La Bretagne doit-elle se doter d’une centrale nucléaire ?

nucleaire2Pourquoi, dès les premiers grands froids, ressurgit en Bretagne la menace de coupure d’électricité ? Le projet de centrale nucléaire de Plogoff abandonné en 1981 n’a pas été remplacé par un autre moyen équivalent de production d’énergie électrique. D’autre part, il faut souligner la progression constante de la consommation électrique bretonne depuis cette époque. Produisant à peine 8% de l’électricité consommée, la Bretagne est très vulnérable et dépendante. L’énergie produite provient principalement de la centrale charbon/fioul de Cordemais, de l’usine marémotrice de la Rance, des 5 turbines à combustion situées à Brennilis et Dirinon et d’une production locale et marginale (éolienne, thermique et hydraulique). La totalité de l’électricité entrant sur le réseau breton est d’origine nucléaire (centrales de Flamanville et de Chinon). Résultat, la Bretagne a du mal à assurer ses pics de consommation en hiver. Alors, que faut-il faire ? Ecouter les adeptes du « contre tout », les nostalgiques de la bougie mais qui chez eux ont le « tout électrique », ou bien prendre en considération cette réalité, ce déficit d’énergie. Pour moi, militant indépendantiste breton, voulant bâtir une grande Nation bretonne moderne, nation aujourd’hui comptant 4 millions 300 mille habitants, je suis pour la construction d’une centrale nucléaire, centrale assurant ainsi une indépendance énergétique totale au peuple breton.
Le nucléaire est, et reste certes, une question qui divise. Même les écologistes, ou du moins si on peut les appeler ainsi, sont partagés sur la question. L’énergie nucléaire est un phénomène actuel de société et sujet à de multiples polémiques. Aujourd’hui, cette industrie fait l’objet de nombreuses controverses, souvent liées à des phénomènes irrationnels de peur savamment entretenus par certains irresponsables, ignorants, et prétendus défenseurs de notre environnement. Les avantages de cette énergie sont néanmoins reconnus : capacité de produire sans rejets de gaz à effet de serre, coût compétitif de l’électricité produite… La fusion du nucléaire a tous les atouts pour devenir l’énergie de demain. Cette technologie multiplie les avantages, elle satisfait au développement durable et s’affranchit des inconvénients majeurs des autres sources d’énergie. La combustion des énergies fossiles par exemple dégage dans l’atmosphère des quantités très importantes de dioxyde de carbone. L’énergie nucléaire dispose indéniablement d’un avantage considérable : elle permet de produire des quantités importantes d’électricité sans rejets atmosphériques. Quant aux énergies renouvelables, énergies qu’il ne faut absolument pas rejeter, (avec un bémol pour l’éolien), ces énergies resteront toujours des actrices secondaires dans la production énergétique. Il reste donc les inconvénients : le risque d’accidents. Tout est mis en œuvre pour réduire au maximum le risque nucléaire, mais comme toute industrie, l’industrie nucléaire connaît un certain nombre d’incidents. Son histoire retient deux cas dont l’analyse met en évidence le rôle important des barrières pour confiner la radioactivité. Tout d’abord aux Etats Unis, l’accident de Three-Miles Island où le cœur du réacteur (PWR) avait fondu mais n’entraînant aucune incidence à l’extérieur du site. Puis le célèbre et dramatique accident en Ukraine à Tchernobyl où c’est le réacteur de type RBMK qui a littéralement explosé entraînant d’importants dégâts humains, matériels et environnementaux, accident dû à une défaillance humaine et aux procédures de sécurité bafouées. Reste également la gestion des déchets radioactifs. Le combustible irradié constitue un déchet hautement radioactif et il le reste pendant une période extrêmement longue. Il faut donc stocker et conditionner ces déchets dans des emballages en acier, béton, verre, ou par stockage géologique profond (Suède et Finlande). Il y a également le retraitement qui permet, en récupérant la matière encore énergétique, de diviser par trois le volume des déchets à stocker. Enfin une précision d’importance néanmoins, nous vivons en permanence, et depuis toujours, dans un environnement naturellement radioactif. En effet, 68%, soit les 2/3 de la radioactivité à laquelle nous sommes exposés chaque année est d’origine naturelle !

