Demain, la mort du centre-ville d’Erquy ?

erquy

cr: ouest-france

Des militants d’Adsav se sont déplacés en début de semaine à Erquy afin de rencontrer de nombreux habitants en colère qui les avaient alerté.
La cause ? La fermeture programmée des deux pharmacies du centre-ville ainsi que de celle de Plurien, commune limitrophe, afin de se regrouper en un seul centre pharmaceutique situé vers la zone commerciale des Jeannettes, zone excentrée du bourg.

Une nouvelle qui provoque la colère des habitants du centre-bourg, et notamment des plus âgés ou des personnes à mobilité réduite, qui voient ainsi trois commerces essentiels pour leur bonne santé déplacés – rendant toujours plus difficile pour eux l’accès aux soins.

Du côté des responsables politiques de la ville, actuellement en pleine campagne électorale, c’est le silence radio, hormis Sylvie Bouvet de la liste « Osons Erquy » qui demande le maintien « dans l’immédiat » de ces pharmacies dans le centre-bourg.

Adsav! dénonce un nouvel exemple de désertification des bourgs ruraux et l’abandon de la population locale, que ce soit en matière de services publics comme en matière de commerce de proximité.
La Bretagne n a pas vocation à devenir une terre d’apartheid, où d’un côté prospéreraient et se développeraient des grands ensembles urbains sans âmes avec tous les services à la personne nécessaires, alors que de l’autre mourraient l’ensemble des petites communes rurales, qui constituent pourtant le cœur de la vie en Bretagne.

Adsav! demande à ce que les acteurs politiques et économiques mettent en place rapidement des solutions pour empêcher la désertification des campagnes bretonnes. Exonérations de charges sociales et salariales pour les commerçants s’implantant en zone rurale, élévation du numerus clausus pour faciliter l’arrivée de nouveaux services médicaux (et éviter l’afflux de médecins étrangers moins compétents) dans les campagnes, priorité fiscale donnée aux petits commerces sur les grandes enseignes, voilà des propositions applicables de suite pour redynamiser le poumon de notre pays Breton.

Partagez sur les réseaux soxiaux !