Face aux ennemis de la Bretagne Ai’ta devrait ranger ses complexes au vestiaire.

Notre langue, le Breton, était il y a encore peu la principale langue d’usage en Bretagne Occidentale. Elle reste dans nos cœurs « la langue du pays ». Dans un communiqué intitulé « Une bonne fois pour toute » (Le Trégor, 3 décembre 2009), l’organisation bretonne Ai’ta répond aux violentes attaques contre la personnalité bretonne par un timide appel au « bilinguisme ». Au lieu de laisser les ennemis de la Bretagne à leur néant, Ai’ta s’excuse à demi mot de défendre le breton. En tant que Président du Parti du peuple breton je considère ce relativisme comme douteux. Les dégâts de la francisation son immenses. Dans un contexte où le Français domine partout, nous devons avoir le courage de dire que le « bilinguisme » n’est pas la panacée mais un premier pas dans la bonne direction. Face à ceux qui veulent détruire le breton, opposons la renaissance de notre langue plutôt que de faire l’apologie du lot de consolation !

A l’occasion de ce communiqué contrit, Ai’ta va plus loin. Cette organisation, en principe non-partisane, donne Adsav en pâture aux ennemis de la Bretagne. La tentative d’amalgame avec ce qu’on nomme communément en France « l’extrême droite » est choquante. L’amalgame est non seulement indigne, il est dangereux pour la Bretagne. Car les forces de l’extrême-France, qu’il s’agisse des « laïcards » ou de « l’extrême-droite » se nourrissent de nos divisions pour poursuivre leur objectif : imposer tout ce qui est français et détruire tout ce qui est breton. Il est navrant de voir qu’une fois de plus des Bretons sont prêts à designer leurs compatriotes à l’occupant. Je prends cette attitude irresponsable comme un réflexe autodestructeur du colonisé qui tremble devant son maître. J’invite Ai’ta à s’émanciper, à continuer le combat essentiel pour la promotion du breton plutôt que de s’abaisser à jouer le rôle du délateur.

Frederig ar Bouder
Adsav, Strollad Pobl Vreizh
Adsav, Parti du Peuple Breton

Partagez sur les réseaux soxiaux !