War Raok N°28

War raok 28REQUIEM POUR DES PLEUTRES.

On peut déplorer amèrement que l’Emsav, c’est-à-dire le mouvement breton, semble conditionné par des incompatibilités personnelles d’humeur, de tendances ou subordonné tout entier à la querelle inexpiable de quelques individus aux intrigues douteuses. Zizanies chroniques stérilisant les efforts les plus généreux et faisant avorter les entreprises les plus riches de promesses, le mouvement breton est devenu stérile par la faute d’une fraction, de quelques couards et autres pleutres qui patiemment, sans se lasser, travaillent à maintenir la Bretagne et son peuple sous la coupe de ce vieux et ringard régionalisme d’un autre âge, je dirais même d’un régionalisme réactionnaire et extrêmement dangereux pour toute lutte de libération et d’émancipation nationales. Alors qu’ils se résignent seulement à demander au lieu de rependre, ces gens craignent-ils donc de réclamer la lune à l’Etat occupant ? Ou bien sont-ils tout simplement nés pour des besognes médiocres, des vies de sommeil et des horizons bas ? Tant de qualités, tant de dévouement compromis également par un individualisme forcené, conforme à une tradition qui appartient au monde celtique. Que penser également des appétits personnels de nains politiques pour qui la Bretagne n’est que prétexte ? Que penser de leurs intrigues menées au détriment de la cause nationale, leur haine fratricide, leurs rivalités rabiques, leur malhonnêteté intellectuelle, leurs calomnies insupportables ? Que penser d’un tel mouvement breton, ou de tels partis bretons occupés depuis des décennies à tourner en rond, à copier et plagier les partis français, à s’allier avec eux pour quelques miettes… à trahir l’idéal patriotique et poursuivre leurs vendettas incompréhensibles en dehors du cercle restreint des initiés ? Que penser enfin de ces gens qui multiplient cette « activité » qui ne semble consister qu’à jeter à la tête, en guise d’arguments, des injures sans plus de signification que de portée ? Voire pire, à se tapir dans le silence tout en invitant des naïfs à s’exposer pour eux ? Je pense très sincèrement que cette propension atavique à l’anarchie porte chez eux à un perpétuel paroxysme l’universel prurit de schisme et de dissension et je ne peux qu’en être attristé. En fait, ils gardent le souvenir des vieilles aventures mais se défendent d’en entreprendre de nouvelles. A parler si bas, ils ne peuvent entendre que leur propre voix. Quant à l’honneur, je pense que ce mot a disparu depuis longtemps de leur vocabulaire ! Cet honneur qui définit l’homme en fonction des cercles de ses appartenances et commande une attitude de fidélité à une famille, à un clan, à une ethnie, à une nation, à un rang social ou à une religion… Il ne peut exister de société sans honneur. Aussi, nous ne pouvons laisser toutes divergences, même les plus bretonnes, courir la bride sur le cou. Il faut élaguer, éliminer et styliser ce qui doit l’être. Nous devons être le fléau qui sépare la paille des illusions, des erreurs. Nous devons être le meunier qui filtre la substance étrangère au crible d’acier avant de transmettre au peuple breton les éléments nécessaires à la richesse de son combat. Le génie celtique va-t-il guérir de ce vice congénital, et l’action bretonne de cette tare native ? Je considère comme notre tâche de choix d’écarter ce qui divise et de rechercher ce qui unit. En revanche nous devons être très sévères envers les semeurs de discordes intestines. Il n’y a rien de plus abject et de plus répugnant qu’un Breton renégat ! C’est un très grand réconfort que de voir une force nouvelle bretonne comme le parti du peuple breton reprendre la vieille épée et s’en servir à sa manière. De cette indépendance que témoigne cette nouvelle résistance patriotique, je ne saurais que me réjouir. La force de notre Patrie est faite du faisceau des originalités, mais, là où il y a uniformisation, comme le suggèrent les pleutres et autres régionalistes, dans un schéma et au profit d’un concept universel, il n’y a plus de Bretagne, ni de peuple breton selon moi.

Padrig MONTAUZIER.

 

War Raok

Partagez sur les réseaux soxiaux !