Tribune Libre par Henri Claic. Seconde partie.

adsav

2ème partie

 

Dans ces conditions de Ko total la région du Levant est mis à feu et à sang, les populations fuient…
Et c’est là que commence la grande migration, non pas celle des oies sauvages, mais celle des Syriens et des Irakiens. En tant que bons musulmans, ils auraient certainement préféré s’installer dans un pays musulman proche de chez eux, impossible, ceux-ci n’en veulent pas. Seulement, comme je l’ai indiqué dans la partie précédente, les gouvernements de ces pays sont trop occupés à donner leurs directives à l’EI et à travailler à son financement pour se soucier du sort de leurs frères ou cousins. Reste Israël, là encore, inenvisageable, non pour raisons racistes bien sûr, mais parce que déjà occupé à guerroyer avec le Hamas et à se préparer à une probable troisième intifada.
Alors que reste-il pour ces pauvres gens ? Ils préfèrent faire des milliers de kilomètres au péril de leur vie, pour venir coloniser des terres où l’on prône la liberté de culte pour leurs cousins du Moyen et du Proche-Orient. Ils arrivent en rangs serrés, traversent l’Europe pour venir s’échouer sur les côtes allemandes, françaises, ou du nord de l’Europe. Les Anglais ont trouvé l’astuce, ils ont négocié avec des politicards français afin que, de facto, leurs frontières se retrouvent sur le continent, leur évitant ainsi d’avoir à gérer chez eux le problème des réfugiés (immigrés, demandeurs d’asile, appelez ces gens-là comme vous voulez), bonne idée et à Paris quelle bande de C…
Des centaines de milliers de migrants arrivent donc dans nos pays, nous devrions les accueillir à bras ouverts, sous prétexte de non-assistance à peuples en danger, j’entends déjà parler de racisme ordinaire. L’occidental de souche, si j’ose dire, car le mot blanc est proscrit, porte le racisme dans son ADN, pas les autres peuples, eux ont de bonnes raisons de refuser ces migrants. Et gare à ceux qui contredisent l’ordre établi et s’opposent aux diktats de ces messieurs politiciens de droite comme de gauche, payés gracieusement par nos impôts, qui exécutent les plans pensés par une minorité invisible qui finance leurs joujoux, leurs partis politiques.
Ils décident, avec l’aide de quelques organisations et associations locales qui ne représentent pas grand monde (financées par l’argent public), de nous imposer l’installation de ces familles chez nous et plus particulièrement, depuis peu, dans nos petits bourgs ruraux.
Ils trompent les populations locales à l’aide d’une propagande dégoulinante de sentiments humanistes, sans succès, car la majorité d’entre-elles a bien conscience des dangers à venir et se tient sur la défensive, ne voulant pas de leurs migrants.
Nous ne sommes en rien responsables de l’exode de ces populations, nous ne sommes en rien responsables de la destruction de leurs pays d’origine, les coupables sont nos gouvernants aliénés aux ordres de la finance internationale.
On ne nous a jamais demandé notre avis sur ces opérations de mise à sac de l’Irak, de la Lybie, dernier verrou de l’Afrique du nord et, de fait, de la déstabilisation de ces régions. Certes ces pays n’avaient pas à leur tête des démocrates de premier rang, mais qu’en est-il aujourd’hui ?
Malgré la désinformation, il s’agit pour la majorité d’hommes, essentiellement plus musulmans que chrétiens et non de familles. Leurs migrations résultent d’une politique d’ingérence menée par nos élites élues.
Et quand je dis que nous les avons élues, je ne parle bien sûr pas de vous et moi. Aujourd’hui nous avons le droit de dire NON !
