La Martinique n’est ni la Guadeloupe, ni la Bretagne

Frederig Ar BouderAlors que la Martinique pourrait se prononcer par referendum sur son autonomie se pose la question des conséquences éventuelles pour la Bretagne d’un « oui » ou d’un « non » Martiniquais. Il y a quelques mois un mouvement à la fois social et populaire embrasait l’archipel de la Guadeloupe. En comparaison, la Martinique resta plutôt calme. Ceci n’est pas bien surprenant. Des deux territoires, la Martinique est de loin le plus francisé, le moins frondeur, celui où, pour reprendre l’expression d’Aimé Césaire « le génocide par substitution » est le plus avancé. La prospérité de l’économie martiniquaise a toujours été très liée à la « Métropole », qu’il s’agisse des débouchés du Rhum ou de la banane, du tourisme, des emplois publics et des transferts financiers. Dans ces conditions, davantage encore que pour les Guadeloupéens, demander aux Martiniquais de faire le choix entre « plus » et « moins » de France revient à leur demander de choisir entre le cœur et le porte-monnaie. En Bretagne, la situation est inverse : l’Etat français nous ponctionne sans trop nous rendre en échange. Demander aux Bretons de faire le choix entre « plus » ou « moins » de France revient à leur demander de prendre le petit risque nécessaire à la sauvegarde de leur intérêt. Ce risque est grossi du fait de l’indigence du débat sur l’indépendance qui évite ou dénature la discussion, quand on ne cherche pas tout simplement à discréditer, caricaturer et calomnier les porteurs du projet indépendantiste.

L’Etat français, s’il désirait donner davantage de pouvoir aux Martiniquais, aux Bretons, aux Guadeloupéens ou aux Corses pourrait le faire par le même moyen que celui employé pour leur ôter ces libertés: par voie constitutionnelle et législative. Soumettre ce genre de sujet à un référendum d’initiative présidentielle met en balance la légitimité du peuple et celle du chef de l’Etat français. Je ne doute pas qu’en bon président gaulliste Nicolas Sárközy en tire les conséquences. Si les Martiniquais choisissent le cœur plutôt que le porte-monnaie le Président des Français en sortira grandi : il lui appartiendra alors d’en tirer les conséquences pour tous les peuples embastillés. S’il est battu, comme le Général de Gaulle dans le cas du référendum de 1969 sur la décentralisation, le Président de la république française devra logiquement s’en aller.

Il appartiendra dans tous les cas de figure aux Bretons de faire valoir leurs droits car ce sont eux qui doivent d’abord s’affirmer comme maîtres de leur destin. Ni hon unan !

Frederig ar Bouder,
Pennrener Adsav! Strollad Pobl Vreizh

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Merci d’avoir cité mon nom en lui affublant l’adjectif « illustre ». J’en suis flatté.
    La moindre des choses, c’est de se renseigner un peu, dit Mr Terry.
    C’est exact.
    S’il l’avait fait Mr Terry aurait appris que je me nomme Claude Guillemain et non Jean-Claude Guillemain, que je ne réside pas en Bretagne mais à l’étranger, en Tunisie (et non au Mozambique) que j’y anime le Réseau des Bretons de l’Etranger et que, effectivement, je suis membre de l’UMP (Section des Français de l’Etranger).
    Autrement, et pour votre information, j’anime divers blogs, sites et listes de discussion, et surtout le mouvement fédéraliste BREIZH 2004.
    http://www.breizh-2004.org
    Fondé en 2004, BREIZH 2004 a pour mission de soutenir et de diffuser des recherches et des textes d’opinion sur des sujets touchant le développement de la Bretagne en Europe. Lieu d’échanges, de concertation et de débats entre les groupes et les individus qui réfléchissent et agissent pour bâtir la Bretagne, BREIZH 2004 se situe au carrefour de l’observation et de l’action. Il a pour but de susciter la réflexion sur les enjeux d’actualité qui concernent la Bretagne et l’Europe. BREIZH 2004 défend le concept de fédéralisme intégral, de fédéralisme fiscal et de localisme dans le cadre des institutions et dans le cadre de la société.
    N’ayez aucune crainte, BREIZH 2004 n’est pas un parti politique mais un mouvement métapolitique.
    Si l’on veut construire – ou reconstruire – notre identité, il est essentiel de la situer dans son environnement métapolitique. La
    métapolitique est la diffusion dans la mentalité collective et dans la société civile de valeurs et d’idées (ou d' »idéologèmes ») en excluant tout moyen ou toute visée politicienne, comme tout étiquetage
    politique, mais selon une visée de « Grande Politique » (Nietzsche),
    c’est-à-dire de recherche d’un impact historique.
    Je vous laisse méditer sur ce point.
    Enfin, Mr Gérard Hirel est un ami et un militant sincère de la cause bretonne.

  • Renaud Delaunay

    Alors on a pas la franchise de publier les commentaires à vos articles ABP qui ne vous sont pas favorables mais non insultants.
    Vous démontrez ainsi votre grand sens démocrate !

