ETAT JACOBIN, FOURRIER DE L’ISLAMISME

Le refus du « Président » MACRON de reconnaître les légitimes revendications du Peuple corse révèle, une fois encore, les pratiques tant scélérates que despotiques du Pouvoir jacobin. Or, cette implacable fermeté à l’égard de nos Nations annexées, n’est JAMAIS exercée à l’encontre de la vague migratoire, de sa religion majoritaire et de sa fraction islamiste montante. POURQUOI ?

Une explication fort commode serait de s’en prendre à l’incompétence crasse des nains qui nous gouvernent. En vérité, le mal est plus profond. Il relève de l’essence même de notre régime qui interdit à l’oligarchie républicaine de pratiquer une politique de type identitaire et de désigner clairement cet islamisme qui veut nous anéantir. Or, cette politique suicidaire reste incompréhensible pour quiconque fait l’impasse sur l’histoire de ce régime antinaturel imposé par des fleuves de sang, il y a plus de deux siècles :

Au cours de son histoire, la république hexagonale n’a jamais croisé le fer avec l’islam. C’est une bienveillance qui n’a jamais cessé, une complicité non avouée, par l’entremise des frères trois-points. C’est le gouvernement de Charles X et non la république qui a mis un terme aux exactions meurtrières des barbaresques en Méditerranée, en intervenant militairement en Afrique du Nord.

C’est la république qui, dès sa consolidation, a favorisé l’islam dans ces contrées nord-africaines devenues pacifiées, en construisant des milliers d’écoles coraniques et en interdisant de christianiser les populations autochtones. C’est la république qui a édifié la première mosquée sur le territoire hexagonal (La grande mosquée de Paris en 1926), avec l’argent public. C’est elle qui, par son état de droit, son idéologie universaliste et sa folle politique d’immigration, a favorisé l’implantation de masses musulmanes sur notre sol. Enfin, c’est elle qui a institutionnalisé cette religion étrangère à nos mœurs par la création du Conseil Français du Culte Musulman. (Merci, SARKOZY !). Et, qui lui remettra demain, les clés du pouvoir.

Quand on compare, de surcroît, la flagrante servilité du Pouvoir républicain vis à vis de l’islam, au regard de la guerre sanglante qu’il a dirigée contre le catholicisme sous la révolution française et de la politique d’étranglement qu’il a poursuivie sous la 3éme république, on ne peut qu’être révolté par cette différence de traitement. Dans les deux cas, nous retrouvons l’influence malsaine et décisive d’un pouvoir occulte qui dirige la moindre action du pouvoir républicain, depuis ses origines à nos jours : l’incontournable maçonnerie. Une secte politico-religieuse, dont la république jacobine constitue la création exclusive, laquelle n’a vraiment rien, ni de républicain, ni de démocratique.

De cet Etat jacobin, peut-on d’ailleurs, attendre une solution salvatrice quand, dans sa haine pathologique du catholicisme traditionnel et de toute identité ethnique (corse, bretonne, basque…), il laisse se répandre impunément le fondamentalisme islamiste ? La progression de l’islam radical est d’autant plus fulgurante, que notre fausse laïcité a créé un vide spirituel chez les Européens de souche. Lesquels n’envisagent plus la mort ou la moindre contrariété qu’avec effroi. A cet égard, les éditoriaux mielleux, immigrationnistes, culpabilisateurs et défaitistes du quotidien « OUEST-FRANCE » jouent un rôle des plus néfastes auprès du Peuple breton, dans son désarmement intellectuel et moral.

Notre problème principal réside bel et bien dans la persistance des soi-disant « valeurs de la république », c’est-à-dire les valeurs sanglantes de la révolution française, qui sont les valeurs de la maçonnerie universelle. Et de la mondialisation voulue par le cartel bancaire. En prendre conscience, conduit naturellement à des constats d’évidence et des revendications inévitables.

Car, jamais un Etat Breton reposant sur ses croyances spirituelles spécifiques et sur des principes naturels n’aurait permis une quelconque colonisation de peuplement, d’où qu’elle vienne. Jamais une telle situation n’aurait pu se produire chez nous et chez nos frères européens, sous les régimes antérieurs qui ne sacrifiaient en aucune façon aux vaines abstractions philosophiques.

Fort opportunément, la situation dramatique vécue par les peuples européens en ce début de 3éme millénaire, vient nous rappeler, que le moteur de l’histoire réside dans la lutte des peuples, et non dans la lutte fratricide des classes.

Dès lors, pour perdurer, le Peuple breton ne peut que répudier le catéchisme français et se réapproprier sa mentalité ancestrale. Ou disparaître misérablement…
Jakez GWILLOU

Partagez sur les réseaux soxiaux !