Koad Keo 2015

adsav perrot

Grâce à une météo clémente, la mobilisation d’une centaine d’adhérents et sympathisants, le déploiement de dizaines de drapeaux bretons, l’édition 2015 se présentait sous de bons auspices.

A la croix rouge, lieu où fut assassiné Y-V Perrot le 12 décembre 1943, Loig Kervoas dénonça le deux poids deux mesures qui consiste à considérer certains crimes comme crimes contre l’humanité et d’autres comme une regrettable mais impétueuse nécessité libératrice, la morale étant toujours dictée par les vainqueurs !

Dans la même veine, Youenn Caouissin lui succéda, pour, lui, relater l’abominable assassinat de Y-V Perrot.
Enfin, ce fut l’appel aux morts, suivi de notre hymne national.

Les participants se rendirent ensuite à la chapelle de Koad Keo où, devant la tombe de l’abbé Perrot, lecture fut faite de son extraordinaire et prémonitoire testament rédigé sur le Front franco-allemand en 1918. Après la présentation de reliques par Youenn Caouissin, le Président Roland de la Morinière prit la parole et exposa sa vision sur les inévitables combats qu’il nous faudra mener dans les années à venir. Enfin, après la pose par notre camarade Charles du Bois Hamon, d’une gerbe sur la tombe de notre cher Recteur, un vibrant « Bro gozh ma zadoù » fut entonné par l’assemblée.

Nous avions invité au pot de l’amitié le Président de l’association « Notre Dame de Koad Keo » qui restaure et entretient le site, et à cette occasion lui avons remis un chèque de 300 euros.

L’heure du repas venue, le traditionnel « jambon à l’os » régala bon nombre de participants, bravo à toute l’équipe des bénévoles qui une fois de plus a bien assuré.

A 15 heures, une messe célébrée en plein air nous rassembla pour un moment de prières.

En fin d’après-midi, l’endroit débarrassé et rendu propre grâce à la participation active de certains, le temps était venu de clôturer cette belle et conviviale journée de commémoration.

A l’année prochaine, Fañch Fraval-Fessard.

 

Depuis plus de soixante ans l’U.K.K. entretient et honore la mémoire de Yann-Vari Perrot, fondateur du Bleun-Brug et directeur de Feiz ha Breizh, celle de tous les Bretons morts pour notre Nation ainsi que celle de nos frères irlandais insurgés des Pâques sanglantes de 1916.

adsav abbé perrot 3adsav abbé perrot 2adsav abbé perrot 4adsav abbé perrot 5adsav abbé perrot 6adsav abbé perrot 7

 

 

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Adsav Ppb

    Padrig,

    La véhémence de vos commentaires me surprend et
    m’afflige. Le décalage dans le temps m’étonne tout autant, il vous aura fallu
    plus de six mois pour réagir!

    Je ne connais pas de « Padrig ar C’hozh »,
    probablement un pseudo, dommage, pour quelqu’un qui se pose en donneur de
    leçons…

    Dans tous les cas vos remarques ne peuvent viser la
    dernière édition de Koad Keo, consignes avaient été données à l’ensemble des
    participants présents au déjeuner de ne pas déranger la célébration de la
    messe. J’ai personnellement assisté à l’office et n’est pas remarqué de
    pollutions sonores particulières, sauf les échanges entre les bénévoles et les
    bruits occasionnés par la nécessaire remise au propre des lieux.

    Ne serait-ce pas en réalité une attaque ad hominem de
    certains participants dont la présence vous dérange, voire vous agace. Des gens
    qui ne vous ressemblent pas et qui occupent un terrain que vous jalousez.

    Honorer la mémoire de l’abbé Yann-Vari Perrot, de nos
    Martyrs bretons, de nos frères Irlandais des Pâques Sanglantes (dont nous
    célèbrerons cette année le centième anniversaire) n’est pas le privilège de
    certains, adeptes de l’entre-soi.

    A votre avis, comment se comporterait aujourd’hui
    notre cher Recteur ? Je pense qu’il accepterait les différences et
    bannirait l’exclusion, sûrement en profiterait-il pour prodiguer l’enseignement
    du Christ et promouvrait-il le discours national breton en rappelant à
    tous cette parole ;

    « Je ne me reconnais pas d’ennemis sur le terrain de la défense de la
    Bretagne ».

    Votre discours est désuet et contre-productif, il
    n’intéresse personne et n’inversera pas la situation désastreuse dans laquelle
    se trouvent la Bretagne et son Eglise. Qui réagit face à l’invasion migratoire
    et à la poussée de l’Islam ? Qui réagit afin d’empêcher qu’un jour nos
    églises ne se transforment en mosquées ? Qui réagit pour dénoncer le
    salafiste Rachid Abou Houdeyfa qui dans ses prêches nous compare à des porcs et
    à des singes ? A votre avis qui fait le boulot ? Souvent ces mêmes
    personnes que vous semblez abhorrer.

    Le 25 octobre dernier les nationalistes bretons
    célébraient les trente ans du décès d’Olier Mordrel, autre incarnation du
    combat nationaliste breton, et vous ? Le roman national breton est riche
    de guides spirituels, dans tous les cas, nationalistes et véritables exemples à
    suivre.

    Pour finir et conclure sur la fin de vos éructations,
    aucune des personnes que vous ciblez n’a de leçons à recevoir de quiconque.
    C’est plutôt l’implication de ces personnes qu’il serait bon de souligner, en
    particulier celle des plus jeunes dont l’engagement contraste avec l’égoïsme de
    la majorité d’une classe d’âge, désabusée qui ne croit plus en rien et qui le
    plus souvent se fiche des notions de respect et d’honneur.

    Salutations bretonnes.

    Fañch Fraval Fessard.

    Secrétaire de l’U.K.K.

  • Padrig Ar C’hozh

    À ce sujet, il serait bon qu’à défaut de participer à la messe, ceux qui ne partagent pas la foi de Yann-Vari Perrot, se fassent discret et ne perturbent pas le divin office par leur conversation intempestive, leurs allers-et-venues et leur rire gras. C’est hyper irrespectueux et la moindre des choses pour un nationaliste est d’apprendre le respect et l’honneur qu’on doit rendre aux morts.