    Réponse Webmaster : Les commentaires sur ABP sont validés par un modérateur de l’ABP depuis quelques temps déjà, et non plus par les auteurs des articles. Sur le blog d’Adsav (PPB) vous êtes libre de vous exprimer tant que vous respectez vos interlocuteurs et ne pratiquez pas le trolling.

  • Youenn Drezen

    En ce moment sur France 2, un reportage sur les résidences secondaires des français avec des grenoblois qui construisent une maison sur l’île de Batz. A ceux qui sont loins de la Bretagne, jetez-y un oeil.

  • Webmaster

    Le temps est venu de tourner cette page non de ressasser. Aux divers intervenants: merci de votre compréhension.

  • Sherlock Holmes

    J’ai bien relu le post de Terry et je ne comprend pas tout mon cher Watson … oh distaol Meriadeg …

    ???

  • Terry

    ???????

  • Meriadeg

    A l’attention de Terry, toi le donneur de leçons, toi qui semble bien connaître un certain « milieu » as-tu le courage derrière ton clavier de nous informer sur ton parcours politique et sur tes amis actuels ? Précisions de ma part tu es un de ces militants de l’extrême-droite française, avec tes amis actuels toujours en service actif, qui est entrain de faire des courbettes aux socialistes et francs maçons comme Le Drian. On connaît ton passé… alors pour les leçons, merci.
    Ce blog n’est pas fait pour ta bile, reste avec tes copains franchouilards. T’aurait-on démasqué ? A wirionez eo ?

  • Fred

    Le but évident est d’enterrer tout cela par un non ou dans le « pire » des cas de controler l’autonomie.

    Nicolas Sárközy aurait-il le cran gaullien de s’en aller en cas de victoire du « Non »? J’en doute les temps ont changé, nous vivons une époque ou l’on considère qu’un « non » du peuple est transitoire, voire une erreur, qui en tout cas n’engage personne: voire par exemple la situation du refus irlandais de la « Constitution » européenne et l’engagement de Nicolas Sárközy, encore lui, pour que les Irlandais votent une seconde fois….

  • gwezenn

    D’ailleurs je crois savoir que la Guadeloupe a un parti indépendantiste très fort ce qui n’est pas le cas à la Martinique, plus c’est gros plus ça marche…

  • Fred

    On estime que lors de l’embrasement, les manifestations ont rassemblé 100,000 des 500,000 habitants de la Guadeloupe mais seulement 25,000 des 400,000 Martiniquais. Tout est dit dans ces chiffres.

    Thierry, peu importe la constellation régionaliste nous ne devons pas prendre cela comme référence. En l’occurence plusieurs personnalités du parti que vous évoquez sont d’anciens RPR et UDF et la quasi totalité des alliances se fait avec des personnalités MODEM et UDF. Les personnes venant de la « gauche régionaliste » y sont vues comme des renégats: voire le contexte politique de Redon.

  • gwezenn

    Sur le coup aux infos j’avais trouvé étrange que Sarközy fasse cette proposition aux martiniquais et pas aux guadeloupéens….marché de dupes, l’Etat français fera cette proposition aux bretons le jours où ils serons devenus minoritaires en Bretagne, le principe même de prendre les gens pour des c..s !!

  • Thierry

    au fait Terry, j’aimerais perfectionner mes connaissances sur le pb ; quels étaient les éventuels engagements politiques des fondateurs du pb ? les Divard radicaux de gauche (très pro-bretons^^^^^), Granville de l’udb (extrême-gauche puisque pro défenseur des sans-papiers), Kévin le principal des jeunes avait dit à un de nos militants y’a 3 ans qu’il votait « les verts » (extrême-gauche pro sans-papiers, écolos-bolchos) ; les autres ? Oliéric, Guillemot, Le Mestric (à gauche aussi me semble t’il)

  • Thierry

    ya je préfère le moins pire ; je préfère que l’échiquier politique français penche à droite ; j’en ai « ras la gôgôche » ; mais avec des De Legge, De Rohan…. ; à la droite dite « bretonne » (ou française en Bretagne) d’évoluer dans le bon sens ; déjà le minimum,la réunification ; mais ça semble mal parti

  • Thierry

    la polynésie et à un degré moindre la Corse (assemblée territoriale, tv corse, langue…) ont connu des avancées en matière de défense de leurs intérêts ; en Bretagne, le fait d’avoir des élus indignes, ainsi qu’une presse propagandiste n’arrange pas nos intérêts ; la Martinique a surtout l’avantage d’être peuplé de peu d’européens ; et oui pas de problème de racisme (sic) ou de repli sur soi, d’ouverture et connerie pour gogos ; deux poids deusx mesures ?
    chez nous, déjà la réunification ; ça semble mal parti puisque dans le programme ump pour les régionales, ça parle de B4 (rien sur B5 ; à ma connaissance à ce jour ; cf site de Bretagne-passion)
    d’après sarko, les martiniquais serait « libre de choisir en leur âme et conscience, le chemin qu’uils souhaitent emprunter » ; dont acte

    à mr Terry ; ben non Gérard ne renseigne plus puisqu’il est passé à l’ump (humour) ; merci pour les infors ; moi j’étais plus resté sur l’article de Granville (pb) et de son collègue ud »b » dans les infos du pays de Redon sur Adsav le parti du peuple breton (très bonne dénomination puisque oust-france n’a pas daigné une seule fois nous appeler par notre vrai nom)

  • Manneken pis

    Une alliance avec l’UMP ?
    Pas très motivant !
    Par contre avec les socialistes on rigole bien en Wallonie …

    http://www.youtube.com/watch?v=CC4M50bzyqQ

    Yec’hed mat !

