La liberté de la presse n’existe pas en France

désinformationLe triste sort réservé au journaliste américain James Foley nous amène à nous questionner sur le fonctionnement de la presse en hexagone, état adorateur de la religion des droits de l’homme.

Cette « une » datant de 2012 du quotidien « Libération » est tout à fait explicite du manque de discernement des journalistes français, voire de complicité de propagande officielle.

En effet, alors que les dirigeants français, à la demande des américains, ont pris fait et cause pour les « rebelles » syriens, Bachar Al-Assad est systématiquement vilipendé dans la presse hexagonale.

Je m’étais interrogé à l’époque du bienfondé de cette « information ». Quel intérêt avait le président syrien d’enlever des journalistes occidentaux, lui qui n’avait de cesse de parler d’attaques par des forces extérieures? Pourquoi les médias français n’ont jamais fait allusion au reportage de la chaine allemande ZDF de juillet 2012, reportage qui démontrait que les « rebelles » étaient des Wahhabites? Pourquoi, toujours en juillet 2012, les médias français ont à peine souligner la mort du fils d’un chef de guerre Tchétchène  dans les rangs de ces fameux rebelles? pourquoi ces médias libres ne nous ont pas parlé du fait que l’opposition officielle syrienne soutienne Al-Assad dans ce conflit?

La France nous parle régulièrement de la liberté de la presse. Pourtant quand on regarde le classement réalisé par différentes ONG, le pays des droits de l’homme ne figure pas en bonne position ( sur la période 2010-2014, la grande arrogante se promène entre la 39ème et la 44ème place).

La réponse est fort simple: on ne mord pas la main qui nous nourrit.

En effet, pour garantir la « liberté de la presse », l’État français reverse plus de 500 millions d’euros d’argent public (nos impôts) à divers médias. Ainsi, Ouest-France touche près de 12 millions d’euros pour nous désinformer chaque jour, pour nous déverser son venin républicain anti-breton, pour refuser de donner la parole à Adsav! PPB notamment.

Un exemple? En 2012, l’entreprise « Les Salaisons du Jet » s’apprête à fermer ses portes à Rosporden. Invité par les représentants du personnel, je participe à la manifestation qui se tient dans les rues de la ville. En fin de cortège, je vais voir le « journaliste » de Ouest-France qui couvre la manifestation. Celui-ci me déclare sans rire, devant des salariés médusés: « Vous êtes d’Adsav? Ah non, je ne vais pas noter ce que vous avez à dire. On ne veut pas retranscrire vos propos« .

Il y a quelques années, le directeur de l’Agence Bretagne Presse me confia recevoir des pressions de la part des « grands médias » locaux (Ouest-France? Le Télégramme? France Bleu?) pour ne plus diffuser nos communiqués. Ajouté un nouveau rédacteur en chef hostile à nos idées, et nous avons disparu de l’ABP. Ce qui n’a pas empêché cette même agence indépendante de nous solliciter pendant 3 ans pour obtenir une aide financière de notre part…

En reversant des subventions aussi importantes, on ne peut que qualifier de « torpille contre la démocratie » l’action de la république française.

Non, définitivement non, cette France donneuse de leçon n’est pas une démocratie. Nous somme bien placé, nous Bretons, pour le savoir!

 

subvention presse

Autre exemple de désinformation, BFMTV à Nantes est surprise entrain d’influencer les réponses de son interlocuteur:

Partagez sur les réseaux soxiaux !