Pontivy : Breton, ouvre les yeux, ferme ta frontière !

 

Depuis des semaines l’Etat français, par la voix de son Premier ministre , de son Président et de son ministre de l’Intérieur, veut imposer à la Bretagne notamment, et à ses communes, l’arrivée massive d’immigrés en provenance de Syrie, mais aussi d’Afrique et d’Asie.
Béatement, avec l’appui du clergé, fidèle et traditionnel collaborateur de l’Etat, mais aussi des associations d’extrême gauche qui n’en demandaient pas tant, de nombreux maires, dans les 5 départements Bretons, ont décidé d’ouvrir les portes de la ville à ces masses d’immigrés. Et pour ceux qui ne souhaiteraient pas en accueillir, tout comme ceux qui refusent de construire des logements sociaux réservés en priorité aux familles immigrées, l’Etat a décidé désormais de se passer des maires et de faire appel directement aux Préfets. C’est le retour du jacobinisme violent et répressif.

Une famille ici, cinq par là, dix ailleurs, et demain, la démographie faisant son travail, des dizaines de milliers d’extra européens sur le sol Breton. Le tout, sans qu’aucun maire, sans qu’aucun Préfet, ne se prononce en faveur de référendums locaux qui permettraient pourtant au Peuple Breton de prendre la parole et d’exprimer sa volonté, ou son refus, d’accueillir ces populations.

Il ne s’agit pas de réfugiés, mais d’une colonisation de peuplement. Un rapport de l’ONU a d’ailleurs montré que 70 % des immigrés arrivant en Europe sont des hommes. Partout, des viols, des agressions, des tensions naissent de l’afflux de ces hommes avec qui nous n’avons rien en commun et à qui nos élites ont promis monts et merveilles.
Nos sociétés européennes, rongées par le chômage (qui augmente dans les catégories B et C, contrairement aux maquillages réalisés en haut lieu) , par l’insécurité et par les problèmes liés aux populations déjà issues de l’immigration présente et qui pénètrent depuis quatre décennies sur notre sol grâce notamment au regroupement familial, sont au bord de l’explosion. La guerre civile est dans toute les têtes et approche, à grands pas.

Pontivy est l’exemple même de ces villes bretonnes – tranquilles jusqu’ici – dans lesquelles les élus, locaux, départementaux, régionaux, soutenus par l’Etat  tentent d’agglutiner des populations immigrées dont la population ne veut pas.
Nous refusons d’être envahi et demain remplacés par des populations immigrées dont nous ne voulons pas sur notre sol, pas par haine , mais simplement parce que nos valeurs, notre culture, notre histoire, nos traditions sont incompatibles avec les leurs.
Nous n’oublions cependant pas que les premiers responsables de cette crise grave, et de celles à venir demain, sont cette caste d’élus et de serviteurs zélés de l’Etat français, ces vieux débris du 20ème siècle malheureusement encore au pouvoir dans un 21ème siècle qui appartient pourtant à nous, jeunesse libre et enracinée de Bretagne et d’Europe.

Ce sont eux qui porteront demain, la lourde responsabilité des conflits à venir en Europe. Ils auront des comptes à rendre, ces égoïstes, ces semeurs de haine et de mort qui se voilent sous les traits d’une humanité très rentable.

 

Parce que nous refusons d’accueillir un immigré de plus sur notre sol tant que des Bretons seront au chômage et sans logements en Bretagne.

Parce que nous ne voulons pas, demain, vivre une guerre civile et ethnique qui menace clairement la société bretonne et européenne

Parce qu’il est temps de pousser tous ces vieux cons de dirigeants vers la sortie et la retraite.

Parce qu’enfin, nous réclamons la tenue de référendum locaux pour que le peuple puisse s’exprimer, partout où des élus souhaitent faire venir ces immigrés.

 

Nous appelons tous les Bretons et toutes les Bretonnes à descendre en masse dans la rue avec leurs drapeaux bretonssamedi 14 Novembre, 14h30, à Pontivy, Place Aristide Briand, pour faire entendre la légitime colère d’un peuple à qui on a interdit de s’exprimer.

L’exemple récent de Sérent, où la Préfecture a reculé devant la colère populaire, doit être un électrochoc pour tous

 

Mobilisez-vous, dès maintenant, car demain, il sera trop tard ! Pour nos enfants, pour nos familles, pour nos clans, pour la Bretagne et pour l’Europe des peuples !

autocadsav7

Partagez sur les réseaux soxiaux !