Pontivy : Halte à la désinformation !

Nous prenons connaissance des articles de presse relatant la manifestation que nous avons organisée hier à Pontivy. Nous nous étonnons que des médias absents puissent relater des faits.

Nous tenons d’abord à préciser que cette manifestation était autorisée. Nous avons d’ailleurs eu une réunion en sous préfecture le mardi 10 octobre. A cette occasion, j’ai demandé au sous préfet quelle serait la réaction des forces de l’ordre en cas de rassemblement de l’extrême gauche. Le sous Préfet m’a répondu « ça, c’est notre boulot qu’il n’y ait pas d’affrontements ».

Vendredi après midi, Cédric Cadoret, militant local du NPA appelait à former une contre manifestation pour nous empêcher de manifester. J’ai prévenu les renseignements territoriaux vendredi soir et le sous préfet samedi matin de ce rassemblement non déclaré.

pontivy

Quand je suis arrivé sur place hier après midi, le rassemblement d’Adsav! était constitué au milieu de la place. une vingtaine de militants d’extrême gauche se tenait à moins de 10 mètres de nous tandis que les gendarmes mobiles se trouvaient à l’opposé de la place.

Après un florilège d’insultes, les militants d’extrême gauche ont commencé à nous lancer des pierres. Une charge pour les disperser s’en est suivie. Les gendarmes mobiles se sont alors rapprochés une fois celle-ci finie. Certaines personnes sont revenues nous insulter. J’ai alors décider de lancer le défilé pour nous éloigner de la place et réduire ainsi les risques d’affrontements.

Un de nos militants venait de recevoir un pétard jeté par ces gauchistes. Il a eu le doigt arraché et a dû être amputé. Mais ça, manifestement, ce n’est pas grave pour la presse, ni pour France Bleu Armorique qui n’en parle pas. Mais comment cette radio aurait pu en parler puisque leurs journalistes n’étaient pas là ? Cette radio dresse un témoignage digne de scènes de guerre et d’une ratonnade.

Je tiens à préciser, contrairement aux allégations du stagiaire en journalisme qui écrit cet article, que nous n’avons vu aucun commerce baisser ses rideaux pendant que nous défilions.

En ce qui concerne l’altercation, il ne s’agit absolument pas d’une attaque raciste. Cette personne, qui faisait partie du groupe d’extrême gauche, est venue insulter nos militants, a commencé à donner des coups de poing. Notre militant agressé s’est donc défendu, apparemment aidé par des amis afin de mettre en fuite cet assaillant. Il ne s’est donc aucunement fait agressé puisque l’agresseur c’est lui. Son origine n’a donc absolument rien à voir. Mais les journalistes, absents, ne peuvent donc le savoir.

D’ailleurs, quelles sont les sources des journalistes? peut-être des témoignages  comme celui-ci, récupéré sur Twitter? Témoignage édifiant d’une personne fréquentant les rave party et qui était avec les activistes d’extrême gauche. Je vous laisse le soin d’aller voir la conversation sur Twitter, c’est hallucinant.

2015-11-15 14.51.12Il y a donc bien un blessé, que je considère comme grave, mais celui ci est dans nos rangs. Il portera plainte dès demain.

Pour notre part, nous voyons avec nos avocats pour des plaintes en diffamation.

Ronan Le Gall

 

Partagez sur les réseaux soxiaux !