Voilà très brièvement résumé et sans aucune prétention ma position personnelle favorable à la construction d’une centrale nucléaire dans le cadre d’une Bretagne souveraine, Bretagne énergiquement indépendante. Je considère que l’énergie nucléaire alliée aux énergies renouvelables a un rôle majeur à jouer dans la Bretagne de demain.

[Webmaster]
Pour rappel, ce blog est un lieu d’échanges d’idées sur tous les sujets qui touchent la Bretagne. Il s’agit ici , comme pour chaque article, d’une prise de position individuelle et non d’un texte officiel d’Adsav.
Le lieu est donc bien choisit pour débattre de ce sujet de société en Bretagne.

Les positions officielles d’Adsav (PPB/SPV) sont :
1 – Présentes dans le programme de gouvernement breton disponible au téléchargement sur le site officiel.
2- Diffusées aux travers de communiqués sur le site officiel www.adsav.org (et éventuellement retranscrit ici).

Les débats ici n’engagent que leurs auteurs et non le Parti du Peuple Breton (Strollad Pobl Vreizh).

Partagez sur les réseaux soxiaux !
  • Mickaël

    Pour info et je pense que vous le savez déjà, une centrale à gaz va voir le jour dans quelques années.
    Elle se situera au lieu-dit Lanvian à cheval entre les commune de Gwipavas et Sant-Divy.
    Personnellement, je me permet d’exprimer ce que je pense, j’ai un avis négatif en ce qui concerne les éoliennes ainsi que les hydroliennes.
    Concernant les éoliennes, je partage l’avis de Morvan dans le post ci-dessus.
    Concernant les hydroliennes, mon avis est négatif dans le sens où le poisson se fait de plus en plus rare.
    La présence de ces machines aux abords de nos côtes ne contribuera qu’à les faire fuir, rendant encore plus difficile la pratique de la pêche en Bretagne (je parle des marins-pêcheurs).
    Leur métier n’étant pas facile et n’ayant quasiment aucune considération de la part du gouvernement Français, l’installation des hydroliennes signe la mort de la profession.
    Cordialement !

  • un sondage est paru la semaine dernière à ce sujet. 80% des bretons sont contre l’implantation d’une centrale nucléaire en Bretagne.
    étonnant? non. mais cela vaut au moins le coup d’ouvrir le débat sur un sujet toujours sensible!

  • SIMON

    Y A T IL BESOIN D ARGUMENTS … QUAND ON SAiT QUE L ON VA ENFOUIR DES DECHETS POUR DES MILLIERS D ANNEES … QUE POUR NOTRE CONFORT D AUJOURD HUI NOUS ALLONS DETRUIRE L AVENIR … J EN RESTE LA .. JE VOUS LAISSE A VOS ELUCUBRATIONS QUI NE SONT QUE DES CONVERSATIONS DE SALON ;;; CA NE MENE A RIEN
    ;;;; BONNE CHANCE ;;;; bye

    Edit Admin : Comme l’a dit Morvan, merci d’éviter d’écrire tout en majuscule à l’avenir, ce n’est pas un SkyBlog ici…

  • SIMON

    JE NE COMPRENDS PAS QUE L ON PUISSE ENVOYER UN TEL DISCOURS POLITIQUE A PROPOS D UNE EVENTUELLE CENTRALE NUCLEAIRE EN BRETAGNE …. PARLER DE BRETAGNE SOUVERAINE A CE PROPOS EST DE TOUTE EVIDENCE UN ESSAI DE MANIPULATION DE MASSE … NE PRENEZ PAS LES BRETONS POUR DES IMBECILES… LE POURCENTAGE EN EST MEME MOINDRE QUE DANS LES AUTRES REGIONS … ET CECI EST BIEN PROUVE PAR LES STATS GOUVERNEMENTALES … JE PENSE QUE UNE FOIS DE PLUS LA BRETAGNE SAURA SE MONTRER COMBATTANTE CONTRE CES PROJETS QU ELLE A TOUJOURS REJETES.. NON SANS SOUFFRANCES MAIS AVEC FIERTE….