  • Fred

    Qu’ils viennent faire leurs courses le rideau de fer est tiré!

    Thierry parle de valeurs pro-déracinement. Il s’agit d’un objectif plus que de « valeurs ». Cet objectif de déracinement des Bretons est l’objectif de tous les partis hexagonaux. Chacun a sa vision de la Bretagne, riveria pour l’un, banlieue pour l’autre etc. Mais le point commun de tous ces projets c’est qu’aucun d’eux n’est breton et que tous veulent nous assimiler. nous n’avons pas a choisir entre la peste et le cholera! Cela ne veut pas dire grand chose de savoir si le maitre est de « gauche », « droite » etc. Il suffit de se tourner vers l’Histoire qui nous montre que les idéologies passent mais les situations restent: qu’est-ce qui au fond distingue le Sudtirol sous la botte fasciste, de la Catalogne sous la botte franquiste, ou des Pays baltes sous la botte communiste? Un peuple prisonnier est simplement un peuple prisonnier!

    Pas de temps pour tout cela menons NOTRE combat, leurs clivages ne sont pas les notres !

    Concernant les tentatives visant à nous ramener à tel ou tel: il y en aura d’autre. Mais dans cette affaire ce qui m’a fait grand plaisir est de voir à quel point les membres du Kuzul Meur ont été piqués au vif. Breizh da viken!

  • Terry

    Apparemment, rien n’est vraiment choquant pour mr Thierry dans cette initiative de destabilisation d’Adsav par l’UMP et autre franchouillard. Déjà le MNR-ID venait faire ses courses par le biais de Jeune Bretagne, et aujourd’hui… c’est les soldes ?! Mais c’est vrai que ça ne peut venir que de la « gôgôche » ou des autre Partis bretons.

    Alors pour info Mr Henri de Lesquen dirige Radio Courtoisie « la radio du pays réel et de la francophonie » (tout un programme !) et organise des passerelles entre le FN et le MPF. Comme par hasard !

    http://radio-courtoisie.over-blog.com/article-813151.html

    Sinon le responsable de Breizh 2004, l’illustre fédéraliste breton mr Jean-Claude Guillemain, n’est autre qu’un responsable UMP !

    http://umpmozambique.hautetfort.com/

    La moindre des choses c’est de se renseigner un peu…

    Bizarre de réseau jord de mr Hirel ne vous informe plus ?

  • gwezenn

    Toutes ces histoires sentent l’intox à plein nez, certains voudraient semer le doute et la confusion qu’ils ne s’y prendraient pas autrement, ces opérations de discrédits démontrent qu’ADSAV! commence à gêner sérieusement l’Etat français et ses politiciens pourris.

  • Fred

    Réponse à monsieur de Lesquen:

    Ce qui est surtout curieux c’est que M. Hirel soit présenté comme un militant en vue alors qu’il ne l’est pas!

    Je sais que la désinformation peut semer le doute. Mais nombreux sont ceux qui savent qu’il ne faut pas se fier à Wikipedia etc. Et c’est vrai dans ce domaine comme dans tant d’autres.

    M Hirel n’a jamais eu de fonction importante au sein d’Adsav. Et il y a belle lurette qu’il n’avait plus de fonction du tout. Il avait officiellement démissionné il y a plusieurs années

    C’est vrai cette positon est équivoque et demande une clarification pour nos militants. La conclusion est simple: d’un commun accord M. Hirel s’en va. Il n’avait plus aucune fonction et maintenant il reprend son indépendance totale.

    Adsav n’est pas une secte et on n’est pas forcé d’y rester pour la vie!

    Concernant ce texte nous ne donnons pas de lessons, nous partageons simplement notre analyse.

    Sur le sujet des partis français que les choses soient claires une fois pour toutes: il n’y a aura pas de rapprochement entre Adsav et quelque parti français que ce soit, en tout cas pas sous ma présidence.

  • Thierry

    il y a un certain Henri De Lesquen (udb ou pb ?) qui fait un commentaire du communiqué sur l’ABP concernant un rapprochement entre ADSAV et l’UMP ; il y va fort le sieur ! il a dû tiquer sur le terme « génocide par substitution »^^^ bien entamé en Bretagne du fait de ses amis de la gôgôche ; vous me direz que la droite locale ne fait pas mieux et ne fait que suivre bêtement les valeurs pro-déracinement de nos voisins ; entre la peste et la choléra, il vaut mieux choisir le moins pire (sic) mais nous n’en sommes pas là…
    que nous soyons les seuls non compromis avec les partis français dérangent nos « pseudo-bretons »^^