Elections européennes : prise de position de Frederig ar Bouder

frederig-ar-bouderLes élections « européennes » auraient pu être une consultation démocratique destinée à développer un projet d’union des peuples européens dans l’esprit des fondateurs de l’Europe d’après-guerre. Au lieu de cela, cette morne campagne n’est qu’un débat en trompe l’œil. Il oppose de manière superficielle les tenants de la politique politicienne française à ceux de la dissolution des peuples dans un continent uniformisé qui renie ses racines et s’étendra bientôt aux pays extra-européens. Adsav ! s’oppose tout autant au carcan hexagonal qu’au rêve fou d’une économie mondiale régulée. Nous ne voulons pas du « grand frère » français. Nous n’entendons pas davantage confier les clés de notre pays aux eurocrates irresponsables. A ce titre nous saluons les ferments de résistance apparus ces dernières années au sein de nations comme le Danemark, les Pays-Bas ou l’Irlande, petites pas la taille, certes, mais grandes dans la détermination à défendre leurs libertés.

Adsav ! aurait souhaité porter au Parlement européen le débat de l’indépendance bretonne dans une Europe des peuples. Nous ne manquons pas non plus d’idées, y compris institutionnelles, pour refonder les institutions européennes sur des bases solides. C’est ce qui nous distingue des eurosceptiques toujours négatifs. L’Etat français, en créant de grandes circonscriptions, dont le « Grand Ouest » a fait en sorte de museler la voix des peuples. Face à ce déni de démocratie, Adsav ! a décidé de ne surtout pas faire « comme si ». Ne pas faire comme si ce découpage électoral était sans conséquence sur la capacité matérielle des Bretons de défendre leurs droits de nation. Ne pas faire comme si l’inévitable faiblesse d’un score breton divisé par deux ou trois serait sans conséquences psychologiques : il ne manquerait pas d’être exploité contre les Bretons eux-mêmes. Adsav !  a logiquement refusé d’enter dans ce piège.

Je refuse de faire un choix entre ces non-projets et je me concentrerai dimanche prochain sur l’événement politique qui seul permettra de faire émerger un véritable contre-pouvoir breton : l’élection de Laurent Jutel dans le Pays de Redon. En élisant le candidat d’Adsav !, les habitants du canton de Redon feront bien plus que de désigner un Conseiller général intègre et efficace. Ils enverront aussi le signal fort que le peuple breton, peuple distinct, est bien vivant et conscient de lui-même. Ce signal, bien que local, aura un impact à l’échelle de notre nation et de l’Europe. Il sera une étape vers l’émancipation du peuple breton qui seule lui permettra de prendre sa place dans l’Europe aux cent drapeaux.

Partagez sur les réseaux soxiaux !