  • Meriadeg

    Tout à fait exact Gwezenn…. et bien souvent ces consommateurs qui gaspillent à tout va sont les plus contestataires. Je pense qu’il n’est pas absurde de dire que 8 à 10% de l’énergie domestique pourrait être économisée, mais là on touche à deux notions : la discipline et la responsabilité ! Ce n’est pas gagné….

  • gwezenn

    A ma connaissance la Russie est le seul pays au monde à être totalement indépendant du point de vu énergétique…, le nucléaire n’est en rien une obligation mais le débat reste en effet ouvert, toutefois reste en suspend le gâchis énergétique, si les besoins augmentent il est un fait que ces « besoins » sont très loin d’être vitaux voir même nécessaires, les industries ont réussies à baisser leurs consommations d’électricité de 3% quand dans le même temps les particuliers ont augmentés la leurs de 2%…

  • Meriadeg

    Gwezenn si la Bretagne n’avait pas reçu les apports d’énergie nucléaires provenant de France, elle n’aurait pas été en alerte rouge… mais totalement dans le noir ! Une autre précision, les consommateurs bretons sont-ils prêts à accepter de voir multiplier par 2 voire par 3 leur facture de consommation d’électricité dans le cadre d’une production d’énergie éolienne par exemple ? Sans trop m’avancer, je pense que cela serait un tôlé général.Il faut prendre en compte, le coût de revient de toute production.
    Le débat reste donc bien ouvert.

  • gwezenn

    Sauf erreur de ma part je n’ai pas lu un seul commentaire parler du gâchis énergétique pourtant bien réel, quels sont réellement les besoins énergétiques en Bretagne ? par exemple malgré une alerte rouge récente aucune coupure n’a eu lieue, pourquoi ? tout simplement le gâchis a collectivement été limité, preuve que les besoins sont sur-évalués, en énergie comme dans beaucoup de domaines la consommation à outrance prime sur le reste, une Bretagne indépendante n’aurait nullement besoin de centrale nucléaire, l’avenir est au non-nucléaire et la Bretagne a largement les moyens d’être en pointe sur la production d’énergies non polluantes.

  • Meriadeg

    Mon cher Ogmios tu sais très bien ce que je pense des partis politiques français toute tendance confondue ! Les idées que j’exprime par le biais de cet excellent blog sont les miennes et cela depuis longtemps. Je n’ai pas besoin de politicards franchouillards pour me servir de guide. Tu ne m’as de toute façon jamais vu prendre exemple sur des politiques français… Je maintiens ma position et je refuse de bêler avec les détracteurs de tous poils, oppsants à tout… cette faune qui n’est pas là pour construire mais pour détruire, cette même faune qui a attaqué les militants d’Adsav en commémoration à BALLON, qui menace, qui insulte et diffuse des calomnies dangereuses !
    Nous devons construire la BRETAGNE, dans le plus grand respect de l’environnement (j’en sais quelque chose puisque je fais parti d’une association de défense et de protection), mais suis réaliste et pragmatique.
    A wir galon
    Bien noté la différence exprimée par Morvan entre la fusion et la fission.

  • Ogmios

    Et moi je suis étonné de voir mon ami Meriadeg reprendre les mots d’ordre de l’UMP, notre pire ennemi, bien pire que les gauchistes et leurs séquelles!
    L’aeroport ND des Landes n’apportera strictement rien à la Bretagne, pas plus que le nucléaire !
    Si il pleut et qu’un gauchiste dit « il pleut » , je ne vais pas dire « il fait beau » sous prétexte que je suis un type de « droite » !

  • Meriadeg

    Je constate qu’à plusieurs reprises notre camarade Ogmios mentionne le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes. Je suis étonné de le voir (comme pour le nucléaire) allié à toutes les associations, formations et partis politiques, groupuscules… qui sont nos pires ennemis !
    Quant à ce projet, sans prendre position pour le site qui ne me semble pas le mieux approprié, là encore je suis pour la construction d’un grand aéroport international en Bretagne, aéroport désenclavant notre nation en lui donnant une véritable dimension internationale. (voir l’Irlande).

