L’Arabe plutôt que le Breton !!!

adsav arabe breton

Consternation la plus totale devant cette information qu’un de nos jeunes sympathisant de la région Nantaise nous a fait parvenir… Il a trouvé ce mot de la directrice de l’école primaire de son jeune frère, dans le cahier de correspondance.

Une nouvelle fois nous répéterons que cela fait des années que nous dénonçons ces problèmes que sont l’immigration et l’islamisation, une nouvelle fois encore cela prouve bien que nous avions raison !!!
Non nous ne sommes ni des « fachos » ni le suppôt du Front National en Bretagne mais simplement ce que nous clamons depuis le début, les défenseurs de l’identité Bretonne !
C’est en tant que tels que nous ne pouvons qu’être scandalisés devant ce genre de mot trouvé dans un cahier de correspondance d’école primaire Bretonne. Nous Bretons qui avons tant souffert de l’interdiction de notre langue, qui aujourd’hui nous le savons, dans les écoles bien souvent de manière inhumaine, devons nous accepter que la France avec nos deniers permette l’apprentissage de l’arabe à l’école à leurs enfants ???!!!

Tous Bretons qui se respectent devraient être scandalisés par de telles pratiques ! Quand on sait que la charte européennes des langues régionales n’a toujours pas été ratifié, qu’elle ne le sera d’ailleurs jamais puisque maintenant ce n’est qu’une promesse de plus qu’on nous balance en période électorale, alors voir la France promouvoir une langue extra européenne devrait permettre à chacun d’ouvrir les yeux sur le funeste destin que nous réserve celle ci…
Nous remplacer et annihiler totalement tout sentiment d’identité ! Petit à petit comme ici à Nantes, même si la ville est Bretonne, on n’y compte aujourd’hui malheureusement plus beaucoup de Bretons… Les derniers sentiments d’identité Bretonne Ayrault, Rolland et leur clique ont travaillé à les faire disparaître…
Décidément Breton une nouvelle fois tu devrais te sentir meurtri au plus profond de ta chair de voir ce que la France te fait encore subir…

En plus d’être scandaleuse cette note de correspondance provenant comme on peut le voir de l’académie nantaise est totalement discriminatoire. Ces cours d’arabe ne sont en effet proposés qu’aux enfants de familles d’origine algérienne, marocaine, tunisienne ou turque.
Quand on sait que les subventions des écoles Diwan ne dépendent que du bon vouloir des communes sur lesquelles elles sont implantées,  on peut s’étonner de voir une telle note émanant de l’académie, et donc en déduire que ces cours seront financés par l’argent du contribuable Breton.
Une fois de plus c’est le monde à l’envers, mais alors amalgame ou pas d’amalgame ?
Ce genre d’informations devraient êtres diffusées par tous bons Bretons dans l’âme, il est intolérable de voir que la France privilégie les communautés extra-européennes au détriment de ses communautés régionales, de voir qu’elle détruit notre culture quand elle permet à d’autres de s’émanciper…
Il n’y’a là ni racisme ni mot stupide en « isme », mais simplement de l’incompréhension…
Comment peut on rester aveugle sur les changements que subit l’Europe depuis ces 15 dernières années, comment ne peut on pas se rendre compte du changement de nos campagnes nous Bretons ???
Pourquoi interdit on à certains ce qu’à d’autres on autorise ? Pourquoi en 30 ans le Breton encore parlé couramment dans certaines campagnes a t’il disparu alors qu’aujourd’hui on permet à des enfants d’origines bien spécifiques d’apprendre une langue qui n’est pas de ce pays à coup de subventions publiques ?
Nous à Adsav qui défendons l’identité Bretonne, nous ne pouvons qu’être choqués devant de tels agissements. Promouvoir une langue qui n’est même pas issue des langues minoritaires régionales alors qu’à coté de cela la France se refuse toujours à ratifier cette charte européenne c’est absolument incroyable, la France a réellement atteint le summum de la connerie.
C’est pour ce genre de raisons que nous Bretons devons prendre conscience que la France n’a jamais et ne fera jamais rien de bon pour nous, qu’aujourd’hui plus que jamais nous devons voter Breton et seulement Breton, faire comprendre à Paris que nous ne voulons plus de sa politique ici chez nous en Bretagne et que nous voulons décider nous mêmes de ce qui est bon ou non pour nos enfants !
Nous voulons des subventions pour leur apprendre le Breton, notre langue, et certainement pas distribuer l’argent de notre labeur pour que l’arabe soit appris à leurs enfants !!!

Bevet Breizh, Adsav a drec’ho !!!

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Christelle Bource

    sans racisme aucun……pourquoi depenser pour des cours de langues extra-européen quand une majorité d’enfants bretons aimeraient aprendre la langue que parlent leurs grands parents …….
    le monde a l’envers, c’est, depenser de l’argent dont on ne dispose pas pour des cours de langues inutiles, donnés a des enfants dont les parents, aux origines multiples, voudraient les voire intégrer en france !!!!
    toc toc toc …….he dis donc François ! y’a quelqu’un la dedans .

  • Jakez Gwillou

    Au regard de la politique d’éradication de la langue bretonne menée par le Pouvoir
    jacobin, la promotion de la langue arabe par ce même système, peut effectivement surprendre.
    Que cette directive découle de la « politique d’ouverture à l’autre » imposée par nos gouvernants et de la volonté de favoriser l’implantation de l’Islam dans l’hexagone, les Nationalistes l’ont bien compris. . Néanmoins, le dessein d’une telle politique demeurera incompréhensible pour le plus grand nombre, tant qu’un projecteur n’aura pas été braqué sur la métaphysique d’essence religieuse inspirant les décideurs de la politique française. En l’occurrence, c’est la poursuite du vieux rêve d’une république universelle, cette tour de Babel prônée par les adeptes de l’idéologie des « Lumières ». Lesquels
    ont détourné et confisqué la démocratie, depuis la rédaction des Cahiers de
    doléances de 1789 jusqu’à nos jours.
    Nous avons là, le cœur de ce système, l’A.D.N de cette république maçonnique dite « française », niveleuse de toutes les identités et ennemie de tous les déterminismes. Dès lors, Il n’y a rien attendre de leur république « une et indivisible » qui n’a cessé de nous prodiguer des mauvais coups depuis son installation sanglante. Elle attend patiemment que le temps fasse son œuvre, que notre langue nationale ait disparu avec ses locuteurs et que le remplacement de population soit devenu irréversible. Il nous faut donc sortir au plus tôt des illusions habilement entretenues par les Institutions et les médias d’Etat. Et, face à un tel système mortifère dont l’équivalence avec le système soviétique ne saurait être niée, il n’existe qu’une solution : l’autonomie pleine et entière. Car, sans elle, notre Peuple ne pourra pas sauver sa langue nationale. En prime, il y perdra son identité et son âme.