Nous n’avons aucun droit à la parole dans notre pays, ni pour contredire ce que l’on nous impose, ni pour donner notre avis. Aux élites qui nous demandent pourquoi nous sommes séparatistes, je rétorque, ouvrez les yeux ! Vous nous injuriez à longueur de journée, vous vivez dans un monde qui n’est en aucun cas le nôtre, vous tuez nos emplois pour financer vos carrières, vous allez jusqu’à nier ce que nous sommes, nos ancêtres, nos origines, notre culture, vous choisissez la préférence de l’autre, pendant que les nôtres meurent chaque hiver de froid, que le nombre de SDF et de pauvres augmente sur notre territoire sans que vous trouviez à y redire et que vous vous en alarmiez.
Aujourd’hui, comme par miracle, vous ouvrez les portes à ces « hôtes », leur donnez des aides, des droits à la dignité et les nôtres alors ?… Vous ne comprenez pas pourquoi le peuple ne veut plus de vous, de vos magouilles, de vos arrangements entre amis, l’Europe des peuples en a marre de vous voir vous vautrer dans la luxure pendant qu’elle rame chaque jour pour gagner son pain.
La colère monte, et avec elle les nationalismes populaires et identitaires, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas. Vous avez brûlé nos livres et nous n’avons rien dit, vous nous avez mené à la misère et nous n’avons rien dit, vous avez interdit notre langue et nous n’avons rien dit, vous avez condamné et emprisonné, nous n’avons encore rien dit. Maintenant vous voulez nous remplacer, ne croyez pas que cette fois on ne dira rien : « RE ZO RE » comme on dit en Bretagne, Trop c’est Trop !
Vous faites un scandale lorsque Mme Morano parle des origines de la France en tant que nation de race blanche sous prétexte que la race n’existe pas, certes j’en suis fort aise, mais votre éducation, dite nationale, m’a elle-même inculquée cette notion de race. Je suis né en 63 pas en 33, vous, oligarques de l’état français, m’avez donc fait apprendre les races alors qu’elles n’existent pas ? Que m’avez-vous fait apprendre d’autre qui n’existe pas ? Permettez-moi de douter de votre éducation, c’est peut-être pour cela aussi que les enfants de votre république vous rejettent tels Khaled Kelkal, Mohammed Merah, Amedy Coulibaly, les frères Kouachi, Sid Ahmed Ghlam, Mehdi Nemmouche,  Yassin Salhi et tant d’autres, partis se battre au côté de vos amis du Front d’Al-Nostra ou de Daesh…
Cessez de croire que votre hexagonie est un puzzle à une pièce ! Nous, Bretons, avons nos propres racines, comme d’autres peuples de l’hexagone ou de l’Europe. Les peuples et les nations qui forment votre France en ont soupé de votre discours républicain, ce que vous avez appelé France vers 900 n’a pris sa forme globale qu’en 1860. Vous avez depuis des siècles occulté notre histoire et nos racines, aujourd’hui nous refusons de vous obéir, comme d’autres minorités hexagonales.
Alors, messieurs, vous qui nous gouvernez, cessez de nous prendre pour des moins que riens à qui l’on doit donner la becquée, vos mensonges vous trahissent, vous perdez du terrain à chaque élection et vous êtes tellement préoccupés par vos carrières que vous n’entendez plus le souffle de la colère qui gronde, votre crainte actuelle est la montée du FN, votre enfant, tout comme Dieudonné que vous avez élevé dans vos rangs et qui aujourd’hui vous méprise. La colère dont je parle vient de la base, celle qui est toujours restée silencieuse, ce souffle-là est lent et trouve sa force en lui-même, continuez de le mépriser, et les révolutions que vous avez semées dans le monde vous rattraperons jusqu’à dans votre sommeil. Tout comme Lloyd Blankfein, profitez bien de vos rapines récentes, le peuple quel qu’il soit finira toujours par avoir raison de ses tyrans.

Bretons, pour ouvrir les yeux il faut ouvrir les livres, « Bevet Breizh, Bevet Europa ! ».

Henri Claic

Partagez sur les réseaux soxiaux !