  • Ogmios

    Des zones contaminées par des déchets nucléaires, vous avez déjà vu ça dans la nature ?
    Bien évidemment que tout est naturel , si on veut pousser le raisonnement jusqu’à l’absurde !
    Un trou noir, une courbure de l’espace temps, c’est naturel.
    Ca vous plairait d’être aspiré par un trou noir ?
    La Dioxine, c’est naturel.
    Seveso, ça vous tente ?

  • Ogmios

    Une centrale nucléaire, pourquoi pas?

    Parceque ce qui est anti-naturel est étranger à l’esprit celtique.
    Le nucléaire, les OGM, le béton, l’aéroport ND des Landes n’ont rien à faire en Bretagne.
    Si telle devait être la Bretagne de demain, je préfère aller vivre en Nouvelle Zélande chez les Papous et y mourir sans regret.

  • HENRI LE GUILLOU

    Meriadeg a le mérite d’aborder le problème et ainsi de lancer le débat concernant les ressources énergétiques et les moyens dont pourraient se doter notre Pays.
    Une centrale nucléaire,pourquoi pas?Ce qui n’empêche pas la pousuite des recherches dans le domaine des énergies renouvelables.
    Mais de toute manière,tant que nous serons sous domination de la france,nos idées,tant dans le domaine de l’Energie que dans d’autres, resterons lettre morte et nous continuerons à subir hélas la politique néfaste de l’occupant français à notre égard!!!
    Vivement L’INDEPENDANCE DE LA BRETAGNE!!!!

  • Ogmios

    Aujourd’hui, la course à la technoscience, appuyée par un dogme quasi-religieux a produit le résultat suivant:
    Plus de la moitié des forêts originelles de la planète sont détruites, comme plus des deux tiers des zones humides et un dixième des récifs de coraux. L’extinction massive des espèces vivantes est en cours. Quatre-vingt dix pour cent des grands poissons ont déjà disparu.
    Que va-t-il rester ?
    Une planète bétonnée, irradiée, où trois spécimens de plantes et d’animaux survivants seront exposées dans des musées pour être admirés par des hommes génétiquement modifiés ?
    C’est ça qu’auraient voulu nos ancêtres celtes, eux dont la philosophie plaçait l’homme au centre de la nature ?
    C’est ça la Bretagne de demain ?

  • Ok. Merci.

  • Debrer-Frañs

    « Il Ogmios ha sempre ragione » en somme …

    Je ne suis pas un spécialiste de ces questions, mais l’éventuel impact environnemental des hydroliennes a-t-il été étudié ? Je pense surtout à la faune.
    Tout le monde est parti, à raison, au quart de tour contre le projet Lafarge au large des côtes de Bretagne sud, mais ce projet bénéficie-t-il de la même saine défiance ?(je précise qu’à priori je trouve l’idée des hydroliennes excellente)

