La France embastille pour délit d’opinion

adsav rendez la parole à la bretagne

L’animateur du site Breizatao.com, Boris Le Lay, vient d’être condamné à deux ans de prison ferme.
Son crime ? Après avoir été déjà condamné de façon hallucinante à 6 mois de prison ferme pour avoir énoncé qu’il n existait pas de Celtes noirs, une vérité anthropologique, Boris Le Lay a simplement dénoncé sa condamnation, en pointant du doigt, entre autre, la vice-procureur du tribunal de Quimper.

Cette dernière, d’origine africaine, a déposé plainte pour incitation à la haine raciale et a fait condamner Boris Le Lay par le tribunal de Brest, avec mandat d’arrêt à son encontre.

Adsav ! s’étonne que dans le pays des droits de l’homme, on puisse condamner à de la prison ferme pour délit d’opinion quand, dans le même temps, une plainte déposée contre un journaliste qui appelle a passé à la Kalachnikov des militants politiques est classée sans suite, ce journaliste lorientais ayant expliqué que c’était de l’humour.

Adsav ! s’étonne que dans le pays des droits de l’homme, on puisse condamner à de la prison ferme pour délit d’opinion quand, dans le même temps, un célèbre philosophe brestois amateur d’urine de chamelle, prêche qu’une femme qui se fait violer le mérite si elle ne porte pas le hijab, sans être inquiété un seul instant par ce même tribunal de Brest.
Adsav ! apporte son soutien à Boris Le Lay, militant nationaliste breton que l’État français veut incarcérer simplement parce qu’il dénonce depuis des années le système politique et ses laquais. Il n’est pas ici question de savoir si Monsieur Le Lay a tort ou raison dans ses nombreux excès. Il est ici question de la fameuse liberté d’expression dont les dirigeants français nous ont tant parlé depuis janvier 2015. Gaël Roblin, notre ami qui nous veut du bien, serait condamné pour ses idées que nous ferions le même communiqué. Gageons que tous les militants bretons vantant la démocratie et la liberté d’expression ne pourront qu’être choqués par les propos d’un maoïste ex porte parole d’un parti régionaliste socialiste le comparant à un meurtrier de masse.

Adsav ! réclame par ailleurs l’abrogation des lois Pleven-Gayssot-Taubira, qui empêchent tout débat politique et qui interdisent de fait la liberté d’expression en France.

Enfin, Adsav ! souhaite que la justice française, plutôt que de condamner un homme pour ses écrits, traque et protège notre peuple des dealers qui assassinent notre jeunesse, des imams qui radicalisent les quartiers, des violeurs qui terrorisent nos femmes, des casseurs qui saccagent nos villes.

Partagez sur les réseaux soxiaux !