Le remplacement de population s’accélère

Bretons, pensez à leur avenir.Selon Ouest France , à l’horizon 2030, la population de la “région Bretagne” devrait connaître une progression de l’ordre de 14 %, portant le nombre d’habitans de la “Bretagne croupion” à 3.5 millions. Les très grandes disparités entre l’est et l’ouest suggèrent une croissance encore plus forte dans le Pays Nantais. Ouest France semble se réjouir de cette évolution: “l’arc Rennes-Auray fera figure de champion en s’offrant une progression de 24 % au minimum !” On compterait aussi 55 000 nouveaux actifs à Rennes. Un soudain Baby Boom? Bien au contraire. Ouest France précise que “ce n’est pas le nombre de naissances par rapport au nombre de décès (solde naturel) qui va faire bondir la population bretonne. C’est un solde migratoire positif. En d’autres termes, un nombre d’installations sur le territoire plus important que celui des départs. Ce solde migratoire positif contribue, pour plus de la moitié à l’augmentation attendue de la population”. En clair la substitution de population va s’accélérer et d’abord dans les régions les plus proches de Paris, ce qui aggravera le phénomène de banlieuisation de la Bretagne déljà perceptible. Dans les régions les moins affectées le vieillissement sera d’autant plus marqué: de Vannes à la Cornouaille pour le littoral sud, Dinan-Saint-Malo, le Trégor et le Goelo pour le littoral de la Manche. Y a-t-il lieu de tellement se réjouir de ces évolutions catastrophiques?

Partagez sur les réseaux soxiaux !