  • Meriadeg

    Concernant la production d’énergie tant à la mode par ces temps de grand vent, l’énergie éolienne. Un rapport officiel allemand très sérieux indique que l’éolien n’est en réalité disponible que 16% du temps. Comme il s’agit d’une énergie non stockable, il faut donc le remplacer 84% du temps. Pour les experts de l’A.I.E (Agence Internationale de l’Energie), le développement impressionnant de l’éolien au Danemark s’est en parti opéré grâce à un prix subventionné. De plus les éoliennes n’ont pas aidé le Danemark à contrôler ses émissions de gaz à effet de serre. Ses émissions ont en effet crû de 11% par rapport à 1990, alors que le pays devrait les réduire cette année, en 2010, de 21%, selon le protocole de Kyoto. En plus l’éolien a l’inconvénient de ne pas assurer une grande régularité de production. En cas de tempête notamment, les aérogénérateurs doivent s’arrêter. Un exemple : en janvier 2005, le Danemark n’a ainsi échappé au black-out que parce qu’il a importé de l’électricité de ses voisins scandinaves et allemands. Depuis 2005 le gouvernement danois a réduit les subventions et la construction des aérogénérateurs a été quasiment suspendue. Selon la « Royal Society of Engineers » (GB) dans un de ses rapports, « l’énergie éolienne en Europe onshore est 2,5 fois plus coûteuse par KW/h et offshore 3 fois plus coûteuse par KW/h que le gaz ou le nucléaire ». On s’aperçoit également que les éoliennes altèrent les masses atmosphériques et peuvent modifier le climat dans leur voisinage. (James Lovelock – The Revenge of Gaïa). Le rapport de l’Académie de Médecine atteste que les nuisances sonores produites sont réelles. Les Néerlandais n’ont-ils pas cessé toute subvention à l’éolien ? La durée de vie d’une éolienne est de 15 ans !!! Même la LPO (Ligue de protection des oiseaux) dénonce les éoliennes….. Je n’irai pas jusqu’à dire comme le professeur David Bellamy (expert en environnement) que : « Le combat contre les éoliennes est désormais le plus important de ma vie », non mais lorsque j’entends des théories comme : « 8000 éoliennes géantes de 1,6 MW chacune peuvent développer une puissance de 13000 MW, soit l’équivalent de 2,3 centrales nucléaires de 5600 MW, je me marre d’une telle supercherie et d’un tel mensonge. En effet il ne faut pas assimiler PUISSANCE INSTALLEE et ENERGIE REELLE PRODUITE. Voila une brève mise au point concernant une énergie nouvelle, voire miracle, que l’on ne cesse de nous vanter.
    Mais au fait, la meilleure et toute première démarche (et stratégie) compatible avec l’environnement ne serait-ce pas une réduction à grande échelle de la consommation globale ?

  • Ogmios

    Suis-je le seul à détenir la vérité ou le dernier qui reste à la dire ?
    Oui, c’est la vérité.
    Du moins pour un homme de « droite » normalement constitué. A savoir que l’indépendance et la liberté à l’échelon national ne peuvent être que les sommes d’indépendances et de libertés individuelles!
    C’est moi qui ai inventé le concept d’autarcie ?

  • Meriadeg

    Les adeptes des Bové et autres clowns me font doucement, mais amèrement sourire ! Pouvez-vous me citer une Nation indépendante qui, énergétiquement, s’auto-suffise avec le vent, les marées, les panneaux solaires, la bio-masse… etc.
    Les études très sérieuses démontrent que les panneaux solaires ainsi que l’éolien sont loin d’être le top… c’est même écologiquement le contraire dans le résultat final.
    Maintenant excusez-moi, mais je vais allez c…r dans la sciure car la grippe A m’a dérangé les boyaux !
    Salutations indépendantistes bretonnes.

  • Debrer-Frañs

    @Ogmios : tu exagères comme toujours… Aucun des commentaires ne va totalement dans le sens de Meriadeg qui semble bien isolé sur la question (cf. également les réactions sur le forum Ar Vro). Cependant, il a le mérite de poser une question intéressante.
    Concernant les hydroliennes, il faut dire effectivement que le projet n’est pas encore abouti et il serait aussi bon de se poser la question de l’impact sur la faune et la flore…

    Par ailleurs, tu n’en as pas marre de détenir la vérité pour tout le monde ? De savoir mieux que les autres ce qu’est le nationalisme ? Tu as tes opinions, laisse aux autres les leurs…

  • Ogmios

    Une éolienne, mais aussi des panneaux solaires sur votre toit. Consultez également un ingénieur-conseil en bio-habitat, il vous indiquera comment installer une pompe à chaleur géothermique ou tout autre système pour être auto-suffisant énergétiquement.
    L’indépendance n’est pas un mot creux et elle commence déjà par soi-même.

