médias : je suis tombé sur un article parlant de lui par hasard .

  • Broadelour

    De nombreuses personnes sur le net, appelant de leurs voeux à une telle union, à un tel projet, devraient logiquement vous rejoindre. Faîtes-vous connaître des médias de Bretagne, et beaucoup de bretons applaudiront.

  • CPN

    Tout l’ équipe de CPN apporte son total soutiens à cette honorable initiative.

  • jegou

    heu, ben nous non?

  • bzh

    Heu….il reste qui?

  • jegou

    des baltringues, aucune parole.

  • bzh

    je suis!

    dites moi, et on prepare la com

  • Le Du

    L’UDB et le Parti Breton se désolidarise de l’initiative, ils devraient le faire savoir très bientôt. Je suppose que ce sera pareil pour Breizhistance.