AVANT-GARDE BRETONNE ET JACOBINS EN FIN DE COURSE

REPONSE A RESISTANCE REPUBLICAINE

Sur le site de Résistance Républicaine, paraissait le 13 avril 2016 un article intitulé « Breton et Français, je dis non aux Bretons qui insultent la France et nos ancêtres sur Breizatao » de Maxime DUVAL, complété d’une note de Christine TASIN. Les auteurs  s’indignaient et protestaient contre l’article : « Breton et Européen seulement ! – Nationalisme ethnique vs national-jacobinisme » paru quelques jours plus tôt sur le BLOG d’ADSAV !, puis repris par le site BREIZ ATAO.

Peu enclin à donner dans la polémique vaine et stérile, cette tournure d’esprit bien « française », je consens néanmoins à leur répondre, pour leur permettre de me maudire à nouveau, s’ils n’ont pas d’autres sources de préoccupation.

Tout d’abord, l’illustration accompagnant mes propos serait « un outrage à ceux qui à l’époque ont versé leur sang pour elle » ? Diable ! Si votre interprétation, Monsieur DUVAL,  ne  relève pas d’une malveillance  calculée,  elle dénote alors une méconnaissance profonde de votre « Histoire de France », de cette période particulièrement orientée dans les manuels de propagande  de l’Education nationale. Il s’agit là d’une affiche officielle de l’Etat français éditée en 1942 qui, loin d’être insultante à l’égard des colonisés, était un hymne à la gloire d’une « Plus grande France ». Le slogan complet étant : « Trois couleurs, un drapeau, un Empire ». Qui plus est, une affiche dans le droit fil de votre 3éme république jacobine qui a initié cette politique expansionniste. Eh bien, cette affiche de propagande coloniale, comme cette politique « française » universaliste, nous les récusons tout simplement.

Ensuite, la question qui prétend tuer : « Quand les héros d’ADSAV d’aujourd’hui collaboraient, eux, à son humiliation » ! Cette façon de clouer le bec à l’adversaire en lui rappelant l’occupation (celle d’autrefois)  n’est d’aucun d’effet  sur nous. Pour rappel, ce sont les autorités françaises de Vichy qui collaboraient en Bretagne, non les Nationalistes bretons qui ne détenaient aucun  pouvoir. Pour plus de détails, si vous ne craignez pas un ulcère, je  vous renvoie  à mon prochain article  sur le  mouvement BREIZ ATAO  des années  1919-1939. Quant à  son  « humiliation », la République française  n’a pas eu besoin des Bretons pour cela. Elle s’est humiliée, elle-même, en déclarant une guerre qu’elle s’était refusée à préparer. Et, vu le  bilan des  70 dernières années de pratique jacobine, le simple bon sens  exigerait  que vous la mettiez  en sourdine.

Quant à vous, Madame TASIN,  vous  trompez  le monde  en affirmant  que les Etats-nations actuels sont la meilleure protection face au mondialisme et à l’islamisation. C’est  par l’intermédiaire des Etats-nations que  ces deux fléaux avancent à grands pas,  sans aucune résistance sur leur route. Voilà la vérité. De plus, vous  faites des raccourcis malhonnêtes  en énonçant que nous voyons l’ennemi « dans la France et les Français ». Nous ne mettons pas dans le même sac le système politico-financier et les peuples  placés sous sa férule.  Les peuples de l’hexagone  ont toute notre sympathie, et notre soutien  au même titre  que les autres peuples de l’Europe. Par une solidarité toute naturelle. Cela vous irrite peut-être, mais nous vivons en Europe, pas sur la lune. «  La France Seule ! »,  c’est fini, Madame TASIN.  Pardonnez l’injure…mais vous  raisonnez comme Charles MAURRAS.

Par ailleurs, vous affirmez  que « ce n’est pas la France qui a éradiqué le breton » !  Peut-être pas la « France traditionnelle », mais la République française, c’est certain. Tout régionaliste, même le plus accommodant envers l’Etat central, confirmerait cette évidence. Cependant, sans aller jusqu’à interdire le « brezhoneg » dans les foyers bretons, il a suffi de l’exclure de la sphère publique pour le faire disparaître avec le temps. Toute autre langue aurait pris le même chemin, et vous le savez très bien. C’est le même procédé qui a été employé avec la religion catholique, en la reléguant dans la sphère privée. Et, en lui substituant  un endoctrinement laïc de tous les instants  par les instruments scolaires et médiatiques. Résultat : un pays débretonnisé et déchristianisé.

Enfin, vous croyez nous porter le coup de grâce  avec  votre postulat : « les Bretons votent majoritairement pour les partis jacobins, et non pour les indépendantistes et attardés de la Cause bretonne ». Certes désolant, mais la raison en incombe au système électoral français. Un système totalement verrouillé au seul profit des deux forces politiques agrées, la libérale et la socialiste. Toutes deux d’essence jacobine. Toutefois, il en serait tout autre, si une législation ad hoc mettait fin à la mainmise des manieurs d’argent et des cercles occultes sur les médias fabriquant l’opinion. En attendant, une alternative peut difficilement voir le jour, sauf « divine surprise » ou catastrophe majeure… Nous y venons !

A titre de confidence, je suis, comme vous, un produit de l’école laïque et républicaine mais une différence essentielle pourtant nous sépare : Si vous dénoncez à juste titre l’islam conquérant et destructeur, vous ne faites, vous, que la moitié du chemin en refusant de reconnaître la responsabilité pleine et entière de ce régime qui, depuis plus de deux cents ans, est censé faire notre bonheur.

Cela  dit, les Nationalistes bretons seront toujours présents, face à cette islamisation pour défendre leur terre et leur identité. Avec vous ou sans vous, seuls ou avec d’autres.

Quant à la puanteur que vous évoquez si élégamment en fin de note, je vous renvoie à la véritable puanteur, celle qui émanait des innombrables charniers dont nous a gratifié votre République naissante, pour faire triompher  ses «  lumières  sur l’obscurantisme ».

JAKEZ  GWILLOU   

Partagez sur les réseaux soxiaux !