Attentats dans l’ Aude : le prix du Vivre-ensemble

Comme il fallait s’y attendre, le terrorisme islamiste a de nouveau frappé au « Pays des droits-de l’homme » et du « vivre ensemble », blessant cette fois, une dizaine de personnes et assassinant quatre autres, dont un officier de Gendarmerie. Lequel s’est sacrifié pour sauver un otage. Mais HONNEUR A EUX et PAIX A LEURS AMES ne suffiront pas à calmer notre juste colère.

Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement ces petits barbares de l’Etat islamique, de retour de Syrie ou d’Irak, qu’il faut neutraliser. Car désormais, n’importe quel sectateur radicalisé de la religion d’Allah, peut se muer demain, près de chez vous, en machine à tuer. Tel ce terroriste de Trèbes, Radouane Lakdim (fiché S et naturalisé). Des « coups de folie » nous répéteront nos médias collaborationnistes …pour mieux nous endormir. Mais il n’en est rien !

De fait, aucun sanctuaire n’est épargné par les « fous d’Allah », sauf les lieux ultra-sécurisés que sont les palais et édifices nationaux abritant nos chers présidents, ministres, préfets et députés. D’où une légitime colère, quand d’innocentes victimes ne peuvent bénéficier de mesures aussi efficientes. Et, une irrépressible nausée à l’égard de la politique d’immigration massive et d’islamisation diligentée par cette camarilla politique et administrative. Seuls les sots et les pleutres refuseront de reconnaître dans ces attentats, la marque sanglante du « vivre-Ensemble »…

Après ces attentats ISLAMISTES, le bon peuple va avoir droit au même scénario : dénonciation de l’horreur en occultant son origine extra-européenne et religieuse, drapeau en berne, mise en avant de l’Iman de service qui nous servira un discours apaisant et consensuel, menaces voilées des tenants du Pouvoir à l’encontre des Européens qui se réveillent…

Et, de nouveaux attentats islamistes se perpétueront… tant que les Pouvoirs publics refuseront de prendre l’exacte mesure de la nature réelle de cette idéologie-religion, source de nos malheurs.

Car à l’instar de la terreur jacobine sous la Révolution française, le terrorisme islamiste sort d’une matrice idéologique parfaitement identifiée. Il puise sa source dans les sourates du Coran, les versets de Médine. Ce que récuse bien évidemment, après chaque attentat, tout iman en fin connaisseur de la Takkya ; cet art du mensonge si bien enseigné. Or, l’islamisme est indissociable de l’islam. Aussi surement que l’extrême violence est inhérente à l’histoire de cette religion politique et guerrière. Quatorze siècles de conquêtes musulmanes en témoignent. Et, dans la guerre actuelle, les islamistes radicaux s’érigent en force de frappe pour tétaniser les « mécréants » et préparer le terrain, afin de hâter l’instauration du califat sur nos terres.

Le problème majeur réside bel et bien dans l’islam. Et, non dans une supposée dérive, résultant de facteurs exogènes. Car au-delà de sa dimension religieuse, l’islam traduit une idéologie politique totalitaire destinée à dominer tous les peuples. Par tous les moyens. Pour rappel, « Islam » signifie « soumission », notion antinomique de l’esprit de liberté qui anime depuis toujours les Européens. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir le Coran, livre renfermant non seulement une conception du monde propre aux peuples nomades, des dispositions hétéroclites mais aussi explicites qui sont passibles des foudres de la justice : Appels au djihad et à tuer, pillages… N’est-ce pas ce qui se passe aujourd’hui en Europe, en lien direct avec cette prose en tous points incitative ?

Du reste, peut-on raisonnablement opposer l’islam radical à l’islam dit «modéré » quand tous deux se réfèrent intégralement au même livre « sacré », « incréé » et « coéternel » ( donc intouchable !), ce Coran où coexistent le pire et le moins pire ? Et, que l’objectif poursuivi est identique : l’avènement d’une société basée sur la charia ?

Il est donc d’une nécessité vitale, d’annihiler, dans un premier temps, toute manifestation d’islamisme radical. Car, tant que les islamistes radicaux et le terreau doctrinal dont ils se nourrissent, auront droit de cité en Europe, les attentats et autres formes de violence se perpétueront et se multiplieront. Des tragédies répétitives rendues possibles, du seul fait des politiques cosmopolites menées par des classes dirigeantes européennes liées aux cénacles mondialistes, aux coteries philosophiques et aux puissances financières apatrides. Sans oublier le coup de poignard dans le dos asséné par l’Eglise conciliaire et le lamentable Pape (?) François.

Pour s’en sortir, il serait donc de la dernière stupidité de faire confiance à nos gouvernants, dans la lutte qu’ils disent mener contre le péril islamique. Comme dans tout autre domaine. Ils sont les principaux responsables du long martyrologe qui endeuille notre famille européenne.

Pour nous, Bretons, la solution est des plus simples. La politique française, depuis l’annexion, n’a jamais cessé d’être prédatrice à notre égard. En favorisant aujourd’hui l’islamisation sur notre terre ancestrale, elle poignarde mortellement notre peuple. Et l’on devrait dire merci ?

Ne dissocions pas l’Etat français de l’islam, sous prétexte d’un moindre mal.

La Bretagne réelle n’est ni celle de Marianne, ni celle de Mahomet.

Jakez GWILLOU

Partagez sur les réseaux soxiaux !