  • Edouard Anast

    Je ne partage pas votre avis nationaliste breton ne veut pas dire systématiquement indépendantiste.
    J’en ai fréquenté certains qui en terme d’indépendantisme breton qui n’ont rien à m’envier de ce que côté-là et qui ne se sentent pas concernés ni de près ni de loin par les variantes multiples du nationalisme breton.
    J’exagère un peu mais je ne suis pas loin d’affirmer qu’il y a autant de variantes du nationalisme breton, de l’indépendantisme breton, qu’il y a de personne à s’en revendiquer.
    Maintenant, je vais aller installer une éolienne dans mon jardin car visiblement c’est un préalable à toutes affiliations au nationalisme, à l’indépendantisme breton…!!!

  • Ogmios

    C’est tout de même curieux de voir des nationalistes bretons – théoriquement partisans de l’indépendance – tenir un discours pro-nucléaire.
    De la part de membres de l’UMP ou du Front national ça ne me surprendrait pas, mais, là, je dois dire que les bras m’en tombent. Une fois de plus.
    Il ne peut y avoir d’indépendance politique, collective, au sommet, que s’il y a indépendance énergétique individuelle, à la base, des citoyens. C’est la base de toute pensée alternative, à laquelle adsav! devrait logiquement participer. L’indépendance énergétique, se chauffer, se déplacer, est parfaitement possible via les nouvelles bio-technologies, le bio habitat etc…le reste étant complété par l’énergie fournie par les hydroliennes immergées largement supérieures en termes de capacités aux centrales nucléaires.

    Comment se fait-il que personne ici ne dise ça ?
    Alors qu’un War Raok ! y a été presqu’entièrement consacré ?

  • Ogmios

    Non, pour ceux qui s’opposent à cette énergie mortifère, ce n’est pas un dogme, c’est du bon sens.
    En revanche, pour ceux qui le défendent , oui.
    C’est un dogme scientiste.

  • Edouard Anast

    Je partage tout à fait l’avis de Meriadeg. Sujet polémique car dans l’Emsav, toutes tendances, être contre le nucléaire c’est un dogme. Qui comme militant breton n’a-t’il jamais participé à une manif antinucléaire!!!? C’est ou c’était une preuve de militantiste, de « bretonnitude »!!!
    En effet, dans le cadre d’un Etat breton indépendant, je pense que la question de se doter d’une ou plusieurs centrales nucléaires devra être posée. Non, parce que cela permettrait une indépendance énergitique totale, mais plutôt une dépendance moins forte vis-à-vis de l’extérieur. Personne ne tiendrait à être dans la position de l’Ukraine vis-à-vis de la Russie avec sa « diplomatie » du gaz.
    Se doter de centrale nucléaire n’est pas un frein, ni contradictoire avec le développement de l’hydrolien, l’éolien, le solaire…
    Tout le monde veut bien de l’électricité, se chauffer… tant que c’est produit chez les autres! Tout le monde produit des déchets mais de préférence veut les enfouir chez ses voisins…!

  • Meriadeg

    Ma réponse s’adresse à Dums et non à Morvan.

  • Meriadeg

    Cher Monsieur je pense que vous ne serez pas surpris si je ne partage nullement votre analyse d’autant plus que nous ne nous situons pas sur le même plan ni dans le même cadre. En effet vous parlez de pays (la France) et de notre président de la république, N. Sarkozy, avec cette perle : lorsque vous évoquez la Bretagne vous la qualifiez de « région ». Concernant mes critiques sur les pseudos « écologistes » je pense savoir de quoi je parle… je fais toujours parti d’une association de défense de la nature, et les amateurs de discours absurdes sont de plus en plus mis « hors la loi » par leur attitude à la fois sectaire et stupide.
    Il y a des femmes et des hommes qui veulent construire…. d’autres sont,soient attentifs, soient perturbés, soient bercés dans des rêves puériles… mais je ne pense pas que l’on puisse sérieusement
    bâtir une Nation avec de telles personnes !
    HEÑVEL OUZH UN ATOMENN EO HOR BROAD. PA VO BET SKRIRIET HE DERC’HAN E TEUY ER-MAEZ UR GREMM GWREZEL KEN ESTLAMMUS KEN A VIMP GOUEST D’OBER KEMENT TRA N’HALLEMP KET OBER A-RAOK.

  • dums

    Concernant l’indépendance énergétique de la Bretagne :

    L’électricité ne couvre qu’environ 16% de la consommation finale d’énergie du pays et je doute que les données régionales soient sensiblement différentes. Donc le gain en autonomie énergétique est limité, et, comme au niveau national, on peut dire qu’il est largement illusoire.

    Cet argument de l’indépendance tient d’autant moins si l’on considère que le combustible (l’uranium) est importé en totalité.(les conditions d’exploitations des mines au Niger, sous la direction d’AREVA sont d’ailleurs scandaleuses !).

    Au delà de de cette question de l’indépendance au sens strict, il faut souligner le caractère fondamentalement centralisé et autoritaire de ce mode de production et de cette culture industrielle.
    Le nucléaire s’impose contre l’autonomie des régions et contre les énergies renouvelables décentralisées. Ceci explique que notre pays soit la lanterne rouge de l’Europe en matière de développement des énergies renouvelables.
    La définition des besoins énergétiques et l’élaboration de programmes de production, d’efficacité énergétique et d’économies d’énergie ne peuvent être menés de manière cohérente et dans l’intérêt général que sous la houlette des collectivités territoriales.
    Or, tout est mis en œuvre pour dissuader les territoires d’user de leur prérogatives en matière d’énergie. La relance du nucléaire dans notre pays s’accompagne comme par hasard de contre-réformes contre la décentralisation et l’émancipation des territoires. Tout cela, par la volonté de notre président de la République, grand promoteur du nucléaire devant l’Eternel et bien à l’image de ce centralisme technocratique, autoritaire et dominateur.
    La relance du nucléaire dans notre pays s’accompagne également, comme par hasard, d’une cabale contre l’éolien qui ne nous aidera pas à remplir nos objectifs de développement des énergies renouvelables.

    Par ailleurs, les problèmes de saturation du réseau de transport n’apparaissent qu’en hiver durant de courtes périodes de froid anormalement intense.
    Il se trouve que le mode production nucléaire est particulièrement mal adapté pour satisfaire les variations extrêmes de la demande dues au chauffage électrique ( on ne reviendra pas sur les assertions gratuites et infondées à propos des écologistes antinucléaires, et même « anti tout » qui seraient équipés en tout électrique ).
    Il se trouve également que la France est excédentaire le restant de l’année et doit brader sa production sur le marcher européen.
    On peut donc en conclure qu’une centrale nucléaire bretonne ne ferait qu’ajouter de la production à la sur-production structurelle et qu’une partie notable de cette production irait se perdre sur le réseau international (avec des pertes en ligne proportionnelles à la distance parcourue).

    Une centrale nucléaire bretonne n’est certainement pas la réponse au problème de déficit de production d’électricité de la région.

    Cette centrale ne ferait que ralentir ou annuler les projets de production décentralisée, d’économies d’énergie et d’efficacité. Sa production massive ne ferait qu’accroître le gâchis et l’équipement en chauffage électrique serait encouragé de plus belle.

    En fin de compte, on peut prédire qu’en s’engageant dans le nucléaire, la Bretagne ne fera que s’aligner sur le système national, avec ses distorsions, ses incohérences et ses tares.

    Alors qu’elle a cette chance de pouvoir faire l’économie de cette étape qui n’est qu’une fuite en avant dans le productivisme.

    Alors qu’elle n’en finit pas de payer les dégâts du productivisme agricole imposé par des technocrates apprentis sorciers frères siamois de ceux qui construisent des centrales nucléaires sans savoir comment les démanteler ni quoi faire des déchets.

  • [Webmaster] Pour rappel, ce blog est un lieu d’échanges d’idées sur tous les sujets qui touchent la Bretagne.

    Le lieu est donc bien choisit pour débattre de ce sujet de société en Bretagne.

    Les positions officielles d’Adsav (PPB/SPV) sont :
    1 – Présentes dans le programme de gouvernement breton disponible au téléchargement sur le site officiel.
    2- Diffusés aux travers de communiqués sur le site officiel (et éventuellement retranscrit ici).

    Les débats ici n’engagent que leurs auteurs et non le Parti du Peuple Breton (Strollad Pobl Vreizh).

  • Ogmios

    Sur le fond:
    NON, la Bretagne ne doit pas se doter d’une centrale nucléaire, ni maintenant, ni jamais.
    Des hydroliennes immergées dans la baies d’Audierne auraient la capacité de 10 centrales nucléaires.
    La solution énergétique de la Bretagne , comme pour tout, passe par la mer.

  • Ogmios

    Tant que la Bretagne ne sera pas indépendante, RIEN de ce qui est décidé par la France sur son territoire ne sera positif. TOUT sera néfaste. Car les objectifs de la France, centralisatrice et colonialiste ne seront jamais ceux du peuple breton. Comme par exemple l’ignominie de l’aéroport Notre-Dame des Landes qui ne servira à rien à part détruire un écosystème donc un mode de vie traditionnel et enraciné.
    Je n’ai toujours pas entendu ADSAV! se prononcer là dessus.

  • Debrer-Frañs

    En attendant, nous sommes encore très loin d’une Bretagne souveraine et si construction de centrale nucléaire il devait y avoir, elle serait forcément construite par Areva.
    Mais là, je ne parle que du problème de l’indépendance énergétique. Reste celui, fondamental, des dangers évidents du nucléaire et du problème des déchets.
    Vous faites bien, cher Meriadeg, de poser le débat. Cela est vivifiant. Aux opposants au nucléaire, parmis les nationalistes, d’apporter des solutions de rechange…
    Il est vrai qu’à part les économies de bouts de chandelles, il n’y a pour l’instant pas de réelle alternative me semble-t-il, mais je ne suis pas un spécialiste de la question. Loin de là…

    (PS : le blog d’Adsav était-il le lieu le plus approprié pour poser cette question du nucléaire ?)

  • Calcius

    Le sujet porte à polémique c’est certain, et laisse porte ouverte au débat. En ce qui concerne mon avis il ne serait pas souhaitable d’avoir sur notre territoire une centrale nucléaire ( ou 2,3…), non que le risque d’accident puisse être pris comme une menace et nous en dissuader ( la Normandie voisine est la région du monde la plus « nucléarisée » , un accident toucherait inévitablement de près ou de loin notre Bretagne donc le risque existe déjà !). Ce qui serait plus dommageable et de loin je le pense, c’est de laisser cette héritage gênant aux générations suivantes, regardez par exemple le barouffe occasionné par la pauvre petite centrale des monts d’arrée, site experimentale oui, mais gabegie avérée, verrue dans cette endroit feerique même si l’endroit suscite la fascination autant par son lac que par la possibilité d’accès à la centrale. Il ne faut pas se cacher derrière l’independance absolue sur tous les points, comme il était dit QUI ferait cette centrale? d’ou viendraient les techniciens, ingénieurs …? Encore un point, mais je sais que l’éolien est loin de régler le problème, au Danemark nation comparable à la notre par sa taille, les parcs éoliens et notamment offshores couvrent de 20 à 40 % de la consommation d’électricité Danoise selon les conditions météorologique, les projets offshores en France sont quasi inexistants et je vous le demande pourquoi cet immobilisme ? c’est l’Etat Français et uniquement l’Etat Français qui gère ce qui se trouve en zone maritime et littorale….

  • Meriadeg

    Il y a bien d’autres fournisseurs que la France Debrer-Frañs. Mon analyse se situe dans le cadre d’une Bretagne souveraine, donc maîtresse de ses décisions !

  • Debrer-Frañs

    Reste à savoir si cette hypothétique centrale ne contribuerait pas encore davantage à maintenir la Bretagne dans les griffes de la France. Car qui construirait cette centrale ?

  • Meriadeg

    Oui Breutaer il faut effectivement vérifier mais la production de Cordemais ne représentant que 1230 MW cela ne change rien au problème.

  • Breutaer

    Il me semble que le chiffre de 8% ne tient pas compte de la centrale